• Céline Mancellon

    Éditions Sharon Kena

    Publié en 2013

    Format ebook

     

     

     

    Synopsis

    Ère de Gyeon - Année du dragon rouge - Pays de Koro 

    Choisir le futur roi, voilà la responsabilité de la princesse Aijee. La jeune femme doit échanger sa liberté contre un époux afin d'assurer la pérennité du trône. Quatre candidats sélectionnés parmi les notables devront la conquérir même si un seul fait battre son cœur : cet homme ténébreux qui l'attire à en oublier la raison. 

    Clans, combats, complots, guerres et amour. Ouvrez la porte du pays des pluies et vivez son histoire.

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier la maison d'éditions pour ce partenariat.

     

    Clans, combats, complots, guerres (et amour, oui aussi), le tout dans un univers asiatique, ce livre avait tout pour me plaire. 

    Si dans l'ensemble, j'ai aimé et passé un bon moment, je dois quand même avouer que ce livre n'est malheureusement pas exempt de défauts et de lacunes.

     

    Le 1er soucis que j'ai rencontré, c'est que je me suis sentie un peu (ok, beaucoup) perdue. Outre la profusion des personnages, l'univers est très peu décrit, et je déteste être plongée comme ça dans un monde et qu'on fasse comme si je connaissais tout. Les descriptions des lieux sont très peu présentes, ainsi que de l'histoire de cet univers. Il y a bien quelques petites choses disséminées ici ou là, mais trop peu pour moi pour que j'ai l'impression de connaître et de comprendre. Il y a un cruel manque de bases, de fondations. 

    Par contre, certains combats sont décrits de manière un peu trop précise. On se fiche un peu du sens dans lequel tel perso va tourner son pied, sa main, son arme. 

    J'ai eu autant de mal à me représenter cet univers pas assez décrit que les combats, trop décrits.

     

    Les personnages sont très nombreux, et là encore, je me suis perdue. Pourtant l'auteur les présente de manière individuelle et assez correctement dès le début, mais je ne sais pas, à part 2-3 (Aijee, Chun, Lamyon) les autres je n'ai pas su les différencier. Et si l'idée de mettre les noms des protagonistes au commencement de chaque chapitre était bonne au début, ça m'a finalement bien vite agacée et freiné et gêné dans ma lecture.

     

    L'histoire quant à elle, est intéressante même si pas spécialement originale. Par contre, je trouve vraiment dommage d'avoir mis autant de rebondissements. Pourquoi ne pas s'arrêter au 2ème rebondissement *spoiler* (l'enlèvement d'Aijee) *spoiler fin* et garder les autres rebondissements et révélations pour un tome suivant, tout en étoffant beaucoup plus l'intrigue de celui ci ??? J'avoue que je ne comprends pas, et je suis un peu déçue du choix de développement, parce que vraiment, vraiment, cette histoire aurait énormément gagné à être beaucoup plus développée et étoffée, tout en écrémant certaines choses.

     

    Le style d'écriture de l'auteur enfin, s'il n'est pas désagréable, il n'est clairement pas abouti non plus. Le récit souffre de tâtonnements, de maladresses stylistiques, de fautes d'orthographe, de répétitions voire même inversement d'oublis de mots. Certaines tournures de phrases sont extrêmement malhabiles, voire incompréhensibles et le vocabulaire utilisé pas toujours adéquat. De même, la construction de la majorité des phrases est assez simple et basique : sujet verbe complément. Cependant, afin d'alléger le texte et de fluidifier la lecture, il aurait été judicieux d'utiliser beaucoup plus de participe présent que de verbes conjugués, et/ou de placer des virgules ou des points-virgules. 

    Pour en revenir au vocabulaire, je l'ai trouvé beaucoup trop "actuel" pour l’époque dans laquelle est censée se passer l'intrigue. 

     

    Voici quelques phrases ou morceaux de phrases que j'ai relevés : 

    p. 40 : "entre ses pieds de la princesse"

    p. 44 : "Chun recula son pied gauche en arrière" (oui s'il le recule, on se doute un peu que c'est en arrière)

    p. 58 : "le chemin à sens inverse"

    p. 75 : perplexicité (euh, gnein ?)

    p. 100 : "le cheval par les rennes"

    p. 101 : "À cette idée, son coeur menaçait d'exploser dans sa poitrine à cette idée"

    p. 125 : "J'ai entendu une conversion" (gnein bis)

    p. 209 : "Arrête de lui causer d'Aijee" (ouch, le causer là me fait mal >< )

    p. 217 : "La table royale formait un "U" à l'envers : son Altesse s'installa à celle du centre" (ok, mais "celle" renvoie à quoi ? )

    p. 240 : "Ce fut ses dernières paroles" 

     

     

    En résumé, j'ai aimé l'histoire, j'ai aimé le contexte et l'univers, mais je regrette un manque d'approfondissement de l'ensemble. C'est dommage, parce que vraiment, cette histoire aurait pu être excellente si elle avait été mieux travaillée.

     

    Edit : je viens de lire sur une chronique qu'il y aurait apparemment une carte du monde dans la version papier. Elle ne figure pas dans la version numérique, dommage...

