• De fièvre et de Sang

    Sire Cédric

    Éditions Pocket

    Publié en 2012

    565 pages

     

     

    Synopsis

    Une jeune fille se réveille entièrement nue et entravée sur un matelas couvert de sang. Elle sait qu'elle va mourir, toute tentative de fuite semble inutile. La douleur n'est rien en comparaison de la peur panique qui s'est emparée d'elle...
    Le commandant Vauvert mène l'enquête en compagnie d'une profileuse albinos, Eva Svärta. Personnage excentrique et hors-norme, Eva a un véritable sixième sens qui fait d'elle une redoutable traqueuse de l'ombre. Ensemble, ils vont tenter de remonter la piste d'un tueur en série qu'ils croyaient mort et qui a pour habitude de vider entièrement ses victimes de leur sang. S'agit-il d'une réincarnation, d'un spectre, d'un homme, d'une femme, d'une créature d'un autre monde ?

     

     

    Mon avis 

    Encore une chronique victime de ma flemmardise... Presque 2 mois que j'ai fini ce livre, c'est une honte .

    Bref, je vais essayer de faire remonter mes souvenirs quand même...

     

    Sire Cédric... j'en entends évidemment parler depuis fort longtemps, mais je n'avais jamais pris le temps de découvrir un de ses livres. Je l'ai aussi rencontré au SDL de Colmar, et c'est également quelqu'un d'ouvert et d'accessible. J'avais pris mon exemplaire de De Fièvre et de Sang pour une petite dédicace, et je l'ai donc lu quelques semaines plus tard.

    Et donc ?

     

    Eh bien, j'ai adoré ! Autant l'histoire, que l'ambiance, et le style d'écriture ! WAOU ! De quoi me réconcilier avec le genre (j'ai quelque peu délaissé tout ce qui est thriller/polar/horreur au profit de la fantasy) !

    Dans les thriller, la trame de base reste quand même toujours à peu près identique, un tueur en série qu'il faut choper. Après ce qui fait qu'on accroche ou pas, c'est la façon de développer cette idée, et le style d'écriture. 

    Là, on plonge direct dans l'histoire, dans l'horreur. L'intrigue est recherchée, extrêmement bien menée et cohérente, le suspense bien présent et haletant, les rebondissements sont nombreux et le rythme soutenu. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, je n'ai pas déploré de longueurs. 

    La fin n'est pas précipitée, elle est travaillée, et si au début les "fausses fins" (c'est fini, ah ben non, rebondissement, ah là c'est fini, ah ben non) m'ont légèrement exaspérée, en y réfléchissant, je me dis que ça ne pouvait pas être autrement, et que finalement c'est parfait comme ça.

     

    Les personnages sont divers et là également extrêmement bien travaillés. Les 2 personnages principaux, Eva Svärta et le commandant Vauvert, m'ont cependant paru un peu "clichés" : atypiques, avec un lourd passé. C'est assez commun en ce moment. 

     

    Le style d'écriture enfin, est juste WAOU ! L'auteur a vraiment un don pour les descriptions et nous faire pénétrer dans son univers très facilement. C'est fluide, c'est maîtrisé, c'est parfait !

     

    En résumé, une histoire dense, travaillée et recherchée, gore à souhait, portée par des personnages principaux certes un peu clichés mais charismatiques, et une écriture fluide et maîtrisée, j'ai adoré et je lirai d'autres titres de cet auteur !

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯ 

     D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict  


    votre commentaire
  • Voyage extraordinaire au royaume des 7 Tours, tome 1

    Arthur Ténor

    Éditions Plon (jeunesse)

    Publié en 2006

    315 pages

     

     

    Synopsis

    Partir dans des mondes parallèles fantastiques ? C'est devenu possible ! Et certains infinimondes de l'imaginaire deviennent de nouvelles destinations touristiques ! C'est au royaume des Sept Tours que Thédric Tibert, étudiant en mal d'aventures, a choisi de vivre un raid Emotions fortes. Mais il n'était pas du tout prévu que le royaume des Sept Tours entrerait en guerre contre les forces de l'Immonde, empêchant tout retour des touristes sur Terre. Thédric est alors emporté dans la tourmente d'un conflit inimaginable...

     

     

     Mon avis

     

    J'avais découvert Arthur Ténor grâce à un partenariat Livraddict pour Les Fabuleux, que j'avais adoré. J'ai eu la chance de rencontrer l'auteur au Salon du livres de Colmar il y a quelques semaines, et c'est quelqu'un d'extrêmement gentil, ouvert et disponible. J'en ai profité pour prendre ce livre donc, ainsi que le 1er tome (même s'ils peuvent se lire indépendamment) de L'Elfe au Dragon.

     

    Voyage extraordinaire au Royaume des 7 Tours se passe, si mes souvenirs sont exacts (oui parce que comme d'hab, j'ai fini ce livre il y a fort longtemps - pas loin de 2 mois - donc mes souvenirs ne sont plus très frais >< ), 60 ou 70 ans après Les Fabuleux.

    L'histoire se passe dans un futur proche, en partie dans notre monde. On y découvre Thédric, 21 ans, étudiant en droit, le genre de gars un peu effacé, pas vraiment populaire ni très courageux, qui décide de se payer un voyage dans un infinimonde de l'imaginaire, le Royaume des 7 tours.

     

    J'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver cet univers, même si j'avoue avoir parfois eu du mal à me le représenter, bizarrement. 

    L'intrigue n'est peut-être pas forcément très novatrice, mais elle reste efficace, prenante, intéressante, bien menée et palpitante. La tension ainsi que l'action augmentent crescendo, et j'ai vraiment été emportée par les rebondissements et dénouements que je n'ai pas trouvés faciles.

    L'univers est captivant, avec ses propres peuples, son Histoire, sa faune et sa flore.

     

    Concernant les personnages, j'ai adoré celui de Thédric ! Le parfait boulet, le plouc en promenade dans un "raid émotions fortes". Un humour très drôle, même si c'est pas forcément toujours voulu ! lol ! J'ai également beaucoup aimé son évolution au fil des pages.

    Les litiths sont un peuple très intéressant et particulier également ! 

    Je regrette peut-être un manque de personnage féminin malgré la présence de Lizlide.

     

    Le style d'écriture de l'auteur enfin, est extrêmement agréable : fluide, maîtrisé, simple sans pour autant être simpliste, il m'a vraiment transportée dans son univers tout en me faisant également ressentir tout un tas d'émotions (joie, colère, rire, larmes aussi (oui pour ça par contre, grrrr hein)...). Certains passages sont extrêmement poétiques.

     

    En résumé, une trame de base classique mais développée de manière intéressante, portée par des personnages divers et variés, hauts en couleur, ainsi que par un style d'écriture fluide et très agréable, j'ai adoré !

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯ 

     D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    7 commentaires
  • Sagas des Neuf Mondes, tome 1 : Les larmes de Freyja

    Pierre Efratas

    Éditions Flammèche

    Publié en 2013

    Format ePub

     

     

    Synopsis

    Ces histoires furent contées à la cour de Halfdan III le Noir, roi du Vestfold, par un scalde nommé Bjarni Olofsson.

    La lyre de Bjarni s’est éteinte depuis longtemps, mais quand souffle le vent du Nord, tendez bien l’oreille : il vous emmènera dans les neuf mondes où vivent les dieux, les humains, les créatures étranges, l’aventure, la magie, l’amour et, parfois, l’humour. Alors frémiront pour vous les feuilles immémoriales d’Yggdrasil, le frêne cosmique.

    Écoutez…

    Écoutez l’histoire de Freyja qui, pour le plus beau des bijoux, dut payer le prix des larmes.

     

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict ainsi que les Éditions Flammèche pour ce partenariat .

     

    Alors je ne sais pas pourquoi, mais en voyant la (splendide soit dit en passant) couverture, je m'attendais à une histoire qui se passe dans un pays oriental alors que pas du tout lol ! C'est même tout le contraire puisque j'ai découvert grâce à ça que Freyja est une divinité du panthéon nordique ! 

     

    Je ne suis pas une grande spécialiste des légendes nordiques. J'ai donc vraiment apprécié cette petite (et courte, à peine 25 pages) histoire. Elle est drôle et triste à la fois, bien menée et cohérente. C'était un moment agréable. 

    Les personnages sont peu nombreux mais relativement bien construits, même si je regrette que Freyja m'ait donné l'impression d'être une pute vénale et superficielle :s

     

    Cependant, sur aussi peu de pages, il est évident que rien ne peut être très développé. L'histoire souffre donc quand même d'un manque de développement, de consistance, tout comme les personnages. Je ne sais pas pourquoi avoir fait le choix de si peu de pages. Pas forcément faire 300 pages non, mais au moins le double, 50 pages, ça aurait déjà permis  plus de profondeur, de rythme.

     

    Le style de l'auteur est vraiment agréable, fluide et léger. C'est frais et pétillant !

     

    En résumé, une petite histoire sympa dans un univers original et plutôt rare, et un style d'écriture vraiment agréable. Un bon moment.

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    1 commentaire
  • Katana, tome 2 : Dragon Noir

    Jean-Luc Bizien

    Éditions Le Pré aux Clercs

    Publié en 2013

    364 pages

     

     

    Synopsis

    Ichirô et les siens ont affronté de terribles épreuves. Ils décident de venger la mort de leurs parents en abattant le seigneur-dragon. Mais ce dernier connait sa puissance, et désire l'affrontement. Une seule arme peut vaincre le monstre : le katana du défunt Toshirô, dont la lame a été bénie des dieux. Où se trouve cette lame de légende? Existe-t-elle seulement ? Qui peut se montrer digne de la manier ? Les combattants devront s'unir pour relever l'ultime défi qui les plongera dans la plus terrible des batailles.

