• Les lumières de Haven

    Pauline Bock

    Éditions Scrineo

    Publié en 2013

    411 pages

     

     

     

    Synopsis

    Alors qu’ils préparent le bac, cinq adolescents sont projetés dans l’univers merveilleux de Haven, un monde parallèle volontairement bloqué au XVIIIe siècle. Old Jack, l’Intendant, règne en despote éclairé sur ce havre de paix… Mais un personnage mystérieux menace de révéler un secret millénaire qui pourrait faire exploser ce fragile équilibre et transformer ce paradis en un enfer de guerre, de feu, de sang… Que peuvent faire les cinq Arrivants pour éviter ce cataclysme ? Quelles créatures terribles devront-ils affronter ? Quel mystère entoure la disparition des premiers habitants légendaires de Haven ? Amour, complots, suspense, guerre se mêlent dans une aventure romanesque parfaitement maitrisée.

     

     

     

    Mon avis

    Je dois avoir ce livre dans ma PàL depuis une bonne année déjà, et je l'en ai sorti à l'occasion d'une LC avec Cali, dont voici la chronique.

     

    Il y a des livres comme ça, dont le résumé, la couverture, vous donnent très envie de les lire, sans que vous puissiez expliquer pourquoi. Ce livre en fait partie. J'étais très impatiente (oui, même s'il a traîné des mois dans ma PàL tongue) de le lire. Et malheureusement, ça n'a pas fonctionné, et ce pour plein de raisons.

     

    Tout d'abord, on entre vite dans l'histoire. Très vite. Trop vite. Alors autant j'aime pas quand ça met 3 plombes à se mettre en place (comme dans le roman que je viens de finir d'ailleurs, et dont la chronique devrait arriver dans les prochains jours), autant faut quand même un minimum présenter les personnages, l'univers, que l'intrigue se mette en place, enfin, laisser le temps au lecteur de s'imprégner de l'univers. Là, c'est bien trop rapide. En quelques pages à peine *feuillette son livre* 4 pour être précise, pouf! voilà nos 5 ados projetés dans un autre univers...

    Alors je dis pas, j'ai aimé la façon dont ça se passe et dont c'est raconté. J'ai trouvé ça plutôt original. Mais trop rapide.

    Tout est trop rapide d'ailleurs. Les ados s'adaptent somme toute assez vite à leur nouvelle "vie". Bon ça les travaille quand même bien un peu cette histoire, mais pas tant que ça finalement, et la surprise et les questionnements ne durent pas longtemps. 

    Ensuite, le développement m'a laissée quelque peu perplexe. Déjà, il y a pas mal d'ellipses temporelles, mais également de facilités. D'ailleurs, tout est un peu trop facile et prévisible. Et précipité. Et ça rend l'ensemble peu crédible. Comme le dis Cali dans sa chronique, "Pas embarquée car je n'y ai malheureusement pas cru". C'est exactement ça. Je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire, ni à avoir peur pour les protagonistes ou m'attacher à eux, car je n'y ai pas cru. C'est vraiment trop... trop facile, trop prévisible, trop gros quoi. 

    S'ajoute à cela une dose de romance plutôt mièvre, et là encore, prévisible, facile et précipitée...

     

    Venons en maintenant aux personnages. Alors je dois bien dire que je n'ai PAS DU TOUT accroché avec les 5 protagonistes que j'ai trouvés fades, creux et tantôt immatures, tantôt trop mûrs, selon comment ça arrange quoi. Ils sont inégaux et je n'ai pas trouvé qu'il y avait une évolution de leur part au fil de l'histoire.

    Quant à leurs Égaux... j'avoue ne pas en avoir trop compris l'intérêt. C'est dommage, parce que même si c'était pas innovant, c'était une bonne idée et ça aurait pu être très intéressant et apporter un vrai plus, mais malheureusement je trouve que ça a été peu et mal exploité.

    Sans parler du fait que j'ai bien évidemment mélanger et les ados et leurs égaux et ce tout au long - ou presque - de ma lecture... 

    Le personnage de Fennec m'a également semblé peu crédible. 11 ans, tellement mature, et autant de responsabilités... ? Non, ça fonctionne pas.

    Par contre bizarrement, c'est le personnage de Old Jack que j'ai le plus apprécié ! Il est décrit comme étant un despote sur la 4ème, mais alors je dois pas avoir la même définition moi...

     

    Le style d'écriture enfin, n'est pas désagréable, mais reste cependant assez simpliste et peu travaillé. 

     

    Dernier point, un détail certes, mais tout de même. Je dois dire que j'ai pas bien compris le rapport entre le titre et le contenu. Haven bon ça, ok. Mais, "Les lumières"... euuuuuh ??

    Alors, si quelqu'un qui l'a lu aurait l'obligeance de bien vouloir éclairer (ahahah) ma lanterne siouplé, ce serait sympa ^^

     

    En résumé, si je n'ai pas détesté ce roman et que j'ai tout de même passé un relativement bon moment (si si), il y a quand même beaucoup trop de facilités et un gros manque de profondeur. Paradoxalement, il y a vraiment des passages qui ont titillé ma curiosité et faisaient que j'avais envie de ne pas arrêter ma lecture. Malheureusement, on en revient toujours à ce manque de profondeur et ces facilités... C'est vraiment dommage, parce qu'il y avait vraiment une bonne idée à la base. 

      

     

     

    Appréciation

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict     


    votre commentaire
  • U4 : Stéphane

    Vincent Villeminot

    Éditions Nathan

    Publié en 2015

    391 pages

     

     

     

    Synopsis

     

    Cela fait 10 jours que le virus U4 accomplit ses ravages. Plus de 90% de la population mondiale est décimée. les seuls survivants sont des adolescents. L’électricité et l’eau potable commencent à manquer, tous les réseaux de communication s’éteignent. Dans ce monde dévasté, Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane se rendent, sans se connaître, à un même rendez-vous. Parviendront-ils à survivre, et pourront-ils changer le cours des choses ? Stéphane est la fille d'un célèbre épidémiologiste lyonnais. Convaincue qu'il a survécu à l'épidémie, elle ne veut pas rejoindre le groupe d'adolescents qui s'organisent pour survivre. Si son père ne revient pas ou si les pillards qui contrôlent le quartier arrivent avant lui, son dernier espoir résidera dans un rendez-vous fixé à Paris.

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier la maison d'éditions pour cet envoi ^^

     

    Après avoir fini Yannis, j'ai directement enchaîné avec Stéphane. J'avoue que j'étais un peu inquiète et sceptique, par rapport au fait de lire un livre dont finalement, je connaissais déjà plus ou moins l'histoire. J'avais peur de m'ennuyer. Et je dois dire que ça a un peu été le cas, malheureusement.

     

    Dans ce tome-ci, on suit donc Stéphane. Bon, il y a quand même des différences et des choses nouvelles, notamment le début, jusqu'à ce que Stéphane rencontre le reste de ses compagnons. Ensuite, ça devient un peu longuet et ennuyeux, parce que déjà vu. Bien sûr, c'est intéressant d'avoir le point de vue d'un autre perso, de savoir ce qu'il se passe dans sa tête ou ce qu'il fait quand il n'est pas avec les autres. Mais, à mon sens, ça ne méritait pas spécialement un autre tome pour ça. Surtout dans le cas précis de Yannis et Stéphane... 

    J'ai tout de même apprécié découvrir certaines scènes hein, ce n'était pas une lecture inintéressante ni horriblement ennuyeuse. Mais elle n'étais pas non plus indispensable. Surtout que finalement, on n'en apprend pas plus sur le virus. 

     

    J'ai moins accroché au personnage de Stéphane, peut être simplement parce que j'ai lu Yannis en 1er ^^

     

    J'ai également un peu moins accroché au style d'écriture par contre, que j'ai trouvé, comment dire ? peut être plus "froid" que celui de Florence Hinckel.

     

    En résumé, une lecture pas désagréable, mais pas non plus celle à laquelle je m'attendais. Pas forcément indispensable, sauf si vraiment vraiment on a absolument envie de savoir dans le détail TOUT ce qui s'est passé AVANT la rencontre des 4 protagonistes (persos qui ont donc chacun donné lieu à un livre propre).

     

     

     

    Appréciation

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict     


    votre commentaire
  • U4 : Yannis

    Florence Hinckel

    Éditions Nathan

    Publié en 2015

    401 pages

     

     

     

    Synopsis

    Yannis vit à Marseille. Ses parents et sa petite sœur sont morts. Maintenant, il voit leurs fantômes un peu partout - peut-être qu'il devient fou? Quand il sort de chez lui, terrifié, son chien Happy à ses côtés, il découvre une ville prise d'assaut par les rats et les goélands, et par des jeunes prêts à tuer tous ceux qui ne font pas partie de leur bande. Yannis se cache, réussit à échapper aux patrouilles, à manger... Mais à peine a-t-il retrouvé son meilleur ami que ce dernier se fait tuer sous ses yeux. Il décide alors de fuir Marseille et de s'accrocher à son dernier espoir: un rendez-vous fixé à Paris...

     

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier la maison d'éditions pour cet envoi ^^

     

    Tout d'abord, U4, qu'est ce que c'est ?

    U4, c'est 4 auteurs, 4 romans, 4 personnages, 4 histoires à lire dans l'ordre de son choix, un univers commun.

     

    Je ne sais pas pourquoi je ne lis pas plus de romans post-apocalyptiques alors que j'adore ça !!! Des films oui, des séries aussi, mais des livres, pas tant que ça finalement. Du coup, si vous avez des suggestions, je suis preneuse wink2

     

    Quand j'ai découvert ce roman (accompagné de Stéphane) dans ma BàL, j'étais ravie et j'avais hâte de me plonger dans cet univers. L'écriture à "4 mains", les 4 personnages principaux que l'on suit dans 4 tomes différents et qui peuvent être lus dans n'importe quel ordre, mais une seule histoire, un seul univers, je trouvais ça très original et intriguant. 

    Je ne peux pas dire le contraire, j'ai énormément apprécié ce roman. On est directement plongés dans l'histoire, après le drame, comme si on se réveillait un matin après la catastrophe (ce qui n'est pas loin d'être le cas d'ailleurs). On suit un personnage, ici Yannis, on découvre ce nouvel univers avec lui, on apprend à vivre, à survivre. La base de l'intrigue est somme toute assez classique, une épidémie, des morts, des survivants. Bon. Après, c'est surtout le développement qui fait que, et là j'ai vraiment passé un très bon moment. J'ai été happée avec Yannis, j'ai eu peur avec et pour lui (et pour Happy surtout, je dois bien l'avouer). Et surtout, j'avais envie de savoir la suite, j'avais beaucoup de mal à lâcher mon bouquin. Même s'il n'y a pas de rebondissements de ouf toutes les 2 pages, c'est assez rythmé et il y a beaucoup de suspense. L'ambiance est sombre et oppressante, la tension palpable. 

    J'ai beaucoup aimé le personnage de Yannis, que j'ai trouvé vrai, humain et juste. 

     

    Le bémol qui fait que je n'ai pas eu un coup de coeur, c'est comme souvent avec ce genre, le manque d'explications. Kessecé que ce virus ?? Pourquoi ? Comment ? Ce sont toujours des choses qui me frustrent quand je regarde des films/séries de ce genre là, ne pas avoir d'explications. Alors, je sais bien que c'est pas ce qui prime, c'est évidemment l'univers, l'ambiance, le sentiment d'angoisse, toussa toussa quoi. Mais quand même, de temps en temps, avoir une explication, un vrai dénouement quoi, ça pourrait être fun aussi. 'fin moi j'dis ça...

    La fin me laisse également un petit goût amer, d'inachevé, de précipité, et de légèrement facile quand même. Honnêtement en refermant le livre, je me suis dit "tout ça pour ça ?! :o ". J'étais frustrée, vraiment. La fin aurait méritée d'être mieux travaillée je trouve, pour faire de cette "saga" quelque chose de vraiment nouveau. Là c'est sympa, mais c'est pas non plus inoubliable. Malheureusement. 

    Il y a bien sûr quand même matière aussi à réfléchir, à se poser des questions sur notre réaction face à une situation de ce genre. C'est un roman jeunesse, certes, mais qui amène quand même beaucoup de questionnements et de pistes de réflexions.

     

    J'ai beaucoup aimé le style d'écriture de l'auteur. Les phrases courtes, le style "haché", donnent du rythme et de la profondeur au récit, et lui confèrent un petit quelque chose en plus. J'ai vraiment totalement accroché. Ce n'est pas tout le temps, évidemment, mais juste bien dosé dans les moments adéquats.

    Le livre est divisé en 3 parties, Un, Deux et Quatre (dont je n'ai compris la signification qu'à la lecture du tome suivant) et rédigé sur le modèle d'un journal intime, avec la date et l'heure en guise de titre, ce qui nous permet encore plus de nous immerger dans l'histoire.

     

    En résumé, j'ai beaucoup aimé ce roman, cet univers post-apo et l'ambiance qui en émane, mais la fin me laisse un goût d'inachevé et de précipité. 

     

     

     

    Appréciation

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict    


    votre commentaire
  • Druide

    Oliver Peru

    Éditions J'ai Lu

    Publié en 2012

    603 pages

     

     

     

    Synopsis

    1123 après le Pacte.

    Au nord vivent les hommes du froid et de l'acier, au sud errent les tribus nomades et au centre du monde règnent les druides. Leur immense forêt millénaire est un royaume d'ombres, d'arbres et de mystères. Nul ne le pénètre et tous le respectent au nom du Pacte Ancien. Les druides, seigneurs de la forêt, aident et conseillent les hommes avec sagesse mais un crime impensable bouleverse la loi de toutes les couronnes : dans la plus imprenable citadelle du Nord, quarante-neuf soldats ont été sauvagement assassinés sans que personne ne les entende seulement crier. Certains voient là l'oeuvre monstrueuse d'un mal ancien, d'autres usent du drame comme d'un prétexte pour relancer le conflit qui oppose les deux principales familles régnantes. Un druide, Obrigan, et ses deux apprentis ont pour mission de retrouver les assassins avant qu'une nouvelle guerre n'éclate. Mais pour la première fois, Obrigan, l'un des plus réputés maître loup de la forêt, se sent impuissant face à l'énigme sanglante qu'il doit élucider… Chaque nouvel indice soulève des questions auxquelles même les druides n'ont pas de réponses. Une seule chose lui apparaît certaine : la mort de ces quarante-neuf innocents est liée aux secrets les plus noirs de la forêt.

     

     

    Mon avis

     

    Ce livre m'a été offert par ma coupinaute Sia, il y a déjà un an, lors des Imaginales 2014, et ce n'est que récemment (en juin, quelque chose comme ça) que je me suis enfin décidée à le sortir de ma PàL ! 

     

    Les débuts ont été quelque peu rudes. Autant le dire, j'ai été larguée plus d'une fois et j'ai mis longtemps à m'y retrouver dans l'histoire et ne plus confondre les personnages.

    On est propulsés directement dans le vif du sujet, dans un univers inconnu mais extrêmement riche, complexe, et bien construit, dans lequel évoluent beaucoup, beaucoup de personnages divers et variés. On retrouve un schéma assez classique en fantasy de maître et apprenti/s. Mais les personnages sont tous différents et bien construits, avec une personnalité et une psychologie propres. On suit avec plaisir, et surprise parfois, leur évolution et leurs choix, pas toujours faciles...

     

    L’intrigue, si elle est un peu compliquée à suivre et à comprendre, est extrêmement originale et intéressante. Passionnante. Palpitante. S'il ne se passe pas forcément quelque chose toutes les 2 pages, on ne s'ennuie pas pour autant tellement il y a d'infos et de détails, sans pour autant que ce soit rébarbatif. On est vraiment pris dans l'action, on veut savoir, on est emportés dans cet univers sombre et mystérieux. 

    Je l'ai fini il y a quelques semaines maintenant, mais je n'ai pas souvenir de rebondissements ou de dénouements faciles.

     

    Le style d'écriture de l'auteur, fluide, recherché, maîtrisé, travaillé, est un énorme point fort de ce roman. Les scènes d'action alternent avec les descriptions sans qu'il y ait trop ou pas assez de l'un ou de l'autre. En parlant de descriptions d'ailleurs... Je vous conseille fortement de ne PAS lire ce livre au petit déj ! Mon dieu, je ne suis pas une chochotte, mais alors je dois avouer que certaines scènes sont à la limite du supportable, surtout quand vous avez plutôt tendance à bien vous représenter tout ça ! Et quand vous pensez que ça ne peut pas être pire, ben en fait, si !!! Ah non vraiment, l'auteur a vraiment un don pour ses descriptions ^^

     

    En résumé, un superbe roman qui oscille entre fantasy, horreur et thriller. Un univers sombre, magique, envoûtant, une intrigue originale et palpitante, des personnages certes nombreux mais variés, le tout porté par un style d'écriture parfaitement maîtrisé et travaillé, légèrement poétique (mais pas trop ^^), ce livre est passé pas loin du coup de coeur (en raison tout de même d'une légère complexité de l'ensemble).

     

     

     

    Appréciation

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict    


    3 commentaires
  • La Voie des Oracles, t2 : Enoch

    Estelle Faye

    Éditions Scrineo

    Publié en 2015

    332 pages

     

     

     

    Synopsis

    Poursuivis par les hommes d’Aedon, Thya, Enoch et Aylus fuient dans les terres barbares… Sur les routes, les trois acolytes vont découvrir un monde très divers, coloré, fabuleux, où des magies et des mystiques plusieurs fois centenaires côtoient des aspirations farouches à la liberté. Un monde plus vaste et plus étrange que tout ce qu’ils auraient pu imaginer. Au cours de ce nouveau voyage, Thya et Enoch vont à nouveau être mis à l’épreuve, et se révéler, ou se perdre…. Avec, en fond, la menace grandissante d’Aedon, soutenu cette fois par un nouvel allié surnaturel…

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict ainsi que la maison d'éditions pour ce partenariat ^^

     

    J'étais passé pas loin du coup de coeur pour le tome 1, du coup je n'ai pas hésité quand j'ai vu le tome 2 aux partenariats de L@ il y a quelques semaines.

     

    Alors, je dois avouer que j'ai malheureusement eu un peu plus de mal avec ce 2ème tome. 

    Nous nous retrouvons désormais à déambuler dans l'empire germanique puis sassanide, et personnellement, les mythes et légendes orientaux m'attirent un peu moins que ceux grecs et romains (et égyptiens ^^). 

    L'intrigue se densifie, s'étoffe. Se complique. Nous suivons toujours Thya et sa quête, mais également une quête menée par Hécate. Nous rencontrons plus de dieux dans ce tome ci. Et j'ai trouvé que cette seconde intrigue prenait un peu trop le pas sur l'autre. 

    Il y a beaucoup de personnages, et même s'ils sont bien posés et que j'ai réussi à identifier chacun, le nombre de dieux et de créatures, d'informations, de détails, est assez conséquent. J'avoue que par moment, j'ai eu un peu de peine à m'en sortir.

    Et j'ai trouvé que malgré tout, on n'avançait pas beaucoup dans ce tome. On voyage, on bouge, mais l'intrigue stagne un peu...

    Malgré tout, j'ai quand même apprécié ma lecture hein ! C'est extrêmement riche, travaillé, recherché. Les descriptions alternent avec les scènes d'action.

    Il y a pas mal de rebondissements et de dénouements que je n'avais pas vus venir, et, pour certains, qui m'ont scotchée !!! La fin, notamment. Je ne révélerai rien, mais je tiens juste à dire que j'ai maudit l'auteur et sa famille pour les 10 générations à venir. Voilà. Na. 

     

    Le style d'écriture... alors, j'ai trouvé certaines tournures de phrases un peu "maladroites" et "lourdes".

    Par exemple, p. 192 :

    "Elle dormit d'un mauvais sommeil, se réveilla en pleine nuit".

     

    Il y a énormément de construction de ce type. Je ne sais pas trop comment l'expliquer (mes cours de français remontent à loin, très loin...), mais perso, j'aurai tendance à rajouter une conjonction ("et" dans le présent exemple), quelque chose pour alléger la tournure. Utiliser à bon escient, ça peut donner un rythme intéressant, une profondeur particulière. Mais en user et en abuser, perso ça m'a gênée dans ma lecture. J'ai trouvé ça vraiment trop. 

    J'ai aussi relevé quelques coquilles qui étaient passées inaperçu à la correction. Rien de bien gênant par contre^^

    Ceci dit, le style d'écriture n'en est pas désagréable pour autant ! Il est travaillé et agréable. Les descriptions sont extrêmement prenantes, et on n'a pas de mal à s'imaginer les décors. J'ai cependant bizarrement eu un peu plus de mal à m'attacher au personnages et à ressentir leurs émotions par moment. 

     

    En résumé, un 2ème tome légèrement en deçà du 1er pour moi. L'intrigue principale n'avance guère, et pire, je l'ai trouvée un peu noyée sous une intrigue secondaire trop présente. Malgré tout, j'ai aimé retrouvé les protagonistes et adoré suivre leurs aventures ! Cela reste une très bonne lecture, et je lira bien évidemment la suite !

     

     

     

     

    Appréciation

      

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict    


    3 commentaires
  • Les chevaux ne mentent jamais : Le secret des chuchoteurs

    Chris Irwin

    Éditions Au Diable Vauvert

    Publié en 2011

    187 pages

     

     

     

    Synopsis

    La véritable découverte de la méthode de dressage pratiqué par « ceux qui murmurent », c’est que les chevaux nous révèlent des choses sur nous-mêmes quand nous cherchons à déchiffrer leur comportement. C’est au nom de cela que Chris Irwin, une sommité au Canada et l’un des dresseurs les plus demandés aujourd’hui en Amérique du Nord, a su construire ce petit manuel d’initiation à la méthode pratiquée par les « chuchoteurs », comme un véritable programme de développement personnel du cavalier. Fruit de plus de vingt années de dressage et d’observation éthologique, ce guide à lire et relire mêle réflexions sur la relation humain cheval, commentaires morphologiques,examen des langages corporels des chevaux et des hommes et explications techniques simples sur la méthode du dressage sans résistance. Irwin nous montre de façon claire et positive combien assurance intérieure, conscience de soi, honnêteté et confiance sont indispensables dans l’établissement d’une bonne relation avec le cheval, dont la sensibilité et la nature de proie face aux prédateurs que nous sommes enrichit nos propres perceptions. En déchiffrant nos attitudes comme les chevaux les perçoivent, en toute vérité, et en nous enseignant comment nous ouvrir à leur langage, Irwin nous montre ce que les chevaux nous apprennent en matière d’empathie et de patience. Et ce qui est vrai avec les animaux et le monde naturel, l’est tout autant avec nos semblables. Son livre s’achève par un programme d’entrainement pratique à destination de tout cavalier ou amoureux des chevaux, pour commencer à « parler cheval ».

     

     

     

    Mon avis

    Je tiens tout d'abord à remercier Babelio ainsi que la maison d'éditions pour ce partenariat ^^

     

    Aaah, l'éthologie... J'ai découvert l'éthologie il y a un peu plus de 5 ans, lors de l'achat de mon 2ème cheval. Je cherchais des idées de séances, d'exercices, quand je suis tombée sur "ça". L'éthologie. Étant restée à l'écart du milieu équestre pendant quelques années, après la perte de mon 1er cheval, j'ai pensais - à tort - que c'était une nouvelle discipline. J'ai commencé à me renseigner, me documenter, à lire pour me rendre compte de mon erreur ! 

    L'éthologie n'est PAS une discipline. C'est une science, une approche, une philosophie. basée sur le comportement équin. En gros, c'est agir et réagir en fonction de la nature équine, et non humaine, afin de créer une relation basée sur le respect et la confiance. C'est vraiment beaucoup résumé là, évidemment. Mais je ne veux pas commencer à rentrer dans les détails. 

    J'étais assez sceptique au début je dois bien l'avouer. Mais quand je vois l'évolution de mon cheval, et la mienne aussi, évidemment, je ne regrette absolument pas de m'être lancé là dedans ! Il y a des choses qu'on fait maintenant, qui ne me paraissaient même pas ne serait-ce qu'imaginables au début... 

     

    Bref. C'est donc emplie de curiosité que j'ai commencé ma lecture. Parce que quand même, "Le secret des chuchoteurs enfin révélé", ça ça a attisé ma curiosité !  Sans être une spécialiste, je pense pouvoir dire, en toute modestie évidemment, que je m'y connais un peu, j'ai lu pas mal d'écrits à ce sujet. Et autant dire que je ressors déçue de cette lecture. Rien de neuf à l'horizon :(  

    L'auteur commence par nous parler un peu de lui, nous expliquer son parcours. Malheureusement, il ne parle que de sa vie, ou presque, et franchement au bout d'un moment, ça m'a saoulée. Sans parler de certains passages que j'ai trouvés à la limite du machisme, comme par exemple, p.124 :

     

    "Les femmes, elles, craignent parfois en revanche de recourir à la force. Leur éducation les porte sans doute à croire que l'amour et l'attention viennent à bout de tous les problèmes".

     

    Mais bien sûr. Et toutes les nanas du monde ne jurent que par des petites fleurs et des gros bisous, c'est bien connus -_-' Sérieux, faut arrêter 2 secondes de nous prendre pour des cruches hein. Déjà que quand t'as une approche éthologique, t'es vu comme un gros hippie des 70'S, donc bon... 

     

    Ensuite, il y a des idées, des notions, qui m'ont un peu dérangée par moment. L'auteur fait, entre autre, plusieurs fois allusions à un rapport de domination. Alors, dans le fond, il n'a pas tout à fait tort. Mais l'auteur reste quand même relativement en surface dans ses explications, et, pour un humain, cette idée de domination pourrait être très mal interprété. 

    J'ai également trouvé l'auteur assez... "imbu". On a l'impression que c'est lui qui a "découvert" l'éthologie, ainsi que l'équithérapie ! 

    Et que de métaphores, que d'exemples imagés ! Bon sang, autant en mettre, ça peut être intéressant et faire comprendre, mieux faire passer une idée, une notion, parfois un peu complexe. Autant en utiliser À CHAQUE FOIS, pitié non quoi.

     

    Enfin, certains passages m'ont paru un peu nébuleux. Notamment celui ci, p. je sais plus laquelle :

     

    "Notre approche de ce paradoxe dans l'enclos devient une métaphore de notre approche de ce paradoxe partout ailleurs". 

     

    J'ai bien dû relire cette phrase au moins 3x, sans la comprendre (et j'avoue que même là j'ai eu du mal à l'écrire :') )

     

    Après, tout n'est pas non plus mauvais quand même. Il y a une partie du livre qui m'a beaucoup parlé. Je n'ai malheureusement pas pensé à prendre de note sur le moment, mais il y a tout de même ce passage que j'ai beaucoup aimé, surtout la partie en gras (p.165) :

     

    "Lors de mes 1ers cours, je craignais que mes idées et mes pensées soient un peu trop absconses - j'avais peur de m'être aventuré au-delà de ce sur quoi la plupart des gens sont prêts à réfléchir. J'avais l'impression de prendre des risques. Je ne tenais vraiment pas à être pris pour un rêveur par l'industrie équestre (conservatrice et bien souvent étriquée)." 

     

     C'est tellement ça. Ça fait maintenant un peu plus de 5 ans que j'ai découvert cette approche, à peu près au moment où ça a commencé à devenir "populaire" (bien sûr, des années auparavant, on avait déjà commencé à entendre parler de Pat Parelli notamment), et je me souviens combien on passait pour des illuminés parfois. Le comportement de certains, leur façon de penser, est parfois tellement désolants.Il y a une anecdote d'ailleurs qui me revient, pour illustrer ça. Je venais d'arriver dans une nouvelle écurie, en décembre.Il avait neigé, les prés étaient impraticables, du coup avec un autre proprio on avait décidé de lâcher nos chevaux dans le manège. Au bout de quelques minutes, des cavaliers arrivent, on va donc récupérer nos bestiaux. Regards effarés, limite outrés, des autres "maiiiiiis, vous les avez lâchés...ENSEMBLE ??? " oh Bah oui pourquoi ?? Je comprends tjr pas ce qui choque là dedans. Les chevaux sont des animaux grégaires, qui vivent en groupe, donc. 

    J'ai des tonnes d'exemple du genre, qui me fendent le coeur... Bien sûr que de nos jours, avec la domestication et tout et tout, certains aspects de la vie naturelle des chevaux, certains instincts naturels, sont en train de disparaître. Personnellement, j'essaye d'apporter au maximum un semblant de vie naturelle à mon cheval. Pour X raisons, il n'est pas ferré (et quand les gens voudront bien comprendre que c'est clairement mieux pour eux... mais bon, ça c'est encore un autre débat qui n'est de loin pas gagné), il va au pré tous les jours, entre autres choses. C'est pas parfait, évidemment, mais si on voulait l'être, déjà on ne les monterait pas, parce qu'à la base, ils ne sont pas faits pour ça quand même, et puis surtout, on les relâcherait dans la nature. Comme tous les autres animaux. Malheureusement de nos jours, si on veut sauvegarder les espèces... Mais breeeeeeeeef, c'est encore un autre débat !

     

    En résumé, un petit ouvrage qui ne conviendra pas à ceux qui s'y connaissant déjà un tant soit peu en éthologie. Par contre oui, si vous êtes débutants, ça peut vous apporter la base. La base de la base même. Mais si vous vous attendez à des exercices, des illustrations, passez votre chemin. On est là plus dans l'autobiographie, avec quelques petits débuts de pistes et de réflexions, mais ça ne va pas plus loin.

    Personnellement, si vous débutez (ou pas hein ^^ ), je vous conseille fortement les 3 livres de La Cense. C'est avec eux que j'ai commencé, et je les trouve à la fois relativement complets et abordables, sans tomber dans des explications hyper pointues et écœurantes. Il y a une bonne aprt de psychologie équine au début, oui, on ne peut pas faire l'impasse. Mais c'est bien expliqué, c'est imagé (sans l'être de trop ;) ) et vous avez plein d'exercices, qui eux aussi sont expliqués. On vous dit pourquoi faire tel ou tel exercice, et effectivement, ça devient clair. 

    Il y a sûrement des choses que vous faites déjà de manière naturelle, mais là on vous explique pourquoi il faut faire ça comme ça. Enfin en tout cas, c'était le cas pour moi ^^

     

     

     

    Appréciation

      


    1 commentaire
  • Le Roi des Fauves

    Aurélie Wellenstein

    Éditions Scrineo

    Publié en 2015

    284 pages

     

     

     

    Synopsis

    Poussés par une famine sans précédent, trois amis, Kaya, Ivar et Oswald, prennent le risque de braconner sur les terres de leur seigneur, mais son fils les surprend. Au terme d’une lutte acharnée, ils laissent le noble pour mort. Capturés et jugés pour tentative de meurtre, les trois amis sont condamnés à ingérer un parasite qui va les transformer en « berserkirs ». Au bout de sept jours de lente métamorphose, ils seront devenus des hommes-bêtes, et leur raison s’abîmera dans une rage inextinguible. Le temps de cette transformation, ils sont enfermés dans Hadarfell, un ancien royaume abandonné, dont le passé et l’histoire ont été engloutis par le temps…

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict, la maison d'éditions ainsi que l'auteur pour ce partenariat ^^

     

    Comment, COMMENT ne pas craquer devant une couverture aussi sublime ?? Hein, comment ?! Pour une fois, je crois que c'est principalement elle qui m'a donné envie de tenter ma chance pour ce livre, car je dois bien l'avouer, je n'avais pas imprimé grand-chose du résumé tongue 

    Et après avoir lu l'histoire, on comprend et on trouve cette couverture encore plus belle... yes

     

    Disons-le tout de suite, ce livre est un gros coup de coeur ! J'ai tout aimé, du début à la fin, du style d'écriture à l'histoire en passant par l'univers ! 

    L'histoire démarre assez rapidement, on entre plutôt vite dans le vif du sujet. L'auteur ne dévie pas entre ellipses et circonvolutions, des trucs qui, si on en abuse, ont tendance à me perdre complètement. L'intrigue est prenante, originale, recherchée et bien menée. Pour ma part, je ne connaissais absolument pas les berserkirs dites donc, la honte oh  Pourtant, sans être une grande spécialiste de la fantasy, j'en ai quand même déjà englouti un bon paquet, mais je n'avais jamais croisé ce genre de créature ! Du coup forcément, pour moi c'était nouveau, et j'ai beaucoup apprécié ce côté inédit, ou en tout cas assez rare. 

    L'univers est très sombre, et j'aime également beaucoup ça ! Allez, si je devais trouver un petit reproche, c'est peut être un petit manque de descriptions et d'explications. Mais c'est vraiment pour chipoter ^^ 

    Sans aller jusqu’à dire que le rythme est effréné, l'action est présente tout au long du livre, on ne s'ennuie pas une seule seconde, le rythme est homogène. 

    À partir du moment où on arrive là où on doit arriver (comment expliquer sans en dire trop he ), le rythme augmente d'un (sacré ! ) cran, les rebondissements et révélations sont légion et sans facilité aucune ! Pfiou... ! 

    La fin... alors là, je suis encore sur le cul ! Totalement surprise, je ne m'attendais PAS DU TOUT à ça dites donc ! Voilà une fin qu'elle est surprenante ! Et après réflexion, je la préfère et la trouve nettement mieux et plus logique, plus aboutie, que ce à quoi je pensais (ptet pour ça que je suis pas écrivain remarquez !).

    Par contre, après réflexion, je suis en train de me dire que quelques pages de plus n'auraient là non plus (cf ma chronique sur Le Premier de Nadia Coste, chez le même éditeur) pas été du luxe pour approfondir peut être un peu plus l'horreur et l'aspect sombre de l'histoire (même si ça l'est déjà pas mal, sombre :p ).

     

    J'ai également apprécié les personnages, leurs différences de caractères et de mentalités, et leur évolution surtout ! 

    Et les berserkirs aussi, bien évidemment ! J'ai vraiment beaucoup aimé (mon dieu que le champ lexical de cette chronique est varié ! arf ) ces créatures, et je lirais sans aucun doute d'autres livres à leur sujet.

     

    Le style d'écriture de l'auteur est agréable, travaillé, recherché et fluide. Mention particulière pour la description de certaines scènes ! 

     

    En résumé, une histoire originale et bien menée, avec un rythme sans temps mort, dans un univers sombre et peuplé de créatures qu'on voit rarement (en tout cas pour moi ^^ ) le tout porté par des personnages attachants et un style d'écriture très agréable. Un tout petit léger riquiqui bémol pour le manque de descriptions et d'explications liés à l'univers, histoire de chipoter quand même un peu :p  

    Mais c'est un gros coup de coeur ! 

     

     

     

    Appréciation

      

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict   


    1 commentaire
  • Le Cycle d'Ardalia, t1 : Le Souffle d'Aoles

    Alan Spade

    Éditions Emmanuel Guillot

    Publié en 2011

    Format epub

     

     

     

    Synopsis

    Pelmen doit beaucoup à la famille Boisencroix. Jusqu’à sa rencontre avec Teleg, le fils, il avait pour seule perspective la découpe de peaux de bêtes à l’aide d’un silex à la tannerie nauséabonde de son village. C’est ce nouvel ami qui lui a fait découvrir le travail du bois. Mieux encore, Galn, le père de Teleg, l’a initié au tir à l’arc, et Pelmen s’est révélé tellement doué pour cet art qu’il a réussi à infléchir la course de son destin en devenant archer. Mais un jour, de mystérieux individus entrent en contact avec Teleg dans une taverne. En lui proposant un fragment d’ambreroche, minerai précieux entre tous, et en lui promettant la richesse, les inconnus parviennent à le convaincre de s’exiler pour travailler dans une mine. Lorsque Pelmen apprend que ces personnages sont des adorateurs du feu, ennemis héréditaires, il n’hésite pas à se lancer dans l’aventure. Pour retrouver son ami et le tirer des griffes des nylevs, serviteurs du dieu de la destruction, il lui faudra surmonter bien des appréhensions et s’allier avec des êtres étranges et fantastiques : un shaman maîtrisant le souffle d’Aoles, autrement dit le pouvoir du vent, un krongos, créature de la terre capable de s’incorporer à la roche, et enfin des malians adeptes de la magie de l’eau.

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict, la maison d'éditions ainsi que l'auteur pour ce partenariat, et je m'excuse également pour les quelques jours de retard.

     

    C'est principalement l'univers qui m'a attirée quand j'ai vu ce livre à l'affiche des partenariats il y a quelques semaines. J'avais l'impression que l'histoire se déroulait dans un univers préhistorique, et j'aime beaucoup cette période.

    Je dois malheureusement dire que je n'ai pas vraiment accroché, et arrivée à la moitié, j'ai même carrément abandonné, et j'en suis sincèrement désolée.

    Je n'ai absolument pas réussi à entrer dans l'histoire. J'étais tout le temps perdue, embrouillée, et il y a beaucoup de choses que je n'ai pas comprises, que ce soit au niveau de l'univers que je n'ai pas réussi à me représenter (préhistorique, ou pas ? réel, ou pas ?), de l'intrigue qui est très très très lente à démarrer que de la mythologie. Il y avait pourtant de très bonnes idées, je ne dis pas le contraire, et plusieurs choses m'ont également intéressée et intriguée et ont titillée ma curiosité. Mais pas suffisamment pour que je poursuive ma lecture jusqu'au bout. J'ai trouvé le tout extrêmement embrouillé et compliqué. 

    L'intrigue est longue à se mettre en place donc, et je trouve qu'elle est également noyée sous des éléments peu voire pas intéressants. 

    Comme je le disais, il y a des choses que je n'ai pas comprises, des actions, des rebondissements, des dénouements et des explications que j'ai trouvés un peu facile et malvenus, qui arrivaient un peu comme un cheveu sur la soupe, sans explication. Je ne saurai pas vraiment l'expliquer, c'est assez diffus.

     

    Je n'ai pas non plus spécialement accroché aux personnages, que j'ai trouvés assez lisses et fades. 

     

    En résumé, je suis sincèrement désolée de ne pas avoir accroché. Je suis d'autant plus déçue que l'univers m'attirait, et l'intrigue semblait intéressante également, mais le rendu est extrêmement compliqué, brouillon, malgré des éléments somme toute intéressants. 

     

     

    Appréciation

      

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict   


    votre commentaire
  • Imaginales 2015

     

     

     

    Imaginales 2015

     

     

    Pour la 2ème année consécutive, je me suis rendue, avec une joie difficilement feinte, aux Imaginales, à Épinal, les 30 et 31 mai, en compagnie à nouveau de Sia du blog Encres et Calames. Elle est arrivée chez moi vendredi soir, et nous sommes donc parties samedi matin. 

     

    SAMEDI

     

     

    Après à peine 2 petites heures de route (bien moins que ce que le GPS annonçait au départ ! ) nous arrivons à midi pétante à l'hôtel ! On y dépose les affaires et on se précipite sur le lieu des Imaginales. Nous y voilà ENFIN ! L'antre de la débauche, des tentations livresques à ne plus savoir où donner de la tête, des lecteurs/auteurs/blogueurs à foison !!! 

    Nous faisons un petit tour dans la bulle du livre, puis Sia m'abandonne pour aller chercher notre colocataire pour le week end à la gare, j'ai nommé Flora, du blog Une page s'ouvre. D'ailleurs, en y repensant, j'ai honte de ma feignasserie pour ne pas avoir bougé mon cul et accompagné Sia la chercher. Quel manque de politesse oh

    M'enfin, je ne me laisse pas abattre pour autant, et j'en profite pour me balader dans la bulle du livre, repérer les auteurs toussa toussa quoi (je vous épargne les "OMG Robin Hobb est làààààààà" et autres "han ! l'est cro beau ce livre je le veuuuuuuuuux" he). J'avais repéré 5 conférences qui m'intéressaient le samedi, et 4 le dimanche, et j'avais prévu pour le samedi de ne faire signer que les livres que j'avais ramenés et faire le repérage de ce qui m'intéressait, et les achats pour le lendemain. Et bon, je dois bien admettre que je n'ai absolument pas respecté ma promesse ! Je suis irrécupérable ! J'ai honte ! 

     

    Me voilà donc dans l'antre de la débauche, et le 1er auteur chez qui je m'arrête est Estelle Faye.

     

    Imaginales 2015

     

    J'ai lu le tome 1 de La Voie des Oracles grâce à Livraddict, et je l'avais A.DO.RÉ. J'ai eu la chance d'être également sélectionnée pour le tome 2 qui est sorti le 28 mai, soit le jour d'ouverture du festival, et j'espérais le recevoir avant de partir, mais non, snif :'( Bon, ce sera pour l'année prochaine ^^

     

    Je retrouve ensuite Yumiko du blog Évasions Littéraires, venu spécialement de Suisse avec 2 amies à elle. Sia et Flora sont arrivées, nous sortons donc pour manger, car oui je crève la dalle, pour changer ! (vous apprendrez à mes dépends que je suis un estomac sur pattes tongue). En sortant de la bulle, je tombe également par hasard sur une copinaute et voisine, puisqu'on habite quasiment la même ville ^^ Marie-Ange, j'ai été ravie de te rencontrer, même si ce fût très bref... 

    Après ce sympathique petit intermède gastronomique (ouais enfin bon, sandwichesque quoi) je délaisse le groupe et abandonne ma 1ère conférence (sur les zombies) pour aller dans la file de Robin Hobb qui n'est pas encore trop conséquente, alors autant en profiter !

    Elle fait partie des 2 auteurs dont je tenais absolument à avoir les dédicaces. Ce qui est finalement assez marrant quand on sait que la 1ère fois que j'ai lu L'Assassin Royal, il y a fort fort fort [...] longtemps (quand j'étais djeuns quoi), je n'avais pas plus accroché que ça. Pour ma défense, il fait parti des tout 1ers livres de fantasy que j'ai lus, je pense que je n'étais pas assez mature ni connaisseuse du genre pour les apprécier à leur juste valeur (mais je vous rassure, j'ai commencé il y a peu une relecture, et comment dire... O.M.G *_* ). J'ai essayé de baragouiner 2-3 trucs en anglais, mais j'étais tellement stressée que je ne suis pas sûre qu'elle ait compris grand chose sarcastic

     

    Imaginales 2015

    (et là en regardant la photo plus attentivement, je me rends compte qu'elle avait sa main sur mon épaule oh plus jamais je ne me laverai, ni ne laverai mon gilet ! Ouais bon, ok, c'est déjà trop tard tongue )

     

     

    Je me rends ensuite vers Cindy Van Wilder, l'auteur entre autres de la saga Les Outrepasseurs, dont les sublimes couvertures m'ont faite craquer il y a un bout de temps et qui est bien évidemment dans ma WL. C'est donc tout naturellement que je craque pour le tome 1 de la série (il s'en est fallu de peu que j'achète la trilogie d'un coup, mais - pour une fois - j'ai écouté ma petite voix intérieure. Et mon compte en banque aussi, oui).

     

    Imaginales 2015

     

    Ensuite... aaah ensuite, ce sera sans doute LA rencontre que j'attendais le plus, celle qui m'aura le plus émotionnée, celle avec Pierre Grimbert, qui n'a sûrement gardé absolument aucun souvenir, et qui s'en tamponne le cocotier, j'en suis bien consciente tongue 

    Pierre Grimbert a écrit entre autre La Malerune, et c'est le tout 1er livre de fantasy que j'ai lu. Il fait parti de mon top 3 des auteurs qui m'ont donné envie de lire, et c'est lui qui m'a fait aimer la fantasy. C'est pour cela que j'affectionne particulièrement cet auteur. C'est extrêmement bête, je sais, mais j'étais vraiment toute émue de le voir, à tel point que j'en avais les larmes aux yeux et que je ne savais plus aligner 3 mots sans avoir la voix qui tremble. Pathétique -_-' 

    À moins que Flora ne m'est contaminé de son mal "MathieuRiveroesque" ? MWAHAHAHAHAHA (je vais le payer, je le sens he).

     

    Imaginales 2015

     

    En remontant l'allée pour me rendre au Magic Mirror 1, je tombe sur Nadia Coste, et bien sûr je m'arrête, en toute discrétion (je suis d'une discrétion légendaire. Ou pas). J'ai littéralement ADORÉ et dévoré Le Premier.

    Je crois que c'est une des rencontres que j'ai le plus appréciée. Nadia Coste est extrêmement gentille et disponible, on a beaucoup bavardé, et j'ai vraiment apprécié ce moment. J'ai d'ailleurs enfin craqué pour le tome 1 de Feydelins

     

    Imaginales 2015

    (ouais, je suis sacrément pas douée pour les selfies, j'ai dû m'y prendre à 2x, et encore, la 2ème photo est pire, on dirait que je suis sous l'emprise de calmant ou d'une drogue quelconque. Donc bon, à choisir entre bouche ouverte ou yeux à demi fermés hein...)

     

    15h

    Je file donc à la 1ère conférence, Trolls et Licorne, avec Pierre Bordage, Lionel Davoust, Estelle Faye, Sylvie Miller et Olivier Paquet, c'était sympa mais ça ne m'a finalement pas plus intéressée que ça.

    Imaginales 2015

    Crédit Les Imaginales

     

     

    16h

    Ensuite, c'est au tour de Rois et Royaumes ! avec Ugo Bellagamba, Régis Goddyn, Pierre Grimbert, Nabil Ouali et Pierre Pevel. Une conférence que j'ai beaucoup aimée et trouvée très intéressante. 

     

    Imaginales 2015

     

     

    18h

    Et pour finir cette journée, une conférence sur Pierre Bottero, bourrée d'anecdotes. Un moment d'intense émotion. 

     Et je n'ai malheureusement pas pensé à prendre de photo... ouch

     

     

    19h30

    C'est l'heure du moment que j'attendais avec le plus d'impatience je crois, celle du rdv des Arpenteurs de La Dernière Terre. En effet, Magali Villeneuve et Alexandre Dainche, alias Dieu Nalex, avaient organisé un apéro pour les arpenteurs, les lecteurs (ou non d'ailleurs, quelques... intruses se sont incrustées, comprenne qui pourra ;) ). Alors, sachez qu'en Lorraine, un apéro dure toute une soirée, voire même pour les plus téméraires, une partie de la nuit ! 

    Rdv était donné donc sur le grand parking des Imaginales, et c'est là que j'ai pu faire connaissance de Supy  (L'imaginaire de Supy), de Christel (La tête dans les livres (si je ne me trompe pas)) et de Ellen (Dans la bulle de Caladhiel) que j'ai surnommée - de manière très originale...- l'Elfe.

    Et bien évidemment, Alexandre Dainche ! Qui nous explique comment aller au lieu de rdv, parce qu'on voudrait d'abord repasser par l'hôtel pour qu'Ellen puisse y déposer ses affaires (le hasard veut qu'elle soit dans le même que nous, cool ! ) et qu'on puisse se rafraîchir. Eh oui, nous ne sommes que des filles !

    Bref, on repart, on traverse les nombreux petits villages aux noms tous plus chelous les uns que les autres, on passe devant un rebouteux... un REBOUTEUX quoi !!! Sérieusement, dans quelle partie du globe on trouve encore un rebouteux ?! Bah ouais, en Lorraine. C'te classe quoi ! J'avoue, le rebouteux m'a valu un énorme fou rire dans la voiture, encore pardon les filles tongue

    Après un petit détour chez Magali et Nalex (ouais parce que les villages ont beau être petits, ou pas très grands, au choix, ben on n'a pas trouvé la salle de le méga teuf. Enfin si, on l'avait trouvée en fait, mais on savait pas que c'était là ! ) on arrive à la salle pour la soirée apéro. J'ai passé une des meilleures soirée de ma vie, vraiment. Il y avait longtemps que je n'avais pas autant ri ni passé un si bon moment. D'ailleurs, j'en profite pour vous prévenir, faites gaffe à l'ice tea lorrain, j'ai l'impression qu'ils le coupent avec chépakoi, n'est ce pas Flora ? winktongue

    Et on a même eu droit à un superbe et délicieux gâteau qui déchire sa race fait par une arpenteur. 

     

    Imaginales 2015

     

    On avait dit qu'on ne partait pas tard, non non, juste un peu avant minuit ! sarcastic

     

    Une tite photo de groupe avant de partir

     

    Imaginales 2015

     

    Et c'est mortes de rire (surtout moi en fait) qu'on s'arrête devant le rebouteux, car oui Mesdames et Messieurs, le rebouteux lorrain a son panneau éclairé la nuit. C'est si jamais t'as besoin de te faire rebouter en pleine nuit quoi, okazou. 

     

    Imaginales 2015

     

     

     Bref, retour à l'hôtel, et on tente tant bien que mal de s'endormir au son vaguement étouffé de la télé dans la chambre voisine, Les Simpson d'après Flora.

     

     

    Dimanche

     

    C'est au son étonnant des ébats matinaux d'un couple quelque part dans les profondeurs de l'hôtel que nous émergeons - difficilement - Flora, Sia et moi. Aaaaaah, le joie de la promiscuité des hôtels ! 

     

    Tiens d'ailleurs, j'en profite, pendant le ptit déj, Ellen et moi avons discuté avec une blogueuse qui nous avait repérés grâce à nos discussions imaginalesques hyper discrètes ! N'ayant rien sur nous pour échanger l'adresse de nos blogs/pages fb, on avait dit qu'on se recroiserait sur place, mais ça n'a malheureusement pas été le cas, et j'en suis sincèrement désolée. Donc, si tu as les cheveux bleus et que tu te reconnais, n'hésite pas à envoyer un mail/mp ;)

     

    2ème jour donc, et la fatigue commence déjà à se faire sentir.

     

    10h et quelques

     En retard à sa 1ère conférence de la journée, j'accompagne Sia pour Le goût de la vengeance, avec Pierre Gaulon, Thomas Geha (qui n'était pas là si mes souvenirs sont exacts), Pierre Grimbert, Pierre Pevel (que de Pierre dites donc !)

     

    11h

    Je ne bouge pas puisque ma 1ère conf de la journée se tient également au Magic Mirror 1 (d'ailleurs, elles se tiendront toutes là :p ), il s'agit de Magie et Magiciens... Pouvoir sur soi, pouvoir sur le monde ! Avec Charlotte Bousquet, Robin Hobb, Patrick MC Spare, Cindy Van Wilder. 

    Une conférence encore une fois passionnante !

     

    Imaginales 2015

     

    12h

    Je poursuis avec L'Héritage des Celtes, animé par Estelle Faye, Claudine Glot, Alain Grousset, Jean-Philippe Jaworski. Et là je dois bien avouer que cette conf ne m'a pas passionnée plus que ça. Je l'ai trouvée longue et quelque peu ennuyeuse. Mais la faim et la fatigue y sont certainement aussi pour quelque chose...

     

    Imaginales 2015

     

     

    13h

    Je n'ai pas la force d'assister à la conférence sur Les Mondes post apocalyptiques, je m'en vais donc retrouver les autres pour manger (oui, encore !). Sur le chemin, je vois qu'Aurélie Wellenstein est à sa place, je me jette donc littéralement sur elle pour lui demander de me dédicacer Le Roi des Fauves (lecture en cours), et la coupe dans son élan pour partir et la discussion qu'elle avait avec un jeune homme, toutes mes excuses (et c'est en écrivant que je me rends compte que j'ai complètement oublié de demander une tite photo oh).

    La file d'attente pour miamer étant un peu longue, je fais un détour par chez Alexis Flamand dont j'avais acheté le tome 1 de Le Cycle d'Alamänder l'année dernière aux Imaginales mais que je n'avais pas pu faire dédicacer faute d'auteur ! Erreur réparée donc, pour mon plus grand plaisir ^^

    Alexis est à l'image de ses livres, déjanté ! Mais également extrêmement gentil et attachant. On a dû s'y reprendre à plusieurs fois pour la photo, car entre les grimaces de l'un ou de l'autre, le coupage de sein dû à un sac (je vous laisse deviner pour qui...), les éclats de rire... M'enfin, on a réussi à en prendre une potable, YES \o/

     

    Imaginales 2015

     

     Je file enfin miamer avec les coupines qui s'étaient installées dehors, face à la Moselle (ou les toilettes sèches, tout dépend de l'angle de vue he ).

    Après cette petite pause, c'est reparti pour les derniers achats et les dernières dédicaces. 

     

    La veille, j'avais acheté le livre de coloriage Jolies Créatures de Maryline Weyl, une autre compatriote, ainsi que 2 marque-ta-page, mais n'ayant pas de monnaie sur moi je n'avais pas pu les prendre de suite, je repars donc cette erreur et je repars avec mon magnifique précieux en main (ou plutôt, en sachet). J'ai longuement hésité devant ses livres tous plus beaux les uns que les autres. C'est malheureusement un budget, mais leur achat est prévu à plus ou moins long terme, ils sont tellement magnifiques. Voici sa page fb ainsi que son site si vous ne connaissez pas.  

     

    Je passe également chez Mr Pierre Pevel avant ma dernière conférence. J'y fais dédicacer le 1er tome de Haut-Royaume acheté récemment, ainsi que le tome 1 de Le Paris des Merveilles. Il était déjà dans ma wish depuis fort longtemps, mais la réédition et ses nouvelles couv a fini de m’achever ! 

     

    15h

     L'heure de la dernière conférence, celle sur Les Dragons, animée par  Robin Hobb, Xavier Mauméjean, Pierre PevelL et Marie-Charlotte Delmas. Une conf extrêmement intéressante également malgré les nombreuses interventions de la dernière invitée citée, qui étaient non seulement énervantes mais également inintéressantes voire même hors sujet... Et on se serait également bien passé des nombreux spoilers robinhobbesque du modérateur. "Mais, tout le monde a lu Les Aventuriers de la Mer non ?" Bah noooooon !!!! 

    Non Mr, tout le monde n'a pas lu l'intégralité de ses livres. Pas encore du moins. Bon, c'était pas dramatique, mais tout de même... Heureusement que Mme Hobb signalait elle même les spoilers, c'était très drôle ! biggrin

     

    Imaginales 2015

     

     

    Et voilà, c'est déjà bientôt l'heure du retour. Le temps de s'arrêter chez Céline Landressie pour enfin acheter le tome 1 de Rose Morte, discuter encore un peu avec les coupines, et c'est déjà l'heure de partir cry

     

    Imaginales 2015

     

    Le chemin du retour est extrêmement dur, je suis littéralement épuisée, j'ai dû mal à garder les yeux ouverts, et je dois me résoudre à m'arrêter faire une petite pause environ 3/4h avant l'arrivée et me dégourdir un peu les jambes.

     

    Je ne suis pas une grande habituée des salons littéraires, je ne fais pas la course aux dédicaces. J'ai fait Les Imaginales l'année dernière, le salon du livre de Colmar en novembre 2013, et sinon, si je peux me permettre de la comparer, j'ai beaucoup fait la Japan expo, même si c'est pas que centré sur les livres, mais que ça englobe aussi les traditions et la japanimation. La JE, c'est également un monde à part, et j'en ressors à chaque fois complètement à l'ouest ! C'est une plongée irréelle dans un autre monde, c'est impossible à décrire, à expliquer.

    Les Imaginales, c'est pareil, mais dans une moindre mesure tout de même. C'est un petit festival, intimiste, convivial. Avant ça, je voyais les auteurs comme des gens inaccessibles, ce qui est totalement faux, évidemment. Après bien sûr, il y en a toujours qui sont plus à l'aise, plus accessibles, plus ouverts que d'autres, mais dans l'ensemble ils sont tous relativement à l'écoute. 

    Je n'aurai qu'un seul regret finalement, c'est de ne pas m'être lâchée autant que j'aurai aimé. Je ne parle pas niveau achats, mais plus niveau "relationnel". Et c'est juste un gros manque de confiance en moi et une timidité maladive (eh ouais). Je me sens nulle, bête, inculte, inintéressante, ridicule face aux autres. Je ne sais jamais si on rit de moi ou avec/grâce à moi. Certaines choses ont fait que... Bref. J'ai fait un effort surhumain pour les photos, je les ai mises mais ce n'est vraiment pas par plaisir, parce que je me trouve encore plus horrible en photo qu'en vrai (et je ne dis vraiment pas ça pour qu'on me dise "han mais non, t'es crooooo mignonne !" parce que de toute façon, je ne vous croirais pas tongue Faut être réaliste des fois dans la vie ^^). Non vraiment, je me donne l'impression d'être un troll sous cortisone, sans parler de ma coupe/coiffure. Mais c'est pas possible que je me sois trimbalée 2 jours comme ça, merde alors ! shocked

    Enfin bref, va falloir que je remédie à ça pour l'année prochaine ! 

     

    Ce que je retiendrai entre autres, à part évidemment l'ambiance, c'est la "rencontre" avec Robin Hobb. Je ne me l'imaginais pas du tout comme ça, et cette femme est d'une prestance... Elle transpire le respect, la dignité, l'intelligence... Je trouve ça tellement paradoxal quand on connait un peu ses écrits, son univers... Je ne sais pas comment l'expliquer ! 

    Je retiendrai également les rencontres avec les auteurs, même si je ne sais jamais trop quoi dire et que j'ai peur de dire des conneries, et les rencontres avec les blogueurs/euses, même si là également je me suis sentie pas mal larguée et à la ramasse. J'ai tellement honte ! oops

     

    Une petite photo de famille de mes quelques achats. 6 livres donc au total pour moi (et 3 poches pour ma mère, mais ça compte pas). Finalement ça va, comparé à d'autres j'ai été très raisonnable ^^

     

    Imaginales 2015

     

    Bon, il est 23h51, j'avoue que je ne me sens plus de relire cet (extrêmement long oh) article ! Félicitations aux courageux/ses qui auront lu jusqu'au bout.

     

    Le mot de la fin : vivement l'année prochaine !


    2 commentaires
  • Oraisons, intégrale

    Samantha Bailly

    Éditions Bragelonne

    Publié en 2013

    716 pages

     

     

     

    Synopsis

    En Hélderion, la mort peut rapporter beaucoup… surtout à la famille Manérian, qui procède aux oraisons, les rites funéraires du royaume. Mais la réalité de la mort les frappe de plein fouet lorsqu’on retrouve le corps de leur plus jeune fille dans une ruelle sordide. Tout désigne les clans, ces dangereux rebelles qui s’opposent à Hélderion. Aileen, prête à tout pour venger sa cadette, se lance dans une enquête qui la mettra à rude épreuve. Noony, leur soeur aînée, se retrouve quant à elle aux premières loges de l’entrée en guerre de son pays contre le continent voisin. Mais elle est bien décidée à s’opposer à ce conflit qui pourrait tourner en véritable massacre. Prises dans des intrigues dont les enjeux les dépassent, les deux soeurs devront affronter le système qui les a forgées.

     

     

     

    Mon avis

    716 pages !!! Ça c'est du pavé ! Autant dire que je l'ai lu en plusieurs fois, 3 ou 4, et ce pour 2 raisons : la 1ère, c'est la réception de partes. En général je finis toujours mon en cours, mais là, c'était bien trop volumineux pour moi pour honorer mes partes en temps et en heure he La 2ème raison, c'est que c'était bien trop gros pour moi pour que je le lise en une seule fois oops

     

    Le 1er mot qui me vient à l'esprit quand je pense à ce livre, c'est déséquilibre. L'univers et l'histoire, les histoires même, sont très denses et fournis, et l'action réelle n'est véritablement présente que dans les toutes dernières pages. Et je dois avouer que j'ai trouvé ça un peu long par moment. 

    Ceci dit, l'univers créé par l'auteur est extrêmement riche et fourni. Une Histoire chargée, complexe, un passé lourd, des personnages travaillés, et plusieurs fils conducteurs qui s'entremêlent les uns aux autres. Il y a énormément d'informations, et il faut suivre. C'est globalement très intéressant, recherché et original, évidemment ! Mais c'est complexe, et compliqué par moment. Et je n'ai malheureusement pas réussi à rentrer totalement et autant que j'aurai aimé dans cet univers, dans ces histoires. J'ai eu beaucoup de mal au début avec tous les lieux, les personnages, l'Histoire quelque peu complexe, et légèrement embrouillée je dois dire. 

    Je n'ai pas toujours compris les choix de l'auteur, j'ai trouvé que certaines choses étaient amenées de manière assez maladroites et sans que je comprenne vraiment le pourquoi, et je déplore quelques facilités pour certains dénouements. 

    Les dernières pages, peut être les 80-100 dernières, sont extrêmement intéressantes, bourrées de suspense, de rebondissements, d'action, de révélations, même si certains passages auraient mérités d'être un peu plus travaillés, détaillés, expliqués, contrairement à d'autres plus tôt dans le livre qui auraient peut être mérités d'être épurés (d'où mon sentiment de déséquilibre).

    Ah, par contre ! Je pousse un gros coup de gueule pour la fin ! C’était absolument et totalement inhumain de faire ça, je ne m'en doutais pas, je ne l'ai pas vu venir, et mon petit coeur ne la pas supporté. OUI, j'ai pleuré ! (et autant vous le dire, ça m'arrive très très peu en lisant un livre). Là franchement, je boude no

     

     

    De ce fait, je n'ai également pas vraiment pu m'attacher aux protagonistes non plus ni craindre pour eux. Je me suis pas mal mélangé entre Noony et Aileen, et certains de leurs choix m'ont semblé tirés par les cheveux. 

     

    Le style d'écriture enfin, est plutôt globalement agréable, même si certains passages sont assez simples, et certaines tournures de phrase un peu maladroites.

     

    En résumé, j'ai aimé, mais je n'ai malheureusement pas réussi à entrer dans cette histoire autant que je ne l'aurai voulu. Cependant, l'auteur a su créer un univers riche et original, avec plusieurs intrigues complexes qui s'entremêlent. Un mélange de fantasy, de SF et une touche de policier. Il faut s'accrocher et rester concentré tout au long de sa lecture pour ne rien manquer !

     

     

    Appréciation

      

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict   


    1 commentaire