     

    Appréciation

     

     

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict

     

     


    1 commentaire
  • Black Diamond, t1 : Visions Mortelles

    Sandra Paillard

    Éditions Sharon Kena

    Publié en 2014

    Format ebook

     

     

    Synopsis

    Sarah, dix-sept ans, mène une existence compliquée. Orpheline et fugitive, elle est en plus clairvoyante. Le passé, le présent et l'avenir n'ont aucun secret pour elle ; sauf Black Diamond. La bourgade du Dakota semble l'appeler et lui montre un garçon, mais pas son visage. Elle sait que le seul moyen d'interrompre ce harcèlement psychique est de comprendre sa raison. Lorsqu'elle détecte chez James Drake, un lycéen de son âge, des dons paranormaux très puissants et découvre que, pendant des décennies, la commune a déclaré dix fois moins de décès que la famille fondatrice, elle s'interroge. Et si c'était James qui l'avait attirée ici et qu'il s'agissait d'un piège ? Cependant, quel rapport peut-il bien y avoir entre un garçon de dix-huit ans et des morts survenues un siècle auparavant ? Cette enquête lui fera entrevoir un monde dont elle ne soupçonnait pas l'existence et la mènera loin, très loin sur le chemin de sa destinée.

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier la maison d'édition pour cet envoi ^^

     

    Bon bon bon... voilà une chronique qui va m'être dure à écrire... Je le dis tout de suite, je n'ai pas du tout aimé ce livre. J'ai pour habitude de dire ce que je pense, cependant, avec le temps, l'âge, l'expérience, bref, comme vous voulez, j'ai appris à ne plus être aussi brut de décoffrage que je l’étais étant jeune. Parce que même si on dit "il faut appeler un chat un chat", il y a l'art et la manière de dire les choses. Le but n'est pas d'être blessante, mais objective et de donner mon ressenti. Et là, ben ça va pas le faire...

     

    Si les 1ères lignes m'ont emballée, une étrange sensation s'est insinuée en moi au fil des pages, et je n'ai pas réussi à m'en débarrasser, à tel point que j'ai fini la lecture en diagonale. En TRÉS diagonale. Ce n'est que la 2ème fois que ça m'arrive.

     

    Sarah est donc une jeune fille de 17 ans, orpheline de mère et qui se cache de son père violent. Solitaire, aux passions peu communes pour une fille (les voitures), elle a également des visions qui l'amènent à Black Diamond, petite bourgade perdue des États-Unis. De par sa situation personnelle pour le moins inhabituelle, elle est rapidement le centre des conversations des lycéens, ce qui n'est pas franchement pour lui plaire. Elle se lie d'amitié avec 2 personnes une fille et un garçon (dont j'ai totalement oublié les noms, sorry), mais bien vite, est intriguée par une bande de 5 ados étranges et qui passent leur temps entre eux, 2 filles et 3 garçons, 4 en couple et un célibataire, tous "adoptés" par les mêmes parents... Ah, vous aussi ça commence à vous rappeler quelque chose ? Bon, continuons. 

    James Drake, le célibataire de la bande, ne la laisse pas indifférente mais en même temps, Sarah a l'impression qu'il la hait. Sa présence l'insupporte, sans parler de son odeur... On continue ? Ok.

    Bref, suite à quelques évènements, Sarah et James se rapprochent, et on en apprend plus sur lui et sa... "famille". 

    Ils sont vampires (noooooon sérieux ??), se nourrissent de sang animal, le père est - entre autres - médecin (avec l'âge qu'il a il a eu le temps de passer plusieurs diplômes), ont chacun des dons différents, une force surhumaine (ahahah) et sont très beaux, fatalement.

    Bon j'ai sûrement oublié des choses, mais voilà, vous comprenez pourquoi je n'ai pas réussi à me défaire de ce sentiment de malaise ?? J'ai eu l'impression de lire une copie de Twilight. Et je suis désolée, une pâle copie. J'ai lu cette saga il y a longtemps, et si je n'en garde pas un souvenir très précis, je sais que j'avais aimé.

    Ah si, dans la "fratrie", on retrouve la nana exubérante et un brin timbrée, qui va très vite se lier d'amitié avec Sarah ; celle par contre qui est plus froide, plus méfiante, plus sur la retenue ; le gars qui a encore du mal à se retenir de ne pas dévorer de la chair fraîche... Raaaaa et les "ma chérie", "mon amour" et autres niaiseries m'ont plus qu'agacée.

    Sarah et James finissent ensemble, elle aimerait bien aller plus loin, mais oh ! ils peuvent pas, c'est trop dangereux voyons pour une humaine. On pourrait au moins essayer ? Hmmm... bon... d'accord. Finalement non, c'est trop dangereux ! Ben transforme moi alors. Non je refuse ! Allez je t'en supplie, je veux passer le reste de mes jours avec toi, ma vie ne veut rien dire sans toi, blablabla... Non c'est hors de question, tu ne te rends pas compte de ce que tu me demandes, blablabla.

     

    Euh bon. Là dessus, on ne sait pas pourquoi, d'anciennes connaissances de Sarah font leur apparition, ce qui va l'amener à se mettre dans une situation "dangereuse" (enfin... si on veut). James, ne le supportant pas, la plaque. Bref, la fin est prévisible. Tout est prévisible. Et d'ailleurs, je n'ai pas compris quel était le fil rouge. 

    Là, pour moi, il y a beaucoup trop de ressemblances, que ce soit les vampires, ou même le déroulement de l'histoire. Il y a des différences, évidemment, et heureusement j'ai envie de dire. Mais dans les grandes lignes, le schéma est le même

    Même s'il n'y a pas vraiment d'intrigue à proprement parlé, il y avait de bonnes idées, notamment dans le personnage de Sarah, et je ne comprends vraiment pas les choix de l'auteur quant au développement arf 

    Alors bon, c'est un 1er tome, peut être que par la suite... En tout cas, se sera sans moi. 

     

    Outre le manque d'originalité et d'intrigue, les personnages sont plats et fades, sans aucun intérêt. 

     

    Ma critique n'est pas tendre, et j'en suis vraiment désolée. Mais si on veut être honnête, on ne peut pas nier les énormes ressemblances. Ou alors faut vraiment être aveugle. Ou de mauvaise foi, au choix.

     

    Bref, pour ce 1er partenariat avec les Éditions Sharon Kena, ça n'a pas du tout fonctionné, malheureusement. À vous de vous faire votre propre idée ;)

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    1 commentaire
  • Les enfants d'Evernight, t1 : De l'autre côté de la nuit

    Mel Andoryss

    Éditions Castelmore

    Publié en 2014

    317 pages

     

     

     

    Synopsis

    Pour échapper à la pension, Camille fait un voeu à la veille de son treizième anniversaire, avant de s'endormir : ne plus jamais se réveiller. Lorsqu'elle rouvre les yeux, elle découvre que son souhait s'est réalisé. La voici à Evernight, le monde des rêves. Perdue dans cet univers étrange, elle rencontre le Marchand de sable. Malgré le soutien que lui apporte le jeune homme, Camille comprend qu'elle n'est pas la bienvenue : aucun humain n'est toléré à Evernight !

     

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier la maison d'édition ainsi que Livraddict pour ce partenariat ^^

     

    En commençant ce livre, j'ai eu un peu peur de trouver un côté très ressemblant à Peter Pan (même si je ne l'ai pas lu). Et puis finalement, non. Si on peut y trouver des ressemblances au début, le développement est heureusement bien différent. En parcourant d'un oeil 2-3 chroniques, j'ai lu que quelqu'un y avait trouvé pas mal de références à Alice au Pays des Merveilles. Et là je dis chapeau parce qu'effectivement, je n'y avais pas fait attention.

    Si l'histoire m'a dans l'ensemble plu, je regrette quand même plusieurs choses. L'univers créé par l'auteur est dense, intéressant, original, loufoque aussi, il est cependant assez complexe, et il y a un manque à mes yeux d'informations et d'explications. Je n'aime pas être balancée dans un univers comme si j'étais censée le connaître. La compréhension de l'histoire s'en trouve grandement compromise. 

    De même, je n'ai pas réussi à définir une trame principale. Il y a tout d'abord le 1er chapitre, avec Mathias, qui nous fait déjà nous poser des questions. Puis Camille se retrouve propulsée dans ce monde, bon ok, on se dit que le fil rouge va être de la faire rentrer chez elle. Et là il y a plusieurs choses qui s’enchaînent, c'est parti un peu dans tous les sens sans que je réussisse à y trouver un lien. Et comme dit, très peu de réponses. Et c'est frustrant. 

     

    Les personnages sont relativement nombreux, et j'ai eu un peu de mal à m'y retrouver. Chose assez inhabituelle, Camille, que l'on pourrait penser être l'héroïne au premier abord, est au final très peu présente. Elle manque également de charisme et de courage, et j'ai eu envie plusieurs fois de la prendre par les épaules et la secouer en lui disant "mais tu vas réagir ouiiiiiiii ??! ". J'espère qu'elle aura plus de courage et qu'elle saura s'affirmer par la suite. 

    Mathias, le Maître du Temps, est également très peu présent. C'est un personnage très secret, énigmatique, qui a piqué ma curiosité.

    Maximilien, le Marchand de Sable, est du genre grande gueule, moqueur et bourré de cynisme. Si au bout d'un moment il a commencé à m'agacer par son manque de maturité (bon sang, deviendrais-je une de ces vieilles connes dénuée de fraîcheur, de légèreté et de folie ?? ) et ses piques qu'il lance perpétuellement, il semblerait qu'il cache son jeu derrière une façade, et j'ai hâte d'en savoir plus.

    Enfin, nous avons North, le Vendeur de Nuit (ou plutôt, la ;) ). Elle fait partie des 3 seuls humains autorisés à demeurer à Evernight. North est une jeune fille énergique, qui na pas - non plus - la langue dans sa poche.

     

    Le style d'écriture de l'auteur est fluide et agréable, sans être toutefois extrêmement recherché. 

    La mise en page est soignée et aérée, mais les chapitres un peu longs à mon goût.

     

    En résumé, un univers intéressant et original, mais un cruel manque d'explications, tout comme l'intrigue, les intrigues même, qui partent un peu dans tous les sens. C'est un 1er tome certes, mais pour ma part je suis un peu restée sur ma faim. Je lirai la suite, j'ai envie de savoir ce qui va se passer !