     

     

     Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict ainsi que les Éditions Le Pré aux Clercs pour ce partenariat .

     

    Il y a quelques mois, j'avais eu la chance de découvrir le tome 1 de Katana : Vent Rouge, également grâce à un partenariat Livraddict, et ça avait été un coup de coeur. J'avais tout aimé : l'histoire, les personnages, l'ambiance, l'univers japonais médiéval trop rare à mon goût, le style d'écriture. J'étais donc très impatiente de pouvoir lire la suite, et fin donc puisque c'est un diptyque. L'occasion s'est de nouveau présentée lors d'un partenariat sur Livraddict, j'ai tenté et eu de la chance ^^

     

    J'ai donc retrouvé avec plaisir et impatience Ichirô, Hatanaka et tous les autres, exactement là où on les avait laissés, ce que j'ai trouvé extrêmement plaisant. Ça donne une impression de ne pas avoir interrompue la lecture, et une sensation de continuité. 

    L'histoire est vraiment intéressante, originale, bien menée, complexe et cohérente. On a enfin toutes les explications qu'on attendait avec tant d'impatience, et les rebondissements et révélations sont pour le moins surprenants. Pas de facilités ni de clichés. 

    Quant à la fin... je dois dire que je ne m'attendais pas du tout à ça ! J'ai tout d'abord été surprise, choquée, triste et déçue de cette fin. Puis en y réfléchissant, je trouve finalement qu'elle est parfaite comme elle est.

    Il y a quand même une petite chose que je "déplore" dans ce tome, c'est un déséquilibre entre action et narration/explication. L'action véritable, celle qu'on attend depuis les toutes premières pages du 1er tome, est concentrée sur les disons 50 dernières pages. J'ai trouvé ça un peu précipité du coup. 

     

    Les personnages évoluent de manière vraiment très intéressante et très crédible. J'ai particulièrement apprécié le changement de Buta... ;)

    Ceci dit, Hatanaka est peut-être un peu moins charismatique, et un peu plus - je sais pas trop - effacé, pas sûr de lui.

     

    La plume de l'auteur enfin, pfiou, elle est toujours extrêmement agréable, maîtrisée, fluide et efficace ! 

     

    En résumé, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire la suite et fin des aventures d'Ichirô, Hatanaka et les autres. L'histoire est toujours aussi prenante et la plume de l'auteur efficace. Je suis passée pas loin du coup de coeur pour ce tome 2 en raison d'un déséquilibre un peu gênant (à mon goût) entre l'action et la narration.

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici :  Logo Livraddict

     


    votre commentaire
  • Le Sang des 7 Rois tome 1

    Régis Goddyn

    Éditions L'Atalante

    Publié en 2013

    400 pages

     

     

     

    Synopsis

    25 juillet 806

    Deuxième jour de traque. Depuis le départ du château, la pluie n'a pas cessé de tomber. Je profite d'une roche en surplomb pour abriter le journal et écrire ce premier compte-rendu. Arrivés sur les alpages, nous avons suivi la crête pour trouver des indices. Rien ne nous avait préparés à ce que nous avons trouvé là. Un autre campement avait été édifié à cinquante pas à vol d'oiseau du premier et tout indique qu'alors que nous pensions notre retard considérable,ses occupants s'en étaient allés quelques heures auparavant.

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Babélio ainsi que les Éditions l'Atalante pour ce partenariat.

     

    Bon bon bon... Je dois dire que je ne sais pas très bien par où commencer. J'ai mis un temps FOU à lire ce livre (oui oui, même pour moi :p ). Et du coup, je n'arrive pas très bien non plus à savoir quel est mon sentiment vis à vis de cette lecture. Mitigée je suis, je dirai. 

     

    Si la trame de fond m'a dans l'ensemble plu, il y a en revanches plusieurs choses qui ont vraiment rendu cette lecture laborieuse. Je vais commencer par celle qui m'a le plus horripilée : la mise en page. Bon sang mais sérieusement quoi, les paragraphes bordel !!! Il y a très peu de paragraphes et/ou de sauts de ligne. Le rendu fait très pavé, bloc, condensé, pas du tout aéré et m'a rendu la lecture extrêmement pénible et fatigante. Rien qu'à cause de ça, j'ai failli abandonner ma lecture à plusieurs reprises. 

