• Vincent Villeminot et Yann Autret

    Éditions Nathan

    Publié en 2015

    256 pages

     

     

     

    Synopsis

    L’épidémie de virus Zombie faisant des ravages sur la côte bretonne, ma famille (normale) et moi (Madoloup) sommes rentrés chez nous à la montagne, près du lac Léman. Nous espérions y couler des jours normaux. Mais ma petite sœur Louve, désormais zombie, contamine très vite la région (nous n’aurions peut-être pas dû la laisser aller à la maternelle…) et nous voilà obligés de nous réfugier dans les hauteurs alpines. Le problème c’est que, là-haut, nous tombons… sur une horde de yétis.

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier la maison d'éditions pour cet envoi ^^

     

    Bien que n'ayant pas lu le 1er tome, j'avais tout de même choisi ce livre sur la liste proposée par Nathan car ça avait l'air drôle et décalé, différent. Finalement, il s'est avéré que c'était bien trop décalé pour moi. 

    Si j'ai trouvé les 1ères pages drôles et - comme dit - décalées, j'ai également vite trouvé ça trop farfelu. Je n'ai pas accroché, et ai même abandonné ma lecture au bout d'une quarantaine de pages, malheureusement. Ça aurait pourtant pu être sympa, mais j'ai trouvé ça "relou" au bout d'un moment, et ça m'a saoulée. Les dialogues n'ont ni queue ni tête, il y a des jeux de mots qui m'ont fait rire, mais comme dit, c'est trop, et au bout d'un moment je me suis lassée et ça ne m'a plus fait rire, mais au contraire, lever les yeux au ciel. 

    Bref, ce n'était finalement pas pour moi.

     

    En résumé, une idée de base assez sympa, mais dont les situations et les gags lourdingues et répétitifs ont rapidement eu raison de moi. Désolée !

     

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict      


    votre commentaire
  •  Un chien de saison

     

    Un chien de Saison

    Maurice Denuzière

    Éditions Le Livre de Poche, publié en 1979

    218 pages

     

    Synopsis

    Quand un célibataire bien tranquille accepte de prendre en pension, le temps des vacances, le chien de son meilleur ami, l'aventure commence.
    Il faut reconnaître que Néron, boxer bringé, lourd de quarante kilos de muscles et de malice canine, à une étonnante propension à faire d'énormes bêtises. La preuve est ainsi administrée qu'un chien peut bouleverser une existence quiète et organisée, tout en se révélant un compagnon fidèle et tolérant. Ce roman humoristique de Maurice Denuzière, dédié à la mémoire d'un boxer, est un livre tendre et drôle, où sont notamment évoquées : la solitude du cœur la fragilité des relations sociales et surtout, l'affection sincère dont ont besoin les chiens et les hommes.

     

     

    Mon avis

    Ce livre a été choisi par Gabyelle pour le challenge "Choisir la prochaine lecture de sa PàL". Depuis plusieurs années, je n'ai presque lu que de la fantasy, avec de temps en temps un policier ou un horreur, j'avoue donc que je me suis lancée avec appréhension dans cette lecture.

     

    Félix est un presque quadragénaire, célibataire, il est épigraphiste-paléographe, cultivé et intelligent, gentil, il vit à Paris dans un appartement plutôt coquet tenu par sa femme de ménage espagnole, Pilar. C'est un homme bourré d'habitudes, qui n'aime pas qu'elles soient bousculées.

    Henry est son ami d'enfance, marié à Irma, ils ont 2 enfants de 10 et 12 ans. Félix était d'ailleurs épris d'Irma avant de se la faire "voler" par Henry.

     

    L'histoire est toute simple. Henry, Irma et leurs enfants veulent partir en vacances en Écosse pendant 3 semaines, or la durée de quarantaine pour les chiens est beaucoup plus longue, ils demandent donc à Félix de garder leur boxer, Néron. Ou plutôt, ils l'imposent. C'est ainsi que Félix se voit nanti d'un chien de 2 ans et de plus de 40 kg, assez turbulent et avec des habitudes de chien-chien à sa mémére. De quoi boulverser une vie de célibataire endurci, qui en plus n'est pas particulièrement à l'aise avec les animaux !

     

    De prime abord, on pourrait penser que l'histoire est légère, facile, presque futile. Un couple qui donne son chien à garder à un ami, les 2 qui deviennent finalement inséparables... Mais au fil des pages, on se rend compte que bon nombre de sujets plus ou moins sérieux sont traités.

    Tout d'abord, et pas des moindres, la relation entre les humains et les animaux. Inutile de préciser que pour aimer ce livre, il faut aimer les animaux. Ceux qui ne les aiment pas ou ne les connaissent pas, ne pourront pas aussi bien comprendre et apprécier ce livre. Ceux qui n'en ont pas non plus d'ailleurs.

    Je ne compte pas le nombre de fois où je me suis reconnue, au détour d'une anecdote, quand Félix parle à Néron comme si c'était un humain, comme s'il comprenait les grands discours expliquant pourquoi il ne faut pas faire çi ou ça, quand un simple "non !" est quand même beaucoup plus compréhensible pour un animal, il faut l'admettre !

     

    Mais d'autres thèmes sont également abordés. La solitude, le manque de confiance en soi, les relations humaines aussi. Au fil des pages, on en apprend beaucoup sur les protagonistes humains (canins aussi remarquez ^^ ). Félix est d'une très grande gentillesse, trop d'ailleurs, il ne sait pas dire non. C'est un homme blessé, meurtri, qui manque cruellement de confiance en lui. Pour différentes raisons, il a choisi de plus ou moins se couper des autres, et ce point m'a particulièrement touchée, je me reconnais là-dedans.

    Henry quant à lui, son "ami" d'enfance, ainsi que sa femme Irma, ne sont que de sales profiteurs. Ils ne font que profiter de Félix, de sa gentillesse, de son incapacité à dire non, de son hospitalité - forcée - même, quand Irma s'incruste chez lui alors qu'il n'est même pas là ! J'ai bouillonné en lisant ce livre, de cette méchanceté, cette ingratitude, qu'ont ses soi-disant amis.

     

    Le style de l'auteur est assez particulier. Je ne connais pas les autres oeuvres de Denuzière, je ne sais donc pas si son style est inhérent à tous ses livres, si c'est l'époque où il a été écrit qui le veut ou si c'est par rapport à la personnalité de Félix.

    En tout cas, certaines tournures de phrases et expressions sont surprenantes, et de manière générale, le style d'éciture fait assez désuet.

     

    Dans l'évolution de l'histoire, je regrette un changement trop "radicale", pas assez décrit, de l'attachement de Félix aux animaux. Au début, il était assez récalcitrant, ne comprenant pas comment on pouvait en arriver à avoir certaines manies, comment on pouvait préférer la compagnie d'un animal à la contemplation de je ne sais quel bibelot datant de je ne sais quelle époque ! Et trop rapidement à mon goût, il change d'opinion, se surprenant lui-même à apprécier certaines choses chez Néron. Je trouve que les sentiments ne sont pas assez décrits dans ce passage. Mais bon ^^

     

    Eh bien voilà, cette lecture a été une belle surprise et... un gros coup de coeur ! Différents thèmes traités de manière légère tout en restant sérieux, un thème qui me tient particulièrement à coeur, de l'humour et de l'émotion.

    Je le conseille à tous les amoureux des animaux, les vrais !

     

    Appréciation

     


    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict 

     


     

     

     

     

     1/5


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique