• Sîn, t1 : Le Dernier Poète

    Noureddine Séoudi

    Éditions Atria

    Publié en 2009

    472 pages

     

     

     

    Synopsis

    Comment une conque couverte de symboles en njomalil ou langue des étoiles, la plus ancienne et mère de toutes les langues, a-t-elle pu échouer sur les berges du Nahdor, alors que la rivière ne communique pas avec l'océan ? Quelqu'un l'a-t-il placée là délibérément ? Quel message renferme-t-elle ?

    Le mage Felden, terriblement inquiet suite à la découverte de ce mystérieux coquillage, décide de quitter le Naharina pour rejoindre Kudram, la cité des mages. Se joignent à lui Imrou et Rânsa, deux adolescents qu'il a recueillis enfants, ainsi que leurs amis : Siméon, Dalim et Selma.

    Ce long voyage parsemé d'embûches, de rencontres inquiétantes, fantastiques va révéler nos jeunes compagnons : les apparences sont souvent trompeuses...

    Notre petit groupe sera-t-il le bienvenu à Kudram ? La prochaine guerre de l'Arbre serait-elle imminente ? Quel sera le destin de chacun d'entre eux ? Quel rôle décideront-ils de jouer dans cet avenir incertain ?

     

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict ainsi que les Éditions Atria pour ce partenariat .

     

     

    Mon avis

     

    Je n'aime pas faire des chroniques négatives. Je n'aime pas non pas parce que je n'ose pas ou que j'ai peur de dire ce que je pense, mais parce que j'imagine à quel point ça doit être dur pour un auteur, même s'il en est conscient, de lire une critique négative... Et ce n'est jamais évident d'en écrire une.

    Quand j'ai vu ce livre à l'affiche des partenariats de Livraddict il y a quelques semaines, j'ai tout de suite été attirée par sa couverture à la fois mystérieuse et colorée, ainsi que par le résumé. Une aventure dans un univers aux accents orientaux, voilà quelque chose d'inhabituel, et j'étais persuadée d'accrocher. Or pas du tout. 

     

    La trame de base n'est pas spécialement inédite. Une quête, une mission, des mystères, des méchants, des élus,... Bon. En même temps, c'est difficile d'avoir autre chose dans une aventure. Finalement, tout dépend de la manière dont est traité de le sujet, de ce qui entoure l'intrigue principale. Et là je peux résumer en un mot : gnein ? 

    Imrou et Rânsa trouvent un coquillage porteur d'étranges symboles. Ils le montrent à Felden, qui décide subitement de partir à Kudram. Soit. Mais pourquoi ? Eh ben honnêtement j'en sais rien. Et c'est à peu près comme ça tout du long. Je n'ai pas réussi à rentrer dans l'histoire tant l'auteur amène de détails, d'infos, toujours et encore plus. Je me suis complètement embrouillée, perdue, noyée. Et j'ai retenu très peu d'infos. 

    L'auteur part dans des explications extrêmement compliquées et confuses, sur son univers, sa mythologie, et s'éloigne complètement de la trame de base, à savoir son coquillage tagué. Du moins c'est ce que j'ai ressenti. 

    Il y a trop d’anecdotes, de légende, d'histoires, de détails. 

    De même, malgré la (très jolie soit dit en passant) carte présente au début du roman, je n'ai pas vraiment réussi à me repérer, et je n'aurai pas du tout réussi sans l'itinéraire tracé. 

    L'intrigue n'avance pas donc, et le voyage est émaillé de rencontres, d'obstacles, dont je n'ai pas saisi l'utilité. Il y a beaucoup de facilités, les "combats" sont réglés en 2mn top chrono, les rebondissements sont quasi inexistants et les dénouements prévisibles. 

     

    Les personnages sont très nombreux, et, là encore, je me suis perdue et avait beaucoup de mal à savoir au bout d'un moment qui est qui. De manière générale, concernant les personnages de la "troupe" de base, je les ai trouvés très immatures, même les adultes, et tous très plats, identiques. Ils sont tous sages, gentils, bons, avec des qualités exceptionnelles... 

    Quant aux méchants, ils sont... très méchants. 

     

    La plume de l'auteur, en raison de la quantité d'informations, n'est pas spécialement fluide et légère. Je l'ai trouvée souvent embrouillée et maladroite.

    La mise en page est vraiment très particulière. Il y a beaucoup de lignes sautées, ce qui en général marque la fin d'une action, d'un passage. Mais pas là. Là ça marque... je sais pas quoi à vrai dire. Ça casse le rythme. 

    De même, l'utilisation abusive des virgules, bien souvent mal placées, est extrêmement dérangeante et casse le rythme. 

    Il y a également beaucoup de répétitions, et des fautes d'orthographe sont passées au travers des corrections. Quand il en reste quelques unes ce n'est pas dérangeant, mais là, il y en avait encore au moins une 20aine, et encore, je n'ai même pas fini le livre...

     

    Je ne peux nier qu'il y avait de bonnes idées dans ce livre (les arches à l'entrée de Kadrum, l'épreuve de la plume par exemple), malheureusement le tout a été mal exploité. J'ai eu beaucoup de mal, le début est plutôt chaotique, les révélations ne commencent enfin qu'à la page 157 à peu près. 

    M'ennuyant fermement arrivée aux 2/3 du livre à peu près, je m'étais résolue à abandonner cette lecture. Mais comme il s'agit d'un partenariat, j'avais beaucoup de scrupules. Je ne trouvais pas ça correct. J'avais donc décidé de le finir au moins en diagonal. Seulement voilà, je suis tombée sur 2 énormités qui m'ont fait bondir. 