     

    Si l'histoire paraissait être intéressante, elle tarde, elle tarde, elle taaaaaaarde à démarrer. Pendant pas moins de 150 pages, je me suis ennuyée ferme, et je n'ai pas vraiment tout compris à tout ce qui se passait. Il y a trop d'infos, trop de détails, l'auteur veut nous présenter son univers, ok, mais ça part dans tous les sens. Il y a bien quelques petits éléments disséminés ça et là, qui ont su éveiller un léger intérêt durant ces 150 pages. À partir de là, il y a commencé à avoir une ébauche de rythme plus "intense" (enfin, tout est relatif...), des révélations, qui là OUI, ont titiller ma curiosité et m'ont poussée à continuer (et aussi je dois le dire, 2 commentaires de lectrices sur ma page fb). 

    Cependant, si la tournure des évènements et les quelques révélations et rebondissements ont su éveiller en moi curiosité et intérêt donc, le tout est bien vite retombé comme un soufflé. Au bout de quelques chapitres, l'auteur s'empêtre à nouveau dans moult détails et explications, et l'histoire se perd dans tout ça. Et le lecteur avec. Franchement, si je devais faire un résumé... ben... euh... 

    Il y a des choses intéressantes (la magie par exemple), oui bien sûr, mais le choix de mise en scène m'a déroutée et vraiment pas du tout emportée. En fait, j'ai une impression de différentes histoires, ayant un lien les unes avec les autres, évidemment, mais pour l'instant je n'arrive pas à faire ce lien.

     

    Les personnages, très nombreux, ne m'ont pas spécialement touchés ni attirés ma sympathie. Et ça manque cruellement de personnages féminin, à part sur la fin avec Rosa (que j'ai trouvé assez détestable d'ailleurs).

     

    Le style de l'auteur  enfin... eh bien je l'ai trouvé plutôt inégal, maladroit et manquant de fluidité à vrai dire. Il y a beaucoup de répétitions, que ce soit de mots (4x "alors" sur 3 phrases...) ou d'info, et de lourdeurs dans le récit. Le choix du vocabulaire est parfois assez surprenant, comme celui, encore une fois, de la mise en page (une phrase de narration au beau milieu du dialogue d'un perso, sans différenciation (saut à la ligne, tiret, parenthèses...), c'est très déstabilisant). Et malgré la carte, j'ai tout de même souvent eu du mal à me repérer.

    Je ne suis évidemment pas une pro de l'écriture, ce n'est que mon ressenti.

     

    Ah, une dernière chose. Le résumé de la 4ème de couverture ne correspond pas à la date du 25 juillet 806. Et d'ailleurs en fait, cette date n'apparaît même pas du tout dans le livre. C'est un détail, certes, mais quand même...

     

    En résumé, une histoire au demeurant intéressante, mais qui est traitée de manière compliquée et avec une mise en forme particulière et déroutante. Un trop plein de détails, un style d'écriture inégal et parfois maladroit, et une mise en page qui peut en rebuter certains, ça me navre mais je ressors vraiment mitigée de cette lecture :( Pourtant je suis plutôt bonne lectrice en fantasy en général. Je ne sais pas si je lirai la suite.

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    3 commentaires
  • Lily et Po, trilogie

    Lauren Oliver

    Éditions Hachette

    Publié en 2012

    160 pages

     

     

     

    Synopsis

    Lily, une fillette de 10 ans, est depuis le décès de son père tenue enfermée dans un grenier par sa belle-mère. Une nuit, elle reçoit la visite de Po, un curieux fantôme lui apportant un message de son père. Pendant ce temps, un jeune apprenti alchimiste est chargé par son maître de discrètement la surveiller.

     

     

    Mon avis

     J'avais beaucoup entendu parler de ces lires lors de leurs sorties, et je dois dire que j'avais complètement craqué pour leurs magnifiques couvertures. Je les ai dénichés par hasard cet été, alors que je faisais le tour des bouquinistes dans un petit village lorrain. 

     

    Alors, je dois dire, et je ne sais pas pourquoi d'ailleurs, que je ne m'attendais pas du tout à une histoire aussi jeunesse. Cependant, après la surprise passée, j'ai vraiment apprécié cette histoire que j'ai trouvée rythmée, bien menée et cohérente. Bien sûr, ça reste très jeunesse, donc les gentils sont très gentils et les méchants, très méchants. Mais malgré une histoire à la base triste, on ne tombe pas dans le mélo ou le gnan-gnan bien souvent caractéristique des histoire jeunesse. C'est mignon, c'est tendre, il y a bien sûr un soupçon de morale, mais ça ne dégouline pas de mièvrerie pour autant. 

     

    Les personnages "gentils" (Lily, Po, Balluchon, Will, et le gardien et son chat dont j'ai oublié le nom >< ) sont touchants et attachants. 

    Les autres sont évidemment détestables ! 

     

    La plume de l'auteur est très agréable, fluide et simple sans pour autant tomber dans le simpliste comme ça peut être le cas dans des livres jeunesse.

    Et les livres en eux-mêmes sont vraiment magnifiques ! Les couvertures sont soignées, elles ont un touché velouté très agréable, de très beaux dessins et des couleurs vives et gais. 