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    2 commentaires
  • Violentilla

    Corine M.

    Éditions Rebelle

    Publié en 2013

    Format ebook

     

     

     

    Synopsis

    Entre ses problèmes de couple et la perte de son emploi, rien ne va plus dans la vie de Simon Fontane. Aussi, lorsqu’il décroche un poste de veilleur de nuit dans l’un des plus beaux musées antiques de sa ville, il pense enfin pouvoir prendre un nouveau départ avec Florian, son fils de huit ans. Pourtant, tout ne va pas se dérouler comme prévu… Parmi les statues de marbre, les amphores et autres vestiges du passé glorieux d’Arles, se trouve un objet bien singulier : le sarcophage des amants. Nuit après nuit, au cœur d’un été caniculaire, des phénomènes surnaturels commencent à se manifester dans le musée. Sur le fil du temps, entre le passé et le présent, Simon va sombrer peu à peu dans les dédales d’un étrange mystère, entraîné par une entité enchanteresse, la troublante Violentilla…

     

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens avant tout à remercier l'auteur ainsi que la maison d'édition pour cet envoi.

     

    De l'auteur, j'ai déjà lu Train de Nuit, un recueil de nouvelles fantastiques, que j'avais apprécié. Mais qu'en est-il de Violentilla ?

     

    Eh bien... j'ai tout simplement adoré cette lecture ! Si je dois avouer que j'ai eu un peu peur au début de retrouver quelque chose ressemblant à Une Nuit au Musée, je me suis vite rendue compte qu'il n'en était fort heureusement rien ! 

    J'ai tout aimé, que ce soit l'histoire et l'intrigue que j'ai trouvées originales, bien menées et bien construites, les personnages divers et variés, crédibles et également bien construits, les rebondissements, l'ambiance, le suspense, le dénouement que je n'ai absolument pas trouvé prévisible ! 

    Et j'ai beaucoup aimé (encore :p ) les sauts dans le temps, qui donnent encore un peu plus de rythme au récit.

    Allez, pour chipoter, si vraiment je devais trouver un petit point négatif, c'est que je pense que ce roman aurait grandement mérité une centaine de pages de plus pour pouvoir être plus approfondi. L’histoire se déroule assez rapidement, ce qui n'est cependant pas désagréable car du coup on n'a pas le temps de s’ennuyer.

     

    Mais surtout, ce que j'ai le plus apprécié, c'est la plume de l'auteur. Corine a un style incontestablement fluide, agréable, travaillé et maîtrisé. Elle manie les mots avec une habilité que j'ai rarement ressentie. Le vocabulaire est varié et recherché, et surtout, elle maîtrise vraiment bien les descriptions, que ce soit de des lieux ou des émotions. 

     

    J'ai bien conscience que ma chronique est très courte, mais quand on a aimé un livre, c'est toujours bizarrement moins évident de dire pourquoi que pour un livre avec lequel ça n'a pas marché ! 

     

    En résumé, eh bien j'ai aimé, j'ai dévoré, rien de plus à dire ! 

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • Lune d'émeraude, tome 1 : Sombre Sorcellerie

    Marjorie Burbaud

    Publié en 2012

    Éditions Edilivre

    Format ebook

     

     

     

    Synopsis

    Dans ce monde les Sorcières ne sont pas repoussantes et méchantes : elles sont belles et envoûtantes ; les Sorciers ne sont pas cruels et immondes, bien au contraire ! Dans l’Empire Orphérien, où vivent ensemble de nombreuses Kreattures, la paix est douteuse. La menace règne entre les deux plus puissants clans de Sorciers de l’Empire : les Grawell et les Xomiraz. Et, lorsque le destin lie leurs deux héritiers jusqu'à la mort, l'Empire est livré à une sombre guerre d'amour et de haine. Et si ce n'était que le début d'une longue route semée d'embûches ? 

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier l'auteur pour cet envoi.

     

    Alors, je dois dire que les 1ères pages du livre m'ont quelque peu "inquiétée"... C'était très paillettes, robes, chaussures, garçons, enfin, très fille quoi. Un peu niais et superficiel, enfin, plus de mon âge :p Et je me suis intéressée d'un peu plus près à la biographie de l'auteur, et là j'ai découvert qu'elle avait écrit ce livre à... 13 ans :o ! Alors bon, ok, du coup, j'ai tenté de lire ce livre avec mes yeux de pré ado. 

    Si je devais donner mon avis avec mon regard d'ado, je pense que je dirai que j'ai beaucoup aimé. Maintenant, avec mon regard d'adulte, peut-être un peu plus "critique" et exigeant, je ne peux nier que ce livre souffre de défauts et de lacunes. L'histoire n'est pas spécialement des plus originales, et m'a d'emblée fait penser à Roméo et Juliette, même si je ne l'ai jamais lu. Ceci dit, j'ai aimé le développement, et il y a de bonnes idées. 

    Bien sûr, un peu plus de densité, de profondeur et d'explications auraient été appréciables, et certaines situations ainsi que leur dénouement sont un peu faciles. 

    Je dois également avouer que je n'ai pas compris la réelle intrigue de ce livre, le fil rouge de l'histoire. La romance est trop présente à mon goût, il me manque une intrigue plus profonde, originale.

    Par contre, certains passages sont assez haletants malgré tout.

     

    Les personnages quant à eux sont extrêmement nombreux... Il y a d'un côté les Grawell, la famille de Zarina, qui sont nombreuses et aux noms tous plus ressemblants les uns que les autres. Ceci dit, les Xomiraz ne sont pas en reste !

    Une chose qui m'a gênée, c'est cette impression bizarre, les Grawell qui donnent le côté féminin au livre, qui sont gentilles, belles et intelligentes, et les Xomiraz qui apportent ce côté masculin et mauvais. 

    Je n'ai d'ailleurs pas spécialement accroché plus que ça à Zarina. Je l'ai trouvée assez immature, tout en étant intelligente et maîtrisant parfaitement bien - ou presque - la magie.

     

    La plume de l'auteur, enfin, n'est pas désagréable et est même assez impressionnante pour son âge. Certaines tournures de phrases sont cependant assez maladroites, et enfantines. Et les fautes d'orthographe bien trop nombreuses ! Une relecture plus sérieuse, que diable !

     

    En résumé, de manière globale, l'histoire comme les personnages auraient mérité d'être plus travaillés, plus densifiés, plus nuancés également, les explications plus fournies, et qu'il y ait moins de facilités.

    De par l'âge de l'auteur au moment de l'écriture du livre, cette histoire s'adresse plus facilement à un lectorat ado, ou à des lecteurs désireux de passer tout simplement un bon moment de lecture sans forcément chercher plus. Les lecteurs plus adultes et/ou désirant des histoires plus fournies auront sans doute un arrière goût d'inachevé. Mais il ne faut pas oublier l'âge auquel l'auteur a écrit ce livre, et je suis déjà impressionnée par tant de talent, d'imagination et de maturité aussi, à un âge aussi jeune. 

    Pour ma part, j'ai tout de même passé un moment agréable.

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    1 commentaire
  • Wormworld, T1 : Le voyage commence

    Daniel Lieske

    Éditions Dupuis

    Publié en 2014

    103 pages

     

     

     

    Synopsis

    Jonas est un jeune garçon rêveur, il passe le plus clair de son temps à inventer des aventures toutes plus épiques les unes que les autres. Il aime se réfugier dans le grenier de sa rand-mère dans lequel il découvre par hasard un tableau qui s'avère être un passage vers un autre monde.

    Un véritable rêve éveillé... jusqu'à ce que la passage se referme derrière lui !

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Babélio pour ce partenariat.

     

    Je n'ai pas pour habitude de lire des BD. Pas parce que je n'aime pas, mais parce que je leur préfère les mangas, et surtout par méconnaissance en fait. Et puis entre les romans, les BD, les mangas... c'est un budget quand même...

    Ceci dit j'ai quand même lu quelques BD, Astérix principalement, dont je ne manque pas une sortie, Tintin, Iznogoud, Gaston, Boule et Bill, Les Schtroumpfs et Bécassine, même si mes collections sont loin d'être complètes :s

    Bref. Toujours est-il que lorsque j'ai reçu un mail pour découvrir cette BD, je n'ai pas hésité longtemps.

     

    Et bien m'en a pris ! Si l'histoire se met en place très très doucement, et que la trame reste tout de même assez basique pour l'instant, les dessins sont juste sublimes ! Un soin tout particulier a été pris pour la couverture, les illustrations et la mise en page. Vraiment, je ne sais pas quoi dire, j'en ai pris plein les yeux. C'est tout ce que j'aime : des dessins soignés, doux tout en étant réalistes, une harmonie dans les couleurs et un toucher extrêmement agréable tant pour la couverture que pour les pages. 

    La mise en page diffère des BD que je connais : enfilade de cases les unes derrière les autres. Là, c'est moins linéaire, moins carré, et donne plus de rythme.

    Enfin, rythme est un bien grand mot, car l'auteur pose ici les bases de son histoire vraiment très lentement. Et perso, je suis restée sur ma faim à la fin ! C'est extrêmement cruel ! 

    Le personnage de Jonas est mignon et attachant (ce qui n'est pas aisé à me faire dire quand on connait mon aversion des enfants :p ). Il m'a touchée également...

     

    En résumé, une histoire qui se met en place très lentement, portée par des dessins absolument sublimes, rien que pour ce dernier point c'est un coup de coeur pour moi. Et j'ai très envie de découvrir la suite au vu de la fin de ce 1er tome !

     

     

    Appréciation


    3 commentaires
  • Périple en Terres d'Ajna

    Pierre Duval

    Éditions Valentina

    Publié en 2012

    Format ebook

     

     

     

    Synopsis

    Lorsque Gardick se voit confier par hasard une étrange et fascinante boule noire, il est loin de se douter que cet évènement va l’entraîner dans un périple plein de rebondissements et de dangers.
    Convoité par d’inquiétants personnages, l’objet mystérieux révèle bientôt sa véritable nature et il réalise l’incroyable mission dont il se trouve investi.
    Avec l’aide de ses amis, il se lance dans une aventure périlleuse et fait la rencontre d’un peuple aux ressources insoupçonnées, tandis que des adversaires plus puissants encore se dressent en travers de sa route.
    Au terme d’une quête où magie et camaraderie ne sont jamais très loin, Gardick et ses compagnons parviendront-ils à instaurer un nouvel Age d’Or pour les peuples des Terres d’Ajna ? Et si tout dépendait de ces étranges créatures dont seules parlent les Anciennes Légendes ?

     

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict et les Éditions Valentina pour ce partenariat.

     

    Il m'arrive parfois, quand je découvre un livre, de parcourir quelques chroniques de blogueurs, histoires de me donner une idée. Ça ne me pousse pas à ne pas lire un livre en cas de mauvais avis, je préfère évidemment me faire mon opinion. Par contre ça me donne bien (trop :p ) souvent envie de lire le livre. 

    Je dois dire qu'une chronique de ce livre me laisse assez perplexe maintenant que j'ai lu le livre. Je ne sais plus où je l'ai vu (désolée) mais la personne trouvait le livre extrêmement inspiré du Seigneur des Anneaux. Alors là, j'avoue être très surprise ! Personnellement, je ne trouve pas du tout ! Je n'ai pas lu les livres, mais j'ai vu les films un nombre de fois incalculable, et je n'ai pas eu cette impression de "copie". Dans ce cas, on peut effectivement, en poussant bien, trouver une ressemblance avec Eragon, Harry Potter, voire même peut être Avatar ! Non franchement, j'ai vu bien pire dans un livre, allant même jusqu'à copier quasiment mot pour mot le texte... Là honnêtement, pas de ressemblance avec le SdA !

    De même dans une autre chronique (ou la même ? Décidément je ne sais plus >< ) j'ai lu que la personne trouvait que le mot "périple" du titre était exagéré. Périple veut dire voyage, les perso voyagent effectivement en terre D'Ajna, alors euh, gnein ? j'ai envie de dire. J'ai encore moins compris que le point précédent là je dois dire. On doit pas avoir la même définition du mot.

     

    Du coup forcément, j'avais un peu d'a priori avec cette chronique. Au final, oui il y a des points faibles, des défauts, des lacunes et un manque d'explications, mais j'ai cependant beaucoup aimé l'histoire, et adoré l'univers de l'auteur ! J'ai trouvé cet univers original, intéressant, riche et bien décrit. Et les cartes du début sont indéniablement un gros plus (même si c'est pas évident d'aller s'y repérer en ebook). 

     

    Au niveau de l'histoire, j'avoue que si je l'ai bien aimée, je dois dire que je n'ai pas compris l'intérêt de certaines choses, comme par exemple cette fameuse boule noire. J'ai bien aimé ce que c'est en réalité hein, mais je ne vois pas l'intérêt par rapport à l'intrigue principale. À moins que j'ai loupé un épisode... 

    Après, il est clair que la plupart des rebondissements sont assez prévisibles et convenus. Dans l'ensemble, ça reste gentillet, tout est un peu trop "plat", il manque un peu de relief, de piquant, et je n'ai pas vraiment ressenti de peur pour les protagonistes ni ce petit quelque chose de stressant qui te fais avoir l'impression de vivre l'histoire.

     

    Les personnages sont nombreux, et je dois dire que je me suis un peu perdue sur la fin avec tous les différents Pildùs, mais je n'ai par contre pas du tout mélangé les Mojiks ^^ Le fait d'ailleurs que pour ces 2 peuples, les noms soient assez ressemblants, finir en -ick pour les Mojiks et en -ùs pour les Pildùs, j'ai trouvé ça très sympa ! Chez nous aussi il y a des consonances particulières selon la région dont on vient, donc, pourquoi pas ? 

    Comme pour l'intrigue, les personnages manquent également un peu de nuances. Les gentils sont très gentils, les méchants, très méchants. Malgré tout, là encore je me suis pris de sympathie pour eux, Gardick particulièrement. J'ai aimé cette idée de héros sans forcément parler d'Élu. Un autre personnage m'a également beaucoup plu, mais je n'en dirais pas plus pour ne pas spoiler ;)

     

    Le style d'écriture enfin est sans conteste le gros point fort de ce livre à mes yeux ! Il  est  extrêmement agréable, riche tout en restant fluide, merveilleusement maîtrisé et travaillé. 

     

    En résumé, une histoire sympa mais un peu trop "gentillette", et dans laquelle il manque de la profondeur et un peu de consistance. Certains éléments sont prévisibles et faciles. Malgré tout, j'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire ce livre. Une lecture très agréable ! 

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    2 commentaires
  • La loi du Talion, 1ère partie

    Mickaël Baudoin

    Éditions Boz'Dodor

    Publié en 2014

    Format e-pub

     

     

     

    Synopsis

    On m’appelle Coryphé. Je suis un danseur de mort qui valse avec les âmes défuntes. Elles guident ma lame, entraînent mes pas au fil d’une oraison funèbre que seuls les initiés du cercle macabre perçoivent.
    Je suis aussi un Déshérité, un banni dont la véritable identité est enfouie dans les méandres parcheminés du Recueil des Oubliés. Malgré l’animosité de mon peuple, la haine même qu’ils éprouvent envers ce que je représente, je dois prendre part au conflit nous opposant à nos anciens esclaves, ces sauvages venus du continent de l’Est. Peut être y gagnerai-je enfin la reconnaissance que ma famille m’a toujours refusée ?

     

     

    Mon avis

    Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict ainsi que les Éditions Boz'Dodor pour ce partenariat.

     

    Alors, je suis mitigée avec ce roman. J'ai aimé l'univers imaginé par l'auteur, l'intrigue originale de par certains aspects et l’alternance des points de vue entre les Elfes et les D'JeenLories, et en même temps, il y a plusieurs choses qui m'ont gênée. 

     

    Je vais d'ailleurs tout de suite commencer par le dernier point que je traite d'habitude, le style d'écriture. 

    S'il n'est pas désagréable, il reste quand même assez globalement hésitant, lourd et empesé. L'auteur use de descriptions, d'un style "verbeux", trop imagé, au détriment des dialogues, assez peu nombreux. Ceci dit, le style évolue et se fluidifie au fil des pages, ce qui est agréable. Mais j'ai tout de même eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire. La mise en place de l'histoire, de l'univers, des personnages, est assez brouillonne et le tout peine un peu à se mettre en place. 167 pages (selon ma tablette) c'est vraiment peu pour mettre en place de manière correcte et travaillée un univers aussi riche que l'a pensé l'auteur.

     

    L'histoire justement, est originale et intéressante, sans toutefois être totalement novatrice. Un peuple qui veut gouverner et asservir un autre peuple, une guerre pour la liberté, bon. Mais j'ai vraiment aimé la mise en scène qui donne beaucoup de poids à l'histoire. Les points de vue alternent entre les "méchants" Elfes qui ont asservi les "gentils" D'JeenLories qui se sont révoltés pour retrouver la liberté, mais une haine farouche entre ces 2 peuples subsiste. Même si je voue une admiration sans bornes aux Elfes (Legolas *bave*) j'ai aimé les voir décrits d'une manière différente de celle qu'on connaît. Mais surtout, l'alternance des points de vue est vraiment une bonne idée. Même si au début, avec la profusion des personnages, j'ai eu beaucoup de mal à me repérer, j'ai trouvé que c'était intéressant parce que du coup, impossible de prendre partie pour l'un ou l'autre peuple ! Avoir les avis des 2 côtés est vraiment intéressant.

    Il y a vraiment beaucoup de bonnes idées dans ce livre, de points mystérieux, de questions (sans réponse pour l'instant), et je dois dire que le peu de pages nous laisse un peu sur notre faim. C'est un 1er tome j'en suis bien consciente, mais tout de même. Quelques pages de plus pour densifier tout ça aurait été appréciable.

     

    Côté personnages, je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher à l'un d'eux. Il y en a beaucoup, et sur aussi peu de pages, difficile de s'en faire une idée.

    De même, j'ai trouvé qu'on ne s'intéressait pas assez à Coryphé, qui est tout de même le personnage central. 

    Oooooooh par contre, je viens de faire une recherche sur mon ami Google, parce que mon correcteur d'orthographe me proposait coryphée, qui est le chef de chœur dans la tragédie et la comédie grecque antiques, mais surtout, un danseur en ballet classique ou un danseur auquel on attribue un titre spécial selon certains critères ! Le Coryphé du livre est un danseur de mort. Je présume que c'est fait exprès, et je trouve ça très bien pensé ! 

     

    Je vais maintenant finir sur un très gros point négatif, pour moi en tout cas. Le nombre de fautes d'orthographe et de grammaire est absolument honteux. Ça va de l'oubli de mot/lettre, aux erreurs (absolument énormissimes) d'accord sujet/verbe pluriel/singulier ou féminin/masculin, en passant par les ou/où. Sur la tablette, j'en ai enregistré pas moins de 38 !!! Et encore, je n'ai pas tout noté, et sûrement pas tout vu, n'étant pas une pro. Je ne dis pas, il peut persister quelques fautes, je ne suis pas un monstre, des fautes j'en fais aussi, on est humains. Mais là sérieusement, à ce point... J'ai bien failli abandonner ma lecture à cause de ça. Non seulement ça freine considérablement la lecture et casse donc le rythme, mais en plus, au bout d'un moment, je me suis surpris à ne plus lire pour l'histoire mais pour repérer les fautes. Je suis extrêmement déçue et en colère.

    Quelques petits exemples que j'ai relevés : 

    "cette guerre [...] les mettaient"

    "les yeux du professeur se posa"

    "ses ressentiments ponctués de doutes rejaillir"

    "irascible"

     

    et le meilleur pour la fin 

    "le Comte ne sait pas trompé" (alors là franchement, j'ai bondi en lisant ça...)

     

     

    En résumé, un univers riche, une intrigue intéressant mais longue à se mettre en place, une mise en scène originale quoique légèrement embrouillée, de nombreux personnages et un style d'écriture plutôt hésitant et trop imagé, et surtout, un nombre de fautes d'orthographe absolument inacceptable, je ressors de cette lecture avec un arrière goût amer. J'ai aimé le fond, mais il aurait peut être fallu retravailler un peu le tout pour alléger tout en apportant de la densité au contenu (je sais pas si c'est bien clair :p )

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • L'envoyé des monarchies de l'ombre

    Olivier Lusetti

    Éditions Olivier Lusetti

    Oublié en 2014

    264 pages

     

     

     

    Synopsis

    En Chine — un demi-siècle après Confucius —, l'empire se morcelle. Les princes annexent les états comme le ver à soie dévore les feuilles du murier. Dans le monde des esprits, les Monarchies de l’Ombre voient en la naissance d’un enfant le moyen de fouler et régner une fois encore sur la terre des hommes. La Mort qui tremble quand toute vie est menacée dépêche son envoyé. L’entité envahit l’âme d’un jeune prêtre. Partageant sa conscience, elle le force à rechercher une incroyable magie curative. Dans un royaume voisin, un souverain agonise. Son décès obligera sa fille guerrière au mariage. Révoltée, elle fait enlever le religieux. Des liens se tissent, des destins se nouent. Mais entraveront-ils la terrible venue de la nuit du monde ? Dans ce récit romanesque se côtoient philosophies chinoise et bouddhiste, l’Art de la guerre de Sun Tzu et combats épiques. L’auteur fait revivre par la couleur de son style cette Chine mythique et emporte le lecteur dans un voyage exotique où les rebondissements ne manquent pas. Ce livre a été plébiscité par le comité et les membres d’un des premiers forums francophones d’écriture pour la fantasy. 

     

     

    Mon avis 

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Babélio pour ce partenariat.

     

     Alors, comment dire ça... Je n'ai absolument rien compris à ce livre O_o 

     Le résumé était pourtant très alléchant, et laisser augurer une histoire originale et palpitante. La Chine, l'Asie de manière générale, est un univers que j'apprécie, que j'aimerai mieux connaître, et dans lequel j'aimerai lire plus d'histoires. Il s'en dégage une atmosphère pleine de mystère. 

    Et je dois dire que le récit commence sur les chapeaux de roue ! Mais alors après... Le récit s'embrouille et se perd dans des méandres philosophiques bien trop compliqués pour des amateurs. Ça part dans tous les sens, il y a des réflexions philosophiques à tout bout de champ, l'auteur use et abuse de métaphores, d'un style extrêmement imagé qui alourdit considérablement le récit et freine la lecture. 

    Je le disais, je n'ai rien compris. Je ne sais pas quel était le but du personnage principal, je n'ai pas trouvé de fil rouge, de logique aux différents éléments et "rebondissements". 

     

    Je ne sais pas quoi dire. Je n'ai rien compris, je n'ai aimé ni l'histoire, ni les personnages, ni le style d'écriture. Je suis franchement embêtée, et sincèrement désolée, et déçue aussi, évidemment.

     

    En résumé, une intrigue alléchante mais qui se perd dans des considérations et des préceptes philosophiques extrêmement compliqués, à tel point que je ne saurai même pas dire quel était le sujet principal, le fil conducteur. Des personnages auxquels je n'ai pas du tout accrochés, et un style d'écriture pas fluide du tout, lourd, imagé et bien trop rempli de métaphores.

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • Ce qui n'est pas écrit

    Rafael Reig

    Éditions Métailié (Noir)

    Publié en 2014

    240 pages

     

     

    Synopsis

    Carlos emmène son fils Jorge en montagne pour un week-end entre hommes, c'est sa mère qui l'élève et il le voit très peu. Il le trouve étrange, trop rond, trop bébé pour ses quatorze ans, bref il est déçu par cet ado renfermé et maladroit dont il veut faire un homme, un vrai. Mais dès le début de la balade c’est Carlos qui découvre ses limites physiques et son incapacité à communiquer avec son enfant. Le séjour s’annonce difficile, surtout qu’au chalet les attend la nouvelle petite amie de Carlos, qu’il ne l’a pas dit à son fils et qu’elle n’est pas un modèle de discrétion. Carmen restée en ville tombe sur un manuscrit laissé chez elle par Carlos, un polar scabreux et terriblement efficace ; peu à peu elle y voit de drôles de ressemblances avec la réalité, des prémonitions macabres, des menaces à peine voilées contre elle ou contre son fils. L’angoisse monte, les sous-entendus se multiplient. Elle tente d’appeler Jorge, mais Carlos a confisqué son téléphone. Désespéré et humilié le garçon s’enfuit dans la forêt et disparaît…

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Babélio pour ce partenariat. 

     

    Ma mère étant particulièrement férue des policiers/thrillers, c'est elle qui a lu ce livre. Ceci est donc son avis ;)

     

    "Malheureusement, je n'ai pas vraiment réussi à rentrer dans l'histoire. L'intrigue est intéressante et originale, mais je n'ai pas accroché à la mise en scène ni au développement. Les extraits du manuscrit, qui auraient pu être intéressants et apporter une dose d'angoisse, m'ont au contraire complètement embrouillée. De même, certains rebondissements m'ont paru inutiles. Certains passages m'ont même ennuyée.

    Je n'ai du coup pas non plus accroché aux personnages ni à la vulgarité du texte dont je n'ai pas compris l'intérêt."

     

    Bon eh bien ça n'a donc pas fonctionné pour elle, malheureusement. Du coup je suis intriguée parce que les autres avis que j'ai lus étaient plus enthousiastes. Je lirai donc également ce livre dans les prochaines semaines, et viendrais faire un petit édit de cet article pour y mettre mon avis ;)

     

     

     Appréciation

    (de ma môman donc)

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict

     


    4 commentaires