    Je ne fais généralement pas de parallèle avec d'autres livres que j'ai lus, je n'aime pas ça. La frontière entre inspiration et """plagiat""" (conscient ou non) est extrêmement faible. Et puis ce n'est pas parce que quelqu'un voit une ressemblance de près ou de loin avec un autre livre qu'un autre lecteur le ressentira de la même manière. Mais là je trouve ça trop gros. 

    Tout d'abord, lorsqu'un des protagonistes monte sur un énorme oiseau volant, voici la phrase qu'il dit :

    - Vole Altaïr, vole ! Montre ce que célérité veut dire !  p.315

     

    Voici la phrase qu'on peut entendre dans un film très connu :

    "Cours Gripoil, montre nous ce que le mot célérité veut dire".

     

    C'est quand même très ressemblant non ? Mais bon, ok, c'est mon imagination.

    Or quelques pages plus loin :

    - Quel est le nom de cette galette ? demanda-t-il à Felden en grimaçant.

    - C'est de la kesra, du pain de voyage sinéen. [...] Une bouchée de ce pain contient l'énergie d'un repas complet. p. 366

     

    Bon bon bon... là désolée, mais c'en était trop pour moi. Je le répète, je ne parle pas de plagiat. Simplement en cas d'inspiration, j'ai trouvé ça moyennement subtil. Après, ce n'est que mon avis, il n'engage que moi.

     

    En résumé, un univers aux saveurs orientales intéressant, une intrigue certes classique, mais qui a malheureusement été mal exploité selon moi. Trop de détails, trop de longueurs, trop de perso, une intrigue qui se perd dans les méandres des explications, je pense qu'il aurait été judicieux de supprimer pas mal de choses pour alléger et fluidifier le récit. 

     

    Appréciation

    j'ai abandonné

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • Cœurs de Rouille

    Justine Niogret

    Éditions Le Pré aux Clercs (Pandore)

    Publié en 2013

    273 pages

     

     

     

    Synopsis

    La cité du ciel est en plein déclin. Les robots, jadis fidèles serviteurs, régressent jusqu'à devenir des machines stupides ou de terrifiants prédateurs. Saxe est un artiste qui survit en travaillant sur les golems actionnés par magie. Dresde est une jolie automate qui n'a connu que le luxe avant que son maître l'abandonne. Tout les sépare, et pourtant ils vont partager un rêve commun : s'enfuir de la forteresse volante. Traqués par un tueur mécanique qui écorche les humains pour voler leur peau, ils se lancent dans une course peut-être sans espoir : retrouver la mythique porte ouvrant sur la liberté.

     

     

    Je tiens avant tout à remercier Livraddict ainsi que les Éditions Le Pré aux Clercs pour ce partenariat 

      

     

    Mon avis

    Cœurs de Rouille est le 3ème titre de la collection Pandore des Éditions Le Pré aux Clercs que je lis. Si les 2 autres, Katana et La Fille-Sortilège, avaient été des coups de coeur, il n'en est malheureusement de loin pas de même pour ce titre. Et je vous avoue même que j'ai du mal à dire si j'ai finalement apprécié ou non cette lecture.

     

    La trame de base est finalement assez classique, des robots qui se "rebellent", mais il y avait cependant de bonnes idées, originales et intéressantes. Seulement, je n'ai pas vraiment accroché avec la mise en scène ni avec la plume de l'auteur. 

     

    Je vais tout d'abord parler du style d’écriture de l'auteur. N'ayant jamais lu d'autres livres de Justine Niogret, je ne saurais dire si c'est son style habituel, ou si c'est un style qu'elle a choisi spécifiquement pour ce livre, mais il est en tout cas très particulier.

    Tout d'abord, les phrases sont courtes, rendant le rythme saccadé, haché, cassant. Elle use également (et abuse, à mon sens) d'ellipses grammaticales, ce qui rend parfois la compréhension délicate et hasardeuse.

    Son style est également très imagé. Trop même. Que l'auteur utilise quelques images pour décrire ou renforcer, soit, ça peut être intéressant et donner de la profondeur, appuyer une notion, une idée, un point. Mais tout le temps, c'est trop pour moi, je n'ai pas du tout été sensible à cette manière de faire.

     

    L'univers est intéressant, mais pas assez développé et décrit à mon sens. Beaucoup de questions restent sans réponse, la visite de chaque étage est beaucoup trop rapide, tout reste trop en surface. 

    La mise en scène m'a également déroutée. Le schéma de progression des protagonistes est à chaque fois le même : ils doivent trouver les passages entre les différents étages pour pouvoir rejoindre l'étage le plus bas. Ils trouvent le passage, visitent (à peine) la pièce où ils atterrissent, trouvent rapidement le passage suivant,... Ça rend le rythme assez linéaire et plat. Ce ne serait pas spécialement dérangeant si la visite de chaque étage avait été beaucoup plus poussée ! Il y a avait là un fort potentiel, qui n'a pas été exploité. Dommage.

     

    L'ambiance est plutôt pas mal, mais aurait été encore plus prenante, plus oppressante, si le point précédent avait été mieux utilisé. 

    Et la fin... je l'ai trouvée précipitée, pas assez creusée et je n'y ai pas compris grand-chose. À vrai dire, je n'ai pas compris grand-chose au livre dans son intégralité finalement. 

    C'est personnel bien sûr, mais j'ai horreur qu'un auteur me donne des éléments, et peu voire pas de bribe de réponse ! Ça fait un peu "imagine toi toi-même les explications", et c'est trop facile. 

     

    Quant aux personnages, ils sont assez peu nombreux. La distance et la froideur entre Saxe et Dresde m'a mise énormément mal à l'aise tout au long de ma lecture. La psychologie des personnages est très peu poussée, et là encore, il y a un manque d'explications par rapport au fonctionnement des robots (la perle) et leur mode de pensée.

     

    En résumé, je peux dire finalement en relisant mon billet que je n'ai pas vraiment aimé cette lecture.  La trame était certes classique, mais il y avait tout de même des points originaux et intéressants qui n'ont pas été exploités de la manière la plus adéquate à mon sens. Le manque d'explications, tant pour l'histoire en elle-même que pour les personnages ou la fin par exemple, le style d'écriture haché, la mise en scène identique pour chaque étage, rend le tout plutôt plat. Je n'ai pas vraiment ressenti de montée d'adrénaline, et je me suis sentie assez étrangère à tout ça, je n'ai pas réussi à vraiment rentrer dans l'histoire.

     

     

    Appréciation

     

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict 


    1 commentaire
  • Joseph Delaney

    Éditions Bayard (jeunesse)

    Publié en 2010

    323 pages

     

     

     

    Synopsis

    Tom Ward, apprenti épouvanteur, est censé protéger le comté face à la montée en puissance de l'Obscur.
    Or sa mère a besoin de lui en Grèce, le pays où elle est née. L'Ordinn, une redoutable créature, est sur le point de resurgir. Si elle réussit à sortir des profondeurs de la terre, elle ravagera la Grèce, entraînant massacres et destructions.
    De retour au comté, la mère de Tom monte donc une expédition. Elle engage les sorcières de Pendle - dont la terrible Grimalkin -, ainsi qu'Alice et l'épouvanteur Bill Arkwright. Seul John Gregory refuse d'y participer.
    Changera-t-il d'avis? Quels sacrifices Tom devra-t-il consentir dans cette bataille sans merci contre l'Ordinn, la principale servante du Malin?

     

     

    Mon avis

    L'Épouvanteur fait parti des quelques livres que j'ai découverts bien avant d'être sur Livraddict et de bloguer, il y a plus de 3 ans donc. C'est évidemment la sublime couverture, simple, quelque peu vieillie, avec des écritures en relief et un toucher "cuir", tout en étant incroyablement mystérieuse qui a tout d'abord attisé ma curiosité. Le résumé a fait le reste ! 

    Et je me rends compte que j'ai donc mis 3 ans à lire la suite  De ce fait, mon ressenti et mon appréciation s'en trouvent faussés. En effet, j'ai eu beaucoup de mal à me remettre dans l'histoire et dans l'ambiance, à me remémorer, sans forcément parler de détails, mais même juste certaines grandes lignes. J'ai du coup d'autant plus apprécié les petits rappels aux tomes précédents qui parsèment le récit.

     

    L'histoire est assez sympa, même si au fil des tomes la mise en scène est plutôt similaire. On reste dans le sombre bien évidemment, le noir, le "qui fait frissonner". 

    Les révélations sont intéressantes, même si j'ai l'impression qu'au final, on n'avance pas beaucoup. La tension monte crescendo, tout comme les scène d'action. 

     

    Les persos sont toujours égaux à eux-mêmes, et je ne sais toujours pas quoi penser d'Alice... 

     

    Le style de l'auteur, enfin, est vraiment agréable et fluide. Et il a vraiment un don pour nous mettre dans l'ambiance ! 

     

    En résumé, je ne peux que vous conseiller de lire cette série, sans prétention mais en même temps terriblement originale, dans un univers extrêmement riche et complet. Et bien sûr, histoire à ne pas lire la nuit 

     

     

    Appréciation

     

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • [Sans titre]

    Sophie Audouin-Mamikonian

    Éditions Michel Lafon

    Publié en 2011

    372 pages

     

     

     

    Synopsis

    Dans les interminables plaines du Montana s'étend le ranch des Lykos. Les voisins alentour sont loin de se douter que ses habitants sont les membres de l'un des clans de loups-garous les plus puissants d'Amérique du Nord. Parmi eux, un seul humain a sa place : Indiana Teller, 17 ans. Né de l'union d'une humaine aux pouvoirs mystérieux et d'un loup-garou, Indiana est le petit-fils et le seul héritier de Karl, le chef de la meute. Se sentant comme un étranger parmi les siens, il lutte pour trouver sa place dans la hiérarchie codifiée imposée par son peuple : des créatures fantastiques qui vivent cachées au milieu des hommes.

     

     

    Mon avis

    Indiana Teller est le 1er livre de l'auteur que je lis. Bien qu'ayant le tome 1 de Tara Duncan dans ma PàL depuis pas loin d'un an, je ne l'avais pas encore ouvert, allez savoir pourquoi. 

    J'ai emprunté ce tome chez ma coupine Sev il y a quelques mois, et je viens enfin de le lire. Et donc, verdict ?

     

    Eh bien j'ai passé un agréable moment avec Indiana Teller ! Je ne sais absolument pas pourquoi, mais je m'attendais à tout autre chose ! 

    L'histoire de base n'est peut être pas très originale (un "gentil" (tout est relatif, hum hum...) chef dont la place est menacée par un "méchant"... Bon, ça reste assez commun. Cependant, la manière qu'a choisie l'auteur de traiter le sujet, d'amener les choses, est plutôt originale et intéressante. Et puis, il faut bien dire que pour une fois que ce sont les loup-garous qui sont mis en avant, c'est agréable et ça change ! 

    On est directement plongés dans l'univers créé par l'auteur, mais elle a su doser de manière juste la présentation de son monde, du personnage d'Indiana, sans que cela soit trop long ou trop rapide. 

    Les scènes s'enchaînent de manière fluide, il y a une bonne dose de mystère et la tension monte crescendo, même si on peut peut-être regretter quelques petites facilités (la grande fortune des Teller qui leur permet un peu tout et n'importe quoi...).

     

     

    Concernant les personnages, si je me suis prise d'affection pour Indiana, je regrette un peu le manque de profondeur de certains persos, de manière générale, voire même un peu "clichés" (le grand-père d'Indiana par exemple). 

    Et Katerina m'a insupportée au plus haut point. Raaaa mais quelle quiche, quelle nunuche, sérieux c'est pas possible ! 

    Comme je le disais, je me suis prise d'affection (chose assez rare) pour Indiana. Et son évolution au fil des pages est palpable. 

     

    Le style d'écriture de l’auteur est simple, fluide et agréable.

     

    En résumé, encore un court avis (ça m'apprendra à attendre pour écrire mes avis, on ne m'y reprendra plus :/ ) pour une lecture sympa et agréable. L'auteur pose les bases d'un univers original de par la société et les règles qui régissent les loup-garous, malgré une intrigue basique cependant relevée par la mise en forme. Une aventure où se mêlent habilement et agréablement fantastique et policier, le tout relevé par une touche d'humour. C'est un tome introductif assez sympa. J'espère cependant que l'intrigue, les persos et l'univers s'étofferont dans le tome suivant.

     

     

     

    Appréciation

     


     

    D'autres avis ? c'est par ici : Logo Livraddict


    1 commentaire
  • La Fille-Sortilège

    Marie Pavlenko

    Éditions Le Pré aux Clercs (Pandore)

    Publié en 2013

    427 pages

     

     

    Synopsis

    "Six clans, six magies, six pouvoirs. Un destin."
    Six Clans dirigent la Cité. Chacun possède une Magie qui commande aux éléments ou aux êtres vivants. De leur union dépend l’équilibre. C’est pourquoi durant la Fête des Échanges, les adolescents sont soumis à des épreuves, en vue d’être initiés. Parce qu’elle a échoué, la jeune Érine est bannie, loin de sa famille et de son Clan. Condamnée à survivre dans la zone d’exil, elle va bientôt découvrir le sombre secret de la Cité. Et le terrible complot qui menace de la détruire.

     

     

    Mon avis

    Encore un livre que j'ai fini il y a un bout de temps, plus d'un mois. Et là je le regrette vraiment, parce que j'ai adoré cette lecture, mais que mon avis sera forcément moins complet à force d'avoir remis l'écriture du billet 

     

    Dès les 1ères pages, on est plongés dans l'histoire et dans l'ambiance, sans aucun problème tellement le style d'écriture est agréable. L'histoire est vraiment intéressante et originale, et le récit jalonné de mystères, de rebondissements inattendus et de révélations surprenantes. Pas de clichés, de facilités ni de dénouements improbables. L'intrigue est recherchée, bien pensée et bien menée, le rythme entraînant et qui augmente crescendo pour devenir haletant. L'univers créé par l'auteur est riche, dense et travaillé, tout comme ses personnages, attachants et bien construits.

    L'utilisation de la magie est pour le moins originale et novatrice ! 

    La fin n'est pour une fois pas convenue, et je l'ai trouvée même étonnante.

    J'ai cependant tout de même 2 petits "regrets" : que certaines choses n'aient pas été plus approfondies, et que ce soit un one-shot. Raaaaa non, c'est tellement dommage, il fauuuuuuuuut une suite ! 

     

    Même si j'ai adoré ce livre, le gros point fort de cette lecture, à mes yeux, est sans conteste l'écriture de Marie Pavlenko. Riche, fluide, maîtrisée, poétique, elle manie les mots à la perfection et alterne subtilement les scènes d'action aux descriptions sans emmêler le lecteur, bien au contraire. 

     

    En résumé, une histoire intéressante, originale et recherchée, un univers riche et travaillé, et des personnages attachants et bien construits, c'est un coup de coeur !

     

     

    Appréciation

     

     


     

    D'autres avis ? c'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • Queen Betsy t2 : Vampire et fauchée

    MaryJanice Davidson

    Éditions Milady

    Publié en 2011

    312 pages

     

     

     

    Synopsis

    Elle voulait juste acheter de belles chaussures... Elle se retrouve avec la tenue complète de mariée ! La série de bit-lit pour toutes celles qui dévorent de la chick-lit !


    Rien ne fera jamais oublier son amour des chaussures à Betsy, pas même mourir et se réveiller reine des vampires.
    Entre son job de vendeuse chez Macy's et son nouveau statut, elle n'a plus de temps pour elle. Pour ne rien arranger, une série de meurtres l'oblige à prêter main forte au vampire qui la rend dingue, le très sexy Sinclair. Ah et en plus, ils sont désormais mariés...

     

     

     Mon avis

    Voilà presque 2 mois que j'ai fini ce livre, et je dois dire que j'en garde peu de souvenirs. Ça m’apprendra à ne pas rédiger mes billets tout de suite :/ Bref. 

    Je dois d'ailleurs avouer que je n'ai pas retenu grand chose du 1er tome non plus.

    C'est sympa, j'ai passé un bon moment même si c'est clair que ça vole pas très haut. Certains protagonistes sont un peu exaspérants, et certaines situations tirées par les cheveux et sans beaucoup de surprise. Il n'y a d'ailleurs finalement pas vraiment de réelle intrigue dans ce tome, et le fil conducteur (mais y en a-t-il seulement un d'ailleurs  ) n'avance guère.

    Mais bon après, c'est une lecture détente, divertissante, faite pour s'amuser et se vider la tête. Il faut en être conscient quand on lit cette série (et sûrement la chick-lit en général) et ne pas chercher quelque chose de très profond ou recherché.

     

    En résumé, un mini avis pour une lecture qui date. C'est drôle, sympa, léger, rafraîchissant, ça vide l'esprit, mais je n'en garderai pas un souvenir impérissable ^^

     

     

    Appréciation

     

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • Le livre et l'épée, t1 : La voie de la colère

    Antoine Rouaud

    Éditions Bragelonne

    Publié en 2013 (sortie orévue le 31 octobre)

    475 pages

    ENC

     

     

    Le livre et l'épée, t1 : La voie de la colère

     

    An 10 de la République, dans la cité portuaire de Masalia.
    Dun-Cadal n’est plus que l’ombre de lui-même. Trahi par ses amis et accablé par la mort de son apprenti, celui qui fut le plus grand général de l’Empire déchu passe désormais son temps à boire dans une taverne.
    Il s’est détourné de la politique, des aventures, et même de l’Histoire. Mais l’Histoire n’en a pas fini avec lui.
    Viola est une jeune historienne à la recherche de l’épée de l’Empereur, symbole de l’ancien régime. Elle sait que Dun-Cadal est la dernière personne à avoir été en possession de la précieuse relique, qu’il l'aurait cachée pendant les dernières heures de la révolution.
    Curieusement, c’est lorsqu’elle met enfin la main sur l’ancien chevalier que débute une série d’assassinats. L’un après l’autre, tous les anciens alliés de Dun-Cadal sont abattus par un homme qu’il a bien connu : l’assassin personnel de l’Empereur. L’ex-général en est convaincu : aucun de ces événements n’est le fruit du hasard. Dans l’ombre se dessine une conspiration qui va bouleverser le destin de chacun. Des secrets vont être révélés au fur et à mesure que Dun-Cadal va raconter son histoire. La véritable histoire.

     

     

     

    Le livre et l'épée, t1 : La voie de la colère

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Babélio de m'avoir permis de lire ce livre en avant 1ère .

     

     

     

    Le livre et l'épée, t1 : La voie de la colère Il va m'être plutôt difficile de faire cette chronique sans faire de tous petits mini spoilers. Pas de révélation sur l'intrigue, mais qui risquerait de vous gâcher un peu la surprise de certaines révélations. Si vous ne préférez vraiment rien savoir, passez directement à la partie "En résumé" en bas de chronique ;)

     

    J'ai été agréablement surprise de recevoir un mail de Babélio me proposant (enfin, pas qu'à moi hein :p ) de recevoir ce livre en avant 1ère. J'ai donc tenté ma chance et le livre est arrivé quelques semaines plus tard.

     

    De manière générale, l'auteur a su créer un univers captivant, une intrigue riche et travaillée, et des personnages certes très nombreux, mais crédibles, chacun étant toutefois détaillé et bien construit, avec son caractère propre.

    La grande force et l'originalité de ce roman, c'est sans conteste sa mise en scène ! La trame de base recèle quelques éléments déjà vus (luttes de pouvoir, mensonges, trahisons, le mentor déchu, l'élève qui ne paie pas de mine au demeurant mais se révèle exceptionnel...), mais la façon dont elle est traitée est vraiment intéressante et la mise en scène d'une originalité folle. 

    On suit donc tout d'abord l'histoire de Dun-Cadal Daermon, ancien général déchu de l'armée de l'Empire. Le point de vue de la narration est le sien. Il nous raconte sa vie, depuis la Guerre des Salines jusqu'au présent, et ce pendant la 1ère moitié. La 2ème moitié est racontée via les yeux d'un autre personnage, qui a vécu les mêmes scènes. On se retrouve donc à revivre ces scènes en les voyant de l'autre côté. C'est vraiment extrêmement original, et intéressant ! Et perturbant aussi. Parce qu'autant sur la partie racontée par Dun-Cadal, on est de son côté, autant lors de la 2ème partie, ce n'est plus vraiment le cas, car on a le son de cloche comme on dit de l'autre partie. C'est très déstabilisant, parce que c'est la 1ère fois que je n'ai pas réussi à m'attacher de manière sûre à la cause d'un seul personnage. Mais ce choix de mise en scène confère aussi un très bon rythme au roman. C'est soutenu et palpitant, et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Je ne trouve pas non plus que les révélations et autres rebondissements sont prévisibles, je me suis faite surprendre à chaque fois. J'ai vraiment trouvé le rythme haletant. Il augmente crescendo au fil des révélations, pour exploser en feu d'artifice à la fin !

    Divers thèmes sont évidemment abordés, tels que l'honneur, la confiance, les choix à faire selon ce qui est bien ou ce qu'il convient de faire. La magie y a une place aussi, petite mais intéressante et traitée de façon originale.

    Je regrette cependant 2-3 petites choses. Au début, même si c'est bien amené, je trouve que Dun-Cadal se confie peut-être un peu trop facilement à Viola. Et ensuite, il aurait été agréable d'avoir une carte du monde créé par l'auteur. J'avoue avoir eu parfois un peu de mal à me situer (maintenant comme c'est une ENC, elle sera peut-être dans la version définitive de l'ouvrage ? Je ne sais pas).

     

    Le style d'écriture de l'auteur est maîtrisé, dense tout en étant fluide. Les phrases se lisent toutes seules, les pages se tournent d'elles-mêmes, le vocabulaire est recherché, varié et adapté. J'ai beaucoup aimé la capacité de l'auteur à me faire rentrer dans son univers, limite à me donner l'impression de vivre la scène. Les descriptions sont très réussies, même si je regrette le peu de descriptions concernant le "décor".

     

    Enfin, je voudrais juste parler de 2-3 toutes petites choses qui m'ont "chagrinée". Ça concerne 2 mots de vocabulaire. J'ai pu lire "les pattes du cheval". Grrrrrrr, les chevaux n'ont PAS de pattes ! Ce sont des jambes, ou des membres. 

    Ensuite, j'ai lu "la cruauté animale". Bon, je sais bien que c'est une expression, mais comment peut-on dire ça ? Un animal n'est pas cruel, il tue pour se défendre ou se nourrir, pas par plaisir. L'humain est cruel, ça oui... 

    Alors oui je chipote, c'est pas dramatique c'est sûr, mais je voulais juste en faire part ^^

     

     

    En résumé, quelques éléments déjà vus, mais une mise en scène extrêmement originale et intéressante, une intrigue recherchée et des personnages complexes et travaillés, le tout porté par un style d'écriture fluide et maîtrisé, c'est un coup de coeur ! 

     

     

    Le livre et l'épée, t1 : La voie de la colère

     

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    2 commentaires
  • Soeurs Sorcières, t1

    Jessica Spotswood

    Éditions Nathan

    Publié en 2013

    392 pages

     

     

     

    Soeurs Sorcières, t1

     

    Cate, Maura et Tess vivent dans une Angleterre imaginaire de début du XXè siècle. À 17 ans, les femmes doivent normalement choisir entre se marier et rejoindre les ordres. Mais en plus d'être femmes, elles sont sorcières. Si quelqu'un le découvre, les Frères les enverront à l'asile ou les feront disparaître, comme toutes les autres.
    Depuis la mort de leur mère, Cate vit dans la peur, avec la mission de protéger ses sœurs. Mais ses 17 ans approchent et tout s'accélère : son ami d'enfance la demande en mariage, alors qu'un autre jeune homme fait chavirer son cœur. Et bientôt, Cate doit se rendre à l'évidence : malgré tout ses efforts, le danger se referme sur elle et ses sœurs comme un étau...

     

     

    Soeurs Sorcières, t1

     

    Je tiens avant tout à remercier la maison d'éditions pour cette découverte .

     

    J'avais beaucoup entendu parler de ce livre, et la couverture à la fois intrigante, recherchée et soignée, et le synopsis, ont attisé ma curiosité. Et c'est avec impatience et curiosité que je me suis plongée dans cette lecture. Et j'en suis ressortie sous le charme !

     

    Nous suivons les aventures de 3 sœurs, Cate, Maura et Tess, sorcières comme le titre l'indique. L'histoire se passe dans une Angleterre fictive du 19ème siècle. 

    L'histoire est originale et intéressante. L'auteur a mis en place une mythologie dans un monde certes imaginaire, mais ressemblant au nôtre, et donc totalement crédible. L'ambiance est mystérieuse à souhait, mystique et colle atrocement bien au contexte. Elle a également su créer une Histoire propre à son univers, une hiérarchie bien particulière et étonnante, qui recèle bien des mystères.

     

    Les personnages sont bien construits, avec des caractères propres. Cate est probablement celle à laquelle je me suis le plus attachée et à laquelle je m'identifie le plus, probablement parce que je comprends certaines de ses réactions (pas toutes, loin de là, mais certaines), même si ses tergiversations étaient peut-être un peu répétitives au bout d'un moment. Mais en même temps, elle a des choix pas faciles à faire pour une jeune fille de son âge. J'ai vraiment aimé ce perso, forte mais fragile à la fois. Elle a dû grandir plus vite qu'elle n'aurait dû, endosser le rôle que sa mère était censée tenir et a de lourdes responsabilités pour son âge. On la sent trop sérieuse pour son âge, trop sur la retenue. Alors que Maura est elle bien plus impulsive, dans "l'extravagance", l'envie de s'amuser, de découvrir le monde. Tess quant à elle, la plus jeune, est aussi la plus réfléchie, celle qui temporise. 

    J'ai beaucoup apprécié la diversité dans le caractère des 3 sœurs. Ça donne énormément de "vivant" au récit.

     

    Même si le récit est un peu linéaire et manque d'action, je ne me suis pas ennuyée un seul instant pour autant. De par son style d'écriture vraiment très agréable et fluide autant que par ses idées et sa mise en scène, l'auteur a su éveiller mon intérêt dès le début, attiser ma curiosité au fil des pages et me garder accrochée jusqu'à la fin du récit. Je n'ai pas ressenti de longueur et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. L'auteur distille ce qu'il faut de mystère pour capter l'attention du lecteur, et les dénouements et autres rebondissements ne m'ont pas paru faciles ni prévisibles.

    Différents thèmes sont abordés, notamment bien sûr la sorcellerie, qui se trouve ici être un défaut à cacher, à bannir, une honte plutôt qu'un don, mais également la place de la femme dans la société (enfin, celle du livre hein ^^), les choix, difficiles, à faire...

     

    En résumé, un style d'écriture fluide et extrêmement agréable, une intrigue originale et intéressante et une ambiance parfaite m'ont totalement emportée ! J'ai hâte de lire la suite pour découvrir ce qu'il va se passer !

     

     

    Soeurs Sorcières, t1

     

     

     

     

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici :  Logo Livraddict


    2 commentaires
  • Les chasseurs d'âmes t1

    S.A. William

    Éditions Sonia Coudert

    Publié en 2010

    313 pages

     

     

     

    Les chasseurs d'âmes t1

     

    Zack est un adolescent normal, si tant est que la norme inclut une mère qui vous déteste, un père absent et une soeur qui doit se cacher pour vous parler. Sa vie s’écoule lentement dans une banalité mortelle lorsqu’un jour, une jeune inconnue lui passe un anneau au doigt et file sans ajouter un mot.

    Zack se retrouve malgré lui projeté dans un monde onirique où il devra apprendre à combattre un ennemi invisible qui enferme les dormeurs dans leurs rêves et les plonge dans le coma, mission pour laquelle il ne se sent pas concerné... Jusqu’à ce que sa soeur, sa raison de vivre, tombe à son tour dans cette mystérieuse maladie du sommeil...

     

     

    Les chasseurs d'âmes t1

     

    J'ai découvert SAW il y a quelques mois, par le biais d'un concours qu'elle organisait sur FB. La couverture tout d'abord, avec ce petit côté manga, puis le résumé, m'ont intriguée. J'ai ensuite eu la chance de pouvoir la voir à la Japan Expo de cette année, et forcément, j'ai craqué, direct pour la trilogie ! Et je dois dire en passant que je regrette de ne pas avoir plus discuté avec elle à la JE, et surtout de ne pas avoir pris de photo. Mais quel boulet ><

    Bref. 

    Bon bon bon... je dois dire que c'est assez bizarre et pas des plus évident de rédiger un avis en sachant que l'auteur va le lire... 

    Je tiens encore une fois à préciser que je ne suis de loin pas une pro, et que ce que je dis ne sont que des impressions, des ressentis, en aucun cas des jugements.

     

    Une fois n'est pas coutume, je vais commencer ma chronique en parlant du dernier point que je traite habituellement, le style d'écriture de l'auteur. Parce que je trouve que ça a un peu desservi le roman, au début du moins. Je sais que c'est le 1er titre de l'auteur, et une fois de plus, loin de moi l'idée de juger, je serai bien incapable d'écrire moi-même. Attention hein, le style d'écriture est loin d'être désagréable, il est de manière générale simple et fluide, et s'étoffe même au fil des pages. Cependant, j'ai trouvé certains choix de narration assez surprenants et pour être honnête, pas très judicieux. 

    Tout d'abord, l'auteur a choisi de nous raconter son histoire du point de vue de Zack, à la 1ère personne. Je ne saurai dire précisément pourquoi, mais je trouve qu'il aurait été plus intéressant d'avoir un point de vue omniscient ou externe. Je trouve que la narration à la 1ère personne est un exercice risqué et difficile. 

    Ensuite, le temps de la narration m'a assez perturbée. Je n'ai pas pensé à prendre de notes, mais j'ai eu l'impression que certaines concordances étaient erronées. 

    En fait, je crois que c'est le mélange récit à la 1ère personne avec une narration au passé simple qui ne fonctionne pas très bien dans le cas présent. 

    Pour finir sur ce point, la construction de certaines phrases est assez perturbante. Courtes, plutôt simplistes, certaines manquant de relation entre elles, la ponctuation étant également par moment mal ou peu utilisée. Des subordonnées qui auraient méritées d'être des "vraies" phrases à elles seules, et inversement, des virgules utilisées en trop grand nombre (là où il aurait peut être fallu un "et", un ":"," un "." ou un ";"). Ça alourdit un peu le récit et ralentit la lecture.

    On sent toute l'envie de l'auteur de nous faire plonger dans son monde, de nous raconter cette histoire. Cependant, cette hâte dessert quelque peu l'histoire, qui aurait mérité que le style d'écriture soit un peu revu et étoffé pour donner plus de profondeur et de consistance au roman. 

     

    Voilà voilà, après ça, passons maintenant à l'histoire ! Eh bien j'ai vraiment beaucoup aimé et j'ai passé un très bon moment ! L'univers est classique puisque l'histoire se passe dans notre monde et à notre époque, mais l'intrigue est vraiment originale et intéressante, même si certaines choses auraient pu être plus poussées (cf le point 1). J'ai également apprécié les clins d’œil aux films et musiques (peut être aussi séries, je ne me rappelle plus j'avoue) qui permettent d'ancrer le récit et de lui donner de la crédibilité.  

    Les personnages sont plutôt recherchés, néanmoins, certains manquent de maturité malgré leur âge (notamment Sylia et Robin) et pour le moment, de profondeur aussi. 

    J'ai bien entendu un énorme coup de coeur pour les Harbis, plus précisément pour Tilt, évidemment ! 

     

    En résumé, un 1er tome introductif qui pose les bases d'une histoire originale et intéressante, mais un petit manque de profondeur dans le style d'écriture et les personnages. C'est agréable, ça se lit vite. Un bon moment !

     

     

     

    Les chasseurs d'âmes t1

     

     

     

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    3 commentaires
  • Elantris, intégrale

    Elantris

    Brandon Sanderson

    Publié en 2011

    797 pages

     

     

    Elantris, intégrale

     

    Il y a dix ans, la sublime cité d’Elantris, capitale de l’Arélon, a été frappée de malédiction. Ses portes sont désormais closes et nul ne sait ce qui se passe derrière ses murailles. Kae est devenue la première ville de l’Arélon. Quand la princesse Sarène y arrive pour épouser Raoden, l’héritier de la couronne, on lui apprend qu’il vient de mourir. Veuve d’un homme qu’elle n’a jamais vu, Sarène choisit pourtant de rester à la cour, et tente de percer le mystère d’Elantris… 

     

     

    Elantris, intégrale

     

    Je tiens tout d'abord à remercier la maison d'éditions pour cet envoi 

     

    Ah, Elantris... J'en avais pas mal entendu parler, et j'avais vraiment hâte de le lire. Sans être une grande spécialiste de fantasy, je pense m'y connaître un ptit peu quand même, ce genre étant mon genre de prédilection depuis une bonne 15aine d'années. Malheureusement, je n'ai pas réussi à me plonger dedans et pour la 1ère fois, j'ai abandonné un livre 

    Pourtant ce n'est vraiment pas faute d'avoir essayé. Je l'ai commencé il y a plus de 2 mois (je m'en rappelle parce que c'était juste avant la Japan Expo), j'ai fait des ptites pauses en alternant avec d'autres lectures, j'ai essayé de m'accrocher, j'ai poussé jusqu'à la moitié du livre, mais malgré tout je n'ai pas réussi. 400 pages quand il en reste presque autant à lire, c'est beaucoup. Je peux me forcer à lire un livre de 300-400 pages même si je n'adhère pas ou peu, mais me forcer à lire 800 pages, je suis sincèrement désolée, mais je n'ai pas pu.

     

    L'idée de base et l'univers étaient pourtant originaux et intéressants, mais mon dieu, que de longueurs, que de détails. Il y a profusion de tout : personnages (aux noms pour certains assez ressemblant) ; intrigues (je ne sais même pas combien il y a de fils directeurs. Trop pour moi, qui m'ont fait perdre le fil principal, même si tout est plus ou moins lié) ; religions (j'ai compté pas moins de 3 - ou même 4 ! - religions différentes aux noms extrêmement similaires (shu-késeg, shu-korath, shu-déreth).

    Le vocabulaire inventé par l'auteur, que ce soit pour les personnages, les lieux, les religions... certains se ressemblent beaucoup (réod, Téod, Shaod par exemple, ou ceux des religions).

    L'histoire part dans tous les sens, les quelques explications que j'ai eues jusqu'à maintenant sont un peu trop mystiques pour moi, mais surtout, ça ne bouge pas. L'action est jusqu'à maintenant inexistante. 

    Il y a beaucoup de détails donc, mais ce sont des détails historiques, politiques et religieux, et en même temps, il y en a peu sur le monde créé par l'auteur. C'est très sombre, très triste, ça me donne l'impression d'un décor de béton, très dur, très froid. Angoissant, oppressant. 

     

    Quant au style de l'auteur, je l'ai trouvé assez "lourd" et peu fluide.

     

    Alors évidemment, je ne peux nier que malgré ces points "négatifs" que j'ai relevés, l'auteur a été très (trop ? ) méticuleux et a créé un univers et une intrigue extrêmement bien travaillés, complets et complexes. Malheureusement, pour moi, ça n'a pas fonctionné. L'auteur se perd dans des circonvolutions autour du fil rouge, la chute d'Elantris, qui, au lieu de donner de la profondeur et de l'intérêt au récit, ne font que perdre le lecteur dans de multiples intrigues. Je ne doute pas que tout se rejoint au bout d'un moment (du moins, je l'espère ! ), et j'aime en général les intrigues et les univers bien posés et qui tiennent la route, mais là pour moi, c'était de trop. 

    Ceci dit, il y a tout de même aussi beaucoup de points intéressants. Outre le monde et l'histoire, certaines idées sont appréciables et vraiment très bonnes (les séons par exemple). Les personnages, malgré leur grand nombre, sont différents et extrêmement bien construits, sans tomber dans le cliché du méchant-qui-veut-détruire/régner sur-l'univers et de l'élu/e qui va le sauver, ce monde, et ont des personnalités riches et crédibles, et l à encore, complexes. 

     

    En résumé, un univers et une intrigue intéressants et originaux, mais trop travaillés et recherchés pour moi, trop de détails, trop de longueurs, une écriture lourde et manquant de fluidité, je suis sincèrement navrée mais je n'ai pas réussi à accrocher. Ceci dit, si vous aimez les univers bien travaillés et les intrigues compliquées, ce livre est fait pour vous. Mais je le déconseillerai aux novices en matière de fantasy qui risqueraient de s'y perdre.

    Je n'ai pas totalement abandonné l'idée de le lire, et au contraire, je le reprendrais un jour (je le reprendrais, je ne le recommencerais pas du début...) parce que j'ai quand même envie de voir comment ça évolue (surtout vu toutes les bonnes critiques) et de connaître la fin. 

     

     

    Elantris, intégrale

     

    (abandonné donc)

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict

     


    2 commentaires