     

    En résumé, une très agréable lecture pour ces 3 tous petits livres jeunesse qui se lisent très vite. Une petite impression de retour en enfance avec ce conte très bien mené dans un univers original. Si je l'avais lu quand j'avais 8-10 ans, j'aurai adoré, c'est sûr !

     

     

    Appréciation

     

     

     ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    2 commentaires
  • La Divine Géométrie

    Karen Engelmann

    Éditions JC Lattès

    Publié en 2013

    500 pages

     

     

     

    Synopsis

    En cette année 1791, à Stockholm, la vie est presque parfaite pour Emil Larsson, fonctionnaire au Bureau des douanes, joueur et célibataire endurci. Mais voilà qu’un soir, Mme Moineau, tenancière d’une maison de jeu très privée et cartomancienne de son état, lui fait part d’une vision qu’elle a eue le concernant : amour et union sont promis à Emil. Elle lui propose de lui tirer une Octave, un tarot préfigurant les huit personnes susceptibles de l’aider à réaliser cette vision, s’il parvient à les trouver. Intrigué, Emil commence donc sa quête. Mais au cours d’une partie de cartes, les pouvoirs de l’Octave se révèlent dans toute leur profondeur : il ne s’agit plus seulement d’une affaire de cœur. Réunir les Huit est à présent crucial pour tirer le pays du chaos qui le menace. Sous le règne du roi Gustave III, tandis que les vents révolutionnaires font rage à travers les capitales européennes, La Divine Géométrie nous présente une galerie de personnages hauts en couleur dans un récit empreint de mystère et de magie.

     

     

    Mon avis

    Je tiens tout d'abord à remercier les Éditions Lattès pour cet envoi, et à m'excuser très sincèrement pour le retard de ma chronique.

     

    De prime abord, je ne fais pas particulièrement partie de ceux qui croient aux diverses techniques divinatoires. Mais, je ne dis pas non plus que j'y suis totalement fermée. En fait, j'ai tendance à bien vouloir croire à différents phénomènes paranormaux, mais comme on ne peut pas vraiment prouver leur véracité, je reste sceptique. En gros, j'y crois, mais...

    J'étais donc quand même curieuse quand on m'a proposé de découvrir ce livre. Malheureusement, la sauce n'a pas pris avec moi, et le résumé qui me faisait espérer un récit bourré d'intrigues et de mystères n'a de loin pas été à la hauteur.

    Si le début m'a emballée, avec le tirage des différentes cartes de l'Octave, la suite m'a totalement perdue, ennuyée, et j'ai abandonné ma lecture arrivée à la page 210. En effet, pendant une bonne centaine de pages, j'ai trouvé qu'il ne se passait rien d'intéressant, et même, à vrai dire, je n'ai pas compris grand-chose au récit. Je l'ai trouvé long, ennuyeux, inintéressant, et pas du tout fidèle à ce que le résumé nous laissait croire.

    Je m'attendais à une histoire ésotérique mélangeant fiction et faits historiques réels, et ce que j'ai finalement ressenti, c'était plutôt une histoire simplement "personnelle", celle de la recherche de l'âme soeur d'Emil Larsson.

     

    Ce dernier, d'ailleurs, m'a complètement exaspérée. Naïf, niais, ses gémissements et plaintes perpétuels, son indécision, m'ont lassée. 

    De manière générale d'ailleurs, les personnages ne m'ont pas spécialement convaincue, à part peut-être Mme Moineau que j'ai trouvée assez mystérieuse.

     

    Le style de l'auteur n'est pas spécialement désagréable, mais je l'ai néanmoins trouvé parfois maladroit et manquant de fluidité.

     

    En résumé, je ressors déçue de cette lecture dont le résumé ne tient pas ses promesses d'une aventure rocambolesque, rythmée et mystérieuse, et dont on se perd dans les méandres  d'une intrigue politique assez complexe. J'ai abandonné.

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    3 commentaires
  • Il y a quelques jours, Sia me proposait de reprendre avec elle le challenge saisonnier de Marmotte, qui nous a gentiment donné son autorisation. Et comme j'aimais bien le principe, ben j'ai accepté 

     

    Challenge des 4 saisons

     

    Le thème de cette saison sera donc… Fées d’hiver

    Une fois qu’on sera tous tapis au coin du feu (ou du radiateur), ce sera le moment de s’évader un peu du côté de Féérie : histoires de fées, de Merlin à Merry Gentry en passant par Le Cycle des Princes d’Ambre, tous genres et époques confondus sont acceptés, pour peu qu’il y ait une ou plusieurs fées dans le texte !

     

    Aucune contrainte, pas de seuil à passer, le seul mot d’ordre est de se faire plaisir (mais avec des fées). 

    Le challenge est ouvert à tous (blogueurs ou non, forumeurs ou non) : pensez juste à nous signaler vos lectures !

     

    Quelques dates :

    - le challenge hivernal commence le 01.12.

    - les inscriptions sont ouvertes du 01.12 au 31.12

    - le challenge s’achève le 20.03 (le challenge du printemps sera lancé dans ces eaux-là). 

     

    Voici quelques logos que vous pouvez utiliser sur vos articles (mais si quelqu’un se sent l’âme créative, n’hésitez pas !). 

     

    Challenge des 4 saisons    Challenge des 4 saisons

     

    Challenge des 4 saisons    Challenge des 4 saisons

     

     

    Les inscriptions se font sur cet article ou celui de Sia, ou en commentaires sur le topic sur Livraddict. Nous mettrons les articles et le sujet à jour au fur et à mesure !

    Il ne reste qu’une chose à faire : à vos livres !

     

    Pas d'idées ? Voici une liste (non exhaustive) de titres pouvant entrer dans ce challenge : 

    - Âmes de verre, Anthelme Hauchecorne.

    - Enchantement, Orson Scott Card. 

    - La Sève et le Givre, Léa Silhol. 

    - Thomas le rimeur, Ellen Kushner. 

    - Faërie, R. E. Feits. 

    - La Grande Bible des fées, Edouard Brasey. 

    - L'Epouse de bois, Terri Windling. 

    - Le Cycle des Princes d'Ambre, Roger Zelazny. 

    - La Compagnie des fées, Garry Kilworth. 

    - La Guerre des fées, Tad Williams. 

    - Le Parlement des fées, John Crowley. 

    - Les Dossiers Dresden, Jim Butcher (suivant les tomes). 

    - Mercy Thompson, Patricia Briggs (suivant les tomes). 

    - Sidhe, Sandy Williams. 

    - Le Clairvoyage,Anne Fakhouri.

    - Magies secrètes, Hervé Jubert. 

    - Les Royaumes invisibles, Julie Kagawa. 

    - Rue Farfadet, Raphaël Albert. 

    - Artemis Fowl, Eoin Colfer. 

    - L'Apprentie de Merlin, Fabien Clavel. 

    - Merry Gentry, Laurell K. Hamilton. 

    - La Fille du roi des elfes, Lord Dunsany. 

    -Les Enchantements d'Ambremer, Pierre Pevel. 

    - Les Chroniques de McKayla Lane, K. M. Moning.

    - Sous la piscine, Justin d'Ath.

    - La Trilogie des Trylles, Amanda Hocking. 

    - L'échange, Brenda Yovanoff. 

     

    À vous de jouer !

     

     

     


    votre commentaire
  • La dictature aléatoire

    Gabriel Arlys

    Éditions Boz'Dodor

    Publié en 2013

    ebook

     

     

     

    Synopsis

    599…
    599 années après Ka…
    L’an 2753 après Jésus-Christ selon le décompte utilisé dans l’ancien monde...
    Dans la cité d’Anse-la-belle, la civilisation Zéphyr vit en harmonie avec la nature depuis près de six siècles. Cette utopie écologique fut permise grâce à l’avènement de la « puce ». La puce détermine aléatoirement la durée de vie de chaque Zéphyr, entre 40 et 60 ans, réglant ainsi les problèmes de surpopulation, de retraite, d'impact sur l'environnement...
    En 599, alors que la civilisation Zéphyr s'apprête à quitter Anse-la-belle pour la transition de fin de siècle, Noa Larsen, un Zéphyr connu et apprécié de tous, va dépasser le seuil fatidique des 60 années de vie. A l'intérieur d'un monde socialement et écologiquement parfait, est-ce que ce dysfonctionnement passera inaperçu ? Ou, est-ce que le bonheur, même collectif, se révèlera n'être qu'un point d'équilibre instable ?

     

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict ainsi que les éditions Boz'Dodor pour ce partenariat .

     

     

    Mon avis

    Eh bien, que voilà une lecture qui change de mes lectures habituelles ! J'adore les films catastrophes (Le jour d'après, 2012, Independace day, Armageddon, La Grande Inondation...), mais ils traitent de la partie précédent la catastrophe. Je n'ai encore jamais lu de livre/vu de film dont l'histoire se situe après la catastrophe, et j'ai trouvé ça extrêmement intéressant et original (même si ça ne doit pas être le 1er, mais comme je n'en ai pas lu d'autres avant...).

     

    J'ai globalement tout apprécié dans ce livre.

    L'histoire principalement, que j'ai trouvée originale et très bien menée. L'intrigue est prenante et recherchée, même si le rythme n'est pas forcément très soutenu et qu'il n'y a pas de rebondissements toutes les 2 pages. 

     

    Suite à une épidémie, la quasi totalité de l'humanité a été décimée. Les quelques survivants se regroupent et 5 d'entre eux prennent la tête pour former le Cercle de Décisions et reconstruire une civilisation basée sur le respect de la vie et de la nature, avec des règles très strictes. Jusqu'au jour où la machine bien huilée se dérègle...

     

    Au début, j'étais très emballée par les idées novatrices et au demeurant très intelligentes et réfléchies. Une civilisation enfin basée sur le respect de la nature, des animaux, de la vie, c'était très intéressant. Les 5 ont établi des règles très strictes pour créer un mode de vie censé être le meilleur et égal pour tous. Mais au fil des pages, j'ai commencé à douter, pour être finalement de plus en plus "choquée" par certaines choses. Si au départ l'idée de ce monde pouvait être intéressante et sûrement très bonne pour permettre aux "Zéphyrs" de vivre, il s'agit en réalité plus de survie que de vie réelle. Les gens n'ont plus de liberté de penser, d'agir, de choisir... Finalement, il s'agit plus d'un endoctrinement et de lavage de cerveau, même si à la base ce n'était certainement pas le but des créateurs du Cercle.

    J'ai lu dans un billet (je ne sais plus lequel, désolée) que les personnages n'étaient pas assez décrits psychologiquement. Je pense au contraire que c'est fait exprès. Ils vivent dans un monde où tout est décidé pour eux : de ce qu'ils feront comme métier, à l'endroit où ils vont vivre en passant par la personne avec qui ils vont se marier. Les gens n'ont plus de libre-arbitre, plus de choix, plus de décision à prendre. Plus de droit, au final, si ce n'est de faire ce qui est écrit dans la loi. Ils ont subi un lavage de cerveau, ils sont endoctrinés, lisses, identiques, sans capacités de réflexions ou de prises de décision. C'est juste parfaitement en adéquation avec l'histoire.

     

    La fin me laisse peut-être un petit goût de trop rapide. J'aurai aimé que les choses se fassent un peu plus lentement pour être mieux approfondies, plus denses. 

     

    Le style de l'auteur est vraiment maîtrisé et très agréable. J'avais un peu peur de me perdre dans les explications scientifiques et le flash-back du début, et finalement non, pas trop (un peu tout de même, mais moins que ce que je pensais  ).

     

    En résumé, un univers et une intrigue intéressants, une société originale, des idées qui font réfléchir et un style d'écriture maîtrisé et agréable, j'ai passé un bon moment avec cette lecture qui me change de mes lectures habituelles.

     

     

    Appréciation

     

     

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • Sîn, t1 : Le Dernier Poète

    Noureddine Séoudi

    Éditions Atria

    Publié en 2009

    472 pages

     

     

     

    Synopsis

    Comment une conque couverte de symboles en njomalil ou langue des étoiles, la plus ancienne et mère de toutes les langues, a-t-elle pu échouer sur les berges du Nahdor, alors que la rivière ne communique pas avec l'océan ? Quelqu'un l'a-t-il placée là délibérément ? Quel message renferme-t-elle ?

    Le mage Felden, terriblement inquiet suite à la découverte de ce mystérieux coquillage, décide de quitter le Naharina pour rejoindre Kudram, la cité des mages. Se joignent à lui Imrou et Rânsa, deux adolescents qu'il a recueillis enfants, ainsi que leurs amis : Siméon, Dalim et Selma.

    Ce long voyage parsemé d'embûches, de rencontres inquiétantes, fantastiques va révéler nos jeunes compagnons : les apparences sont souvent trompeuses...

    Notre petit groupe sera-t-il le bienvenu à Kudram ? La prochaine guerre de l'Arbre serait-elle imminente ? Quel sera le destin de chacun d'entre eux ? Quel rôle décideront-ils de jouer dans cet avenir incertain ?

     

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict ainsi que les Éditions Atria pour ce partenariat .

     

     

    Mon avis

     

    Je n'aime pas faire des chroniques négatives. Je n'aime pas non pas parce que je n'ose pas ou que j'ai peur de dire ce que je pense, mais parce que j'imagine à quel point ça doit être dur pour un auteur, même s'il en est conscient, de lire une critique négative... Et ce n'est jamais évident d'en écrire une.

    Quand j'ai vu ce livre à l'affiche des partenariats de Livraddict il y a quelques semaines, j'ai tout de suite été attirée par sa couverture à la fois mystérieuse et colorée, ainsi que par le résumé. Une aventure dans un univers aux accents orientaux, voilà quelque chose d'inhabituel, et j'étais persuadée d'accrocher. Or pas du tout. 

     

    La trame de base n'est pas spécialement inédite. Une quête, une mission, des mystères, des méchants, des élus,... Bon. En même temps, c'est difficile d'avoir autre chose dans une aventure. Finalement, tout dépend de la manière dont est traité de le sujet, de ce qui entoure l'intrigue principale. Et là je peux résumer en un mot : gnein ? 

    Imrou et Rânsa trouvent un coquillage porteur d'étranges symboles. Ils le montrent à Felden, qui décide subitement de partir à Kudram. Soit. Mais pourquoi ? Eh ben honnêtement j'en sais rien. Et c'est à peu près comme ça tout du long. Je n'ai pas réussi à rentrer dans l'histoire tant l'auteur amène de détails, d'infos, toujours et encore plus. Je me suis complètement embrouillée, perdue, noyée. Et j'ai retenu très peu d'infos. 

    L'auteur part dans des explications extrêmement compliquées et confuses, sur son univers, sa mythologie, et s'éloigne complètement de la trame de base, à savoir son coquillage tagué. Du moins c'est ce que j'ai ressenti. 

    Il y a trop d’anecdotes, de légende, d'histoires, de détails. 

    De même, malgré la (très jolie soit dit en passant) carte présente au début du roman, je n'ai pas vraiment réussi à me repérer, et je n'aurai pas du tout réussi sans l'itinéraire tracé. 

    L'intrigue n'avance pas donc, et le voyage est émaillé de rencontres, d'obstacles, dont je n'ai pas saisi l'utilité. Il y a beaucoup de facilités, les "combats" sont réglés en 2mn top chrono, les rebondissements sont quasi inexistants et les dénouements prévisibles. 

     

    Les personnages sont très nombreux, et, là encore, je me suis perdue et avait beaucoup de mal à savoir au bout d'un moment qui est qui. De manière générale, concernant les personnages de la "troupe" de base, je les ai trouvés très immatures, même les adultes, et tous très plats, identiques. Ils sont tous sages, gentils, bons, avec des qualités exceptionnelles... 

    Quant aux méchants, ils sont... très méchants. 

     

    La plume de l'auteur, en raison de la quantité d'informations, n'est pas spécialement fluide et légère. Je l'ai trouvée souvent embrouillée et maladroite.

    La mise en page est vraiment très particulière. Il y a beaucoup de lignes sautées, ce qui en général marque la fin d'une action, d'un passage. Mais pas là. Là ça marque... je sais pas quoi à vrai dire. Ça casse le rythme. 

    De même, l'utilisation abusive des virgules, bien souvent mal placées, est extrêmement dérangeante et casse le rythme. 

    Il y a également beaucoup de répétitions, et des fautes d'orthographe sont passées au travers des corrections. Quand il en reste quelques unes ce n'est pas dérangeant, mais là, il y en avait encore au moins une 20aine, et encore, je n'ai même pas fini le livre...

     

    Je ne peux nier qu'il y avait de bonnes idées dans ce livre (les arches à l'entrée de Kadrum, l'épreuve de la plume par exemple), malheureusement le tout a été mal exploité. J'ai eu beaucoup de mal, le début est plutôt chaotique, les révélations ne commencent enfin qu'à la page 157 à peu près. 

    M'ennuyant fermement arrivée aux 2/3 du livre à peu près, je m'étais résolue à abandonner cette lecture. Mais comme il s'agit d'un partenariat, j'avais beaucoup de scrupules. Je ne trouvais pas ça correct. J'avais donc décidé de le finir au moins en diagonal. Seulement voilà, je suis tombée sur 2 énormités qui m'ont fait bondir. 

    Je ne fais généralement pas de parallèle avec d'autres livres que j'ai lus, je n'aime pas ça. La frontière entre inspiration et """plagiat""" (conscient ou non) est extrêmement faible. Et puis ce n'est pas parce que quelqu'un voit une ressemblance de près ou de loin avec un autre livre qu'un autre lecteur le ressentira de la même manière. Mais là je trouve ça trop gros. 

    Tout d'abord, lorsqu'un des protagonistes monte sur un énorme oiseau volant, voici la phrase qu'il dit :

    - Vole Altaïr, vole ! Montre ce que célérité veut dire !  p.315

     

    Voici la phrase qu'on peut entendre dans un film très connu :

    "Cours Gripoil, montre nous ce que le mot célérité veut dire".

     

    C'est quand même très ressemblant non ? Mais bon, ok, c'est mon imagination.

    Or quelques pages plus loin :

    - Quel est le nom de cette galette ? demanda-t-il à Felden en grimaçant.

    - C'est de la kesra, du pain de voyage sinéen. [...] Une bouchée de ce pain contient l'énergie d'un repas complet. p. 366

     

    Bon bon bon... là désolée, mais c'en était trop pour moi. Je le répète, je ne parle pas de plagiat. Simplement en cas d'inspiration, j'ai trouvé ça moyennement subtil. Après, ce n'est que mon avis, il n'engage que moi.

     

    En résumé, un univers aux saveurs orientales intéressant, une intrigue certes classique, mais qui a malheureusement été mal exploité selon moi. Trop de détails, trop de longueurs, trop de perso, une intrigue qui se perd dans les méandres des explications, je pense qu'il aurait été judicieux de supprimer pas mal de choses pour alléger et fluidifier le récit. 

     

    Appréciation

    j'ai abandonné

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire