• Soeurs Sorcières, t1

    Jessica Spotswood

    Éditions Nathan

    Publié en 2013

    392 pages

     

     

     

    Soeurs Sorcières, t1

     

    Cate, Maura et Tess vivent dans une Angleterre imaginaire de début du XXè siècle. À 17 ans, les femmes doivent normalement choisir entre se marier et rejoindre les ordres. Mais en plus d'être femmes, elles sont sorcières. Si quelqu'un le découvre, les Frères les enverront à l'asile ou les feront disparaître, comme toutes les autres.
    Depuis la mort de leur mère, Cate vit dans la peur, avec la mission de protéger ses sœurs. Mais ses 17 ans approchent et tout s'accélère : son ami d'enfance la demande en mariage, alors qu'un autre jeune homme fait chavirer son cœur. Et bientôt, Cate doit se rendre à l'évidence : malgré tout ses efforts, le danger se referme sur elle et ses sœurs comme un étau...

     

     

    Soeurs Sorcières, t1

     

    Je tiens avant tout à remercier la maison d'éditions pour cette découverte .

     

    J'avais beaucoup entendu parler de ce livre, et la couverture à la fois intrigante, recherchée et soignée, et le synopsis, ont attisé ma curiosité. Et c'est avec impatience et curiosité que je me suis plongée dans cette lecture. Et j'en suis ressortie sous le charme !

     

    Nous suivons les aventures de 3 sœurs, Cate, Maura et Tess, sorcières comme le titre l'indique. L'histoire se passe dans une Angleterre fictive du 19ème siècle. 

    L'histoire est originale et intéressante. L'auteur a mis en place une mythologie dans un monde certes imaginaire, mais ressemblant au nôtre, et donc totalement crédible. L'ambiance est mystérieuse à souhait, mystique et colle atrocement bien au contexte. Elle a également su créer une Histoire propre à son univers, une hiérarchie bien particulière et étonnante, qui recèle bien des mystères.

     

    Les personnages sont bien construits, avec des caractères propres. Cate est probablement celle à laquelle je me suis le plus attachée et à laquelle je m'identifie le plus, probablement parce que je comprends certaines de ses réactions (pas toutes, loin de là, mais certaines), même si ses tergiversations étaient peut-être un peu répétitives au bout d'un moment. Mais en même temps, elle a des choix pas faciles à faire pour une jeune fille de son âge. J'ai vraiment aimé ce perso, forte mais fragile à la fois. Elle a dû grandir plus vite qu'elle n'aurait dû, endosser le rôle que sa mère était censée tenir et a de lourdes responsabilités pour son âge. On la sent trop sérieuse pour son âge, trop sur la retenue. Alors que Maura est elle bien plus impulsive, dans "l'extravagance", l'envie de s'amuser, de découvrir le monde. Tess quant à elle, la plus jeune, est aussi la plus réfléchie, celle qui temporise. 

    J'ai beaucoup apprécié la diversité dans le caractère des 3 sœurs. Ça donne énormément de "vivant" au récit.

     

    Même si le récit est un peu linéaire et manque d'action, je ne me suis pas ennuyée un seul instant pour autant. De par son style d'écriture vraiment très agréable et fluide autant que par ses idées et sa mise en scène, l'auteur a su éveiller mon intérêt dès le début, attiser ma curiosité au fil des pages et me garder accrochée jusqu'à la fin du récit. Je n'ai pas ressenti de longueur et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. L'auteur distille ce qu'il faut de mystère pour capter l'attention du lecteur, et les dénouements et autres rebondissements ne m'ont pas paru faciles ni prévisibles.

    Différents thèmes sont abordés, notamment bien sûr la sorcellerie, qui se trouve ici être un défaut à cacher, à bannir, une honte plutôt qu'un don, mais également la place de la femme dans la société (enfin, celle du livre hein ^^), les choix, difficiles, à faire...

     

    En résumé, un style d'écriture fluide et extrêmement agréable, une intrigue originale et intéressante et une ambiance parfaite m'ont totalement emportée ! J'ai hâte de lire la suite pour découvrir ce qu'il va se passer !

     

     

    Soeurs Sorcières, t1

     

     

     

     

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici :  Logo Livraddict


    1 commentaire
  • Les chasseurs d'âmes t1

    S.A. William

    Éditions Sonia Coudert

    Publié en 2010

    313 pages

     

     

     

    Les chasseurs d'âmes t1

     

    Zack est un adolescent normal, si tant est que la norme inclut une mère qui vous déteste, un père absent et une soeur qui doit se cacher pour vous parler. Sa vie s’écoule lentement dans une banalité mortelle lorsqu’un jour, une jeune inconnue lui passe un anneau au doigt et file sans ajouter un mot.

    Zack se retrouve malgré lui projeté dans un monde onirique où il devra apprendre à combattre un ennemi invisible qui enferme les dormeurs dans leurs rêves et les plonge dans le coma, mission pour laquelle il ne se sent pas concerné... Jusqu’à ce que sa soeur, sa raison de vivre, tombe à son tour dans cette mystérieuse maladie du sommeil...

     

     

    Les chasseurs d'âmes t1

     

    J'ai découvert SAW il y a quelques mois, par le biais d'un concours qu'elle organisait sur FB. La couverture tout d'abord, avec ce petit côté manga, puis le résumé, m'ont intriguée. J'ai ensuite eu la chance de pouvoir la voir à la Japan Expo de cette année, et forcément, j'ai craqué, direct pour la trilogie ! Et je dois dire en passant que je regrette de ne pas avoir plus discuté avec elle à la JE, et surtout de ne pas avoir pris de photo. Mais quel boulet ><

    Bref. 

    Bon bon bon... je dois dire que c'est assez bizarre et pas des plus évident de rédiger un avis en sachant que l'auteur va le lire... 

    Je tiens encore une fois à préciser que je ne suis de loin pas une pro, et que ce que je dis ne sont que des impressions, des ressentis, en aucun cas des jugements.

     

    Une fois n'est pas coutume, je vais commencer ma chronique en parlant du dernier point que je traite habituellement, le style d'écriture de l'auteur. Parce que je trouve que ça a un peu desservi le roman, au début du moins. Je sais que c'est le 1er titre de l'auteur, et une fois de plus, loin de moi l'idée de juger, je serai bien incapable d'écrire moi-même. Attention hein, le style d'écriture est loin d'être désagréable, il est de manière générale simple et fluide, et s'étoffe même au fil des pages. Cependant, j'ai trouvé certains choix de narration assez surprenants et pour être honnête, pas très judicieux. 

    Tout d'abord, l'auteur a choisi de nous raconter son histoire du point de vue de Zack, à la 1ère personne. Je ne saurai dire précisément pourquoi, mais je trouve qu'il aurait été plus intéressant d'avoir un point de vue omniscient ou externe. Je trouve que la narration à la 1ère personne est un exercice risqué et difficile. 

    Ensuite, le temps de la narration m'a assez perturbée. Je n'ai pas pensé à prendre de notes, mais j'ai eu l'impression que certaines concordances étaient erronées. 

    En fait, je crois que c'est le mélange récit à la 1ère personne avec une narration au passé simple qui ne fonctionne pas très bien dans le cas présent. 

    Pour finir sur ce point, la construction de certaines phrases est assez perturbante. Courtes, plutôt simplistes, certaines manquant de relation entre elles, la ponctuation étant également par moment mal ou peu utilisée. Des subordonnées qui auraient méritées d'être des "vraies" phrases à elles seules, et inversement, des virgules utilisées en trop grand nombre (là où il aurait peut être fallu un "et", un ":"," un "." ou un ";"). Ça alourdit un peu le récit et ralentit la lecture.

    On sent toute l'envie de l'auteur de nous faire plonger dans son monde, de nous raconter cette histoire. Cependant, cette hâte dessert quelque peu l'histoire, qui aurait mérité que le style d'écriture soit un peu revu et étoffé pour donner plus de profondeur et de consistance au roman. 

     

    Voilà voilà, après ça, passons maintenant à l'histoire ! Eh bien j'ai vraiment beaucoup aimé et j'ai passé un très bon moment ! L'univers est classique puisque l'histoire se passe dans notre monde et à notre époque, mais l'intrigue est vraiment originale et intéressante, même si certaines choses auraient pu être plus poussées (cf le point 1). J'ai également apprécié les clins d’œil aux films et musiques (peut être aussi séries, je ne me rappelle plus j'avoue) qui permettent d'ancrer le récit et de lui donner de la crédibilité.  

    Les personnages sont plutôt recherchés, néanmoins, certains manquent de maturité malgré leur âge (notamment Sylia et Robin) et pour le moment, de profondeur aussi. 

    J'ai bien entendu un énorme coup de coeur pour les Harbis, plus précisément pour Tilt, évidemment ! 

     

    En résumé, un 1er tome introductif qui pose les bases d'une histoire originale et intéressante, mais un petit manque de profondeur dans le style d'écriture et les personnages. C'est agréable, ça se lit vite. Un bon moment !

     

     

     

    Les chasseurs d'âmes t1

     

     

     

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    3 commentaires
  • Elantris, intégrale

    Elantris

    Brandon Sanderson

    Publié en 2011

    797 pages

     

     

    Elantris, intégrale

     

    Il y a dix ans, la sublime cité d’Elantris, capitale de l’Arélon, a été frappée de malédiction. Ses portes sont désormais closes et nul ne sait ce qui se passe derrière ses murailles. Kae est devenue la première ville de l’Arélon. Quand la princesse Sarène y arrive pour épouser Raoden, l’héritier de la couronne, on lui apprend qu’il vient de mourir. Veuve d’un homme qu’elle n’a jamais vu, Sarène choisit pourtant de rester à la cour, et tente de percer le mystère d’Elantris… 

     

     

    Elantris, intégrale

     

    Je tiens tout d'abord à remercier la maison d'éditions pour cet envoi 

     

    Ah, Elantris... J'en avais pas mal entendu parler, et j'avais vraiment hâte de le lire. Sans être une grande spécialiste de fantasy, je pense m'y connaître un ptit peu quand même, ce genre étant mon genre de prédilection depuis une bonne 15aine d'années. Malheureusement, je n'ai pas réussi à me plonger dedans et pour la 1ère fois, j'ai abandonné un livre 

    Pourtant ce n'est vraiment pas faute d'avoir essayé. Je l'ai commencé il y a plus de 2 mois (je m'en rappelle parce que c'était juste avant la Japan Expo), j'ai fait des ptites pauses en alternant avec d'autres lectures, j'ai essayé de m'accrocher, j'ai poussé jusqu'à la moitié du livre, mais malgré tout je n'ai pas réussi. 400 pages quand il en reste presque autant à lire, c'est beaucoup. Je peux me forcer à lire un livre de 300-400 pages même si je n'adhère pas ou peu, mais me forcer à lire 800 pages, je suis sincèrement désolée, mais je n'ai pas pu.

     

    L'idée de base et l'univers étaient pourtant originaux et intéressants, mais mon dieu, que de longueurs, que de détails. Il y a profusion de tout : personnages (aux noms pour certains assez ressemblant) ; intrigues (je ne sais même pas combien il y a de fils directeurs. Trop pour moi, qui m'ont fait perdre le fil principal, même si tout est plus ou moins lié) ; religions (j'ai compté pas moins de 3 - ou même 4 ! - religions différentes aux noms extrêmement similaires (shu-késeg, shu-korath, shu-déreth).

    Le vocabulaire inventé par l'auteur, que ce soit pour les personnages, les lieux, les religions... certains se ressemblent beaucoup (réod, Téod, Shaod par exemple, ou ceux des religions).

    L'histoire part dans tous les sens, les quelques explications que j'ai eues jusqu'à maintenant sont un peu trop mystiques pour moi, mais surtout, ça ne bouge pas. L'action est jusqu'à maintenant inexistante. 

    Il y a beaucoup de détails donc, mais ce sont des détails historiques, politiques et religieux, et en même temps, il y en a peu sur le monde créé par l'auteur. C'est très sombre, très triste, ça me donne l'impression d'un décor de béton, très dur, très froid. Angoissant, oppressant. 

     

    Quant au style de l'auteur, je l'ai trouvé assez "lourd" et peu fluide.

     

    Alors évidemment, je ne peux nier que malgré ces points "négatifs" que j'ai relevés, l'auteur a été très (trop ? ) méticuleux et a créé un univers et une intrigue extrêmement bien travaillés, complets et complexes. Malheureusement, pour moi, ça n'a pas fonctionné. L'auteur se perd dans des circonvolutions autour du fil rouge, la chute d'Elantris, qui, au lieu de donner de la profondeur et de l'intérêt au récit, ne font que perdre le lecteur dans de multiples intrigues. Je ne doute pas que tout se rejoint au bout d'un moment (du moins, je l'espère ! ), et j'aime en général les intrigues et les univers bien posés et qui tiennent la route, mais là pour moi, c'était de trop. 

    Ceci dit, il y a tout de même aussi beaucoup de points intéressants. Outre le monde et l'histoire, certaines idées sont appréciables et vraiment très bonnes (les séons par exemple). Les personnages, malgré leur grand nombre, sont différents et extrêmement bien construits, sans tomber dans le cliché du méchant-qui-veut-détruire/régner sur-l'univers et de l'élu/e qui va le sauver, ce monde, et ont des personnalités riches et crédibles, et l à encore, complexes. 

     

    En résumé, un univers et une intrigue intéressants et originaux, mais trop travaillés et recherchés pour moi, trop de détails, trop de longueurs, une écriture lourde et manquant de fluidité, je suis sincèrement navrée mais je n'ai pas réussi à accrocher. Ceci dit, si vous aimez les univers bien travaillés et les intrigues compliquées, ce livre est fait pour vous. Mais je le déconseillerai aux novices en matière de fantasy qui risqueraient de s'y perdre.

    Je n'ai pas totalement abandonné l'idée de le lire, et au contraire, je le reprendrais un jour (je le reprendrais, je ne le recommencerais pas du début...) parce que j'ai quand même envie de voir comment ça évolue (surtout vu toutes les bonnes critiques) et de connaître la fin. 

     

     

    Elantris, intégrale

     

    (abandonné donc)

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict

     


    2 commentaires
  • Beyonders, t1 : Vers l'autre Monde

    Brandon Mull

    Éditions Nathan

    Publié en 2012

    548 pages

     

     

     

    Synopsis

    Jason aurait pu être un garçon comme les autres mais il se retrouve accidentellement projeté à Lyrian, un empire soumis au règne cruel du sorcier Maldor. Il comprend très vite, que la seule façon de rentrer chez lui est de renverser ce terrible despote grâce à un mot magique. Le voilà désormais face à son incroyable destin : être le héros qui devra sauver ce monde en péril !

     

     

    Mon avis

     

    Ce livre me tentait depuis un moment déjà, j'avais lu pas mal de bons avis. Cependant, je ressors de cette lecture avec une impression en demi teinte. La trame de base n'est pas innovante (bon ça c'est pas dramatique) - un héros, un méchant, une quête, mais surtout, j'ai l'impression d'une histoire à 2 vitesses.

     

    L'histoire débute assez vite. On nous présente tout d'abord Jason, le héros âgé de 13 ans, ce qu'il aime, sa vie tout ça, et au bout de même pas 30 pages, l'action débute. Jason se retrouve projeté dans un autre monde, Lyrian. J'ai apprécié que pour une fois, l'histoire débute assez rapidement, même si du coup je me suis sentie pas mal perdue au début, mais par contre je n'ai pas du tout aimé la façon dont il se retrouve dans cet autre monde. J'ai trouvé que l'idée du passage, qui se voulait sûrement originale, était assez... grotesque. Après quelques péripéties, il se retrouve avec une quête sur les bras, une double quête même. Retrouver le mot qui permettra de renverser le despote qui règne sur Lyrian, ainsi que le moyen de retourner dans son monde.

    Alors me demandez pas pourquoi, mais la mise en scène m'a un peu fait penser au Magicien d'Oz, la version dessin animé des années 80 puisque je n'ai pas lu le bouquin. Je ne m'en rappelle pas très bien, mais j'ai eu l'impression du même "schéma", un peu comme Dorothée qui suit son chemin de briques jaunes parsemé "d'épreuves". Enfin, je ne sais pas comment l'expliquer, mais cette impression ne m'a pas quittée.

    Je dois dire que les 2 premiers tiers du livre sont assez plats. L'histoire était sympa, mais il manque à mon goût un peu de consistance, d’explications, et certaines choses sont un peu faciles. Par cotnre, à partir du chapitre de Lac-Blanc, waouuuu !! Le rythme s'accélère, l'intrigue gagne en profondeur, en mystère, en originalité, et là j'ai vraiment été emportée et j'avais vraiment beaucoup de mal à lâcher le livre. 

    La fin m'a laissé un petit goût de frustration. Tout d'abord par rapport au Mot (je n'en dirais pas plus pour ne pas spoiler). J'ai trouvé l'explication surprenante et originale, même si quelque part ça m'a un peu "déçue". Ensuite, parce que la fin est ouverte, et moi j'aime pô ça ! C'est inhumain de laisser un fin comme ça, avec tellement de questions en suspend !

    Je regrette par contre 2 choses. L'auteur nous plonge dans un univers inédit, original, qu'il a imaginé. Mais il manque des explications sur tout et rien (la faune, la flore, l'Histoire de ce monde qui est expliquée au compte-goutte), et donc aussi pour moi une carte. Une caaaaaaaarte bon sang, rien de tel pour pouvoir se projeter et se repérer dans un univers imaginé par qqn d'autre ! Ce que j'ai eu un peu de mal à faire par moment.

     

    Les personnages secondaires sont assez nombreux, puisque Jason et Rachel en rencontrent tout au long de leur périple. Dans l'ensemble je les ai trouvés variés, originaux et plutôt bien construits.

    Les personnages principaux, Rachel et Jason donc, ont des valeurs assez étonnantes et mûres pour des gamins de leur âge (courage, honnêteté) même si j'ai trouvé que leur personnalité manquait un peu de profondeur.

     

    Le style d'écriture est agréable et relativement fluide. 

     

    En résumé, une histoire à 2 vitesses donc : un début assez rapide, mais une grosse 1ère partie manquant un peu de consistance, et une 2ème beaucoup mieux construite et un rythme plus haletant. La trame de base est classique, mais l'idée est cependant intéressante et bien menée. Des questions restées sans réponses à la fin de ce 1er tome, des idées originales (je pense notamment à Lac-Blanc, les Terres Submergées et le château d'Harthenham), des passages un peu longuets et d'autres qui auraient mérités d'être plus approfondis, beaucoup de rebondissements et des dénouements souvent surprenants, même si un peu convenus par moment. Ce n'est pas un coup de coeur, mais pas loin. 

     

     

    Appréciation

     

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • Les lames du Cardinal

    Pierre Pevel

    Éditions Bragelonne

    Publié en 2009

    300 pages

     

     

    Synopsis

    Paris, an de grâce 1633. Louis XIII règne sur la France et Richelieu la gouverne. Le Cardinal, l'une des personnalités les plus puissantes et les plus menacées de son temps, doit sans cesse regarder des ennemis de la Couronne. L'espionnage, l'assassinat, la guerre, tout est bon tour parvenir à leurs fins... et même la sorcellerie, qui est l'œuvre des plus fourbes adversaires du royaume: les dragons ! Ces redoutables créatures surgies de la nuit des temps ont en effet survécu et se dissimulent parmi les humains, ourdissant de sombres complots pour la reconquête du pouvoir. Déjà la cour d'Espagne est tombée entre leurs griffes... Alors, en cette nuit de printemps, Richelieu décide de jouer sa carte maîtresse. Il reçoit en secret un bretteur exceptionnel, un officier dévoué que la trahison et le déshonneur n'ont pourtant pas épargné : le capitaine La Fargue. Car l'heure est venue de reformer l'élite secrète qu'il commandait jadis, une compagnie d'aventuriers et de combattants hors du commun, rivalisant d'élégance, de courage et d'astuce, ne redoutant nul danger : les Lames du Cardinal ! 

     

     

    Mon avis

     J'ai toujours aimé les films de cape et d'épée. Depuis gamine. Et je ne comprends toujours pas pourquoi je n'en ai jamais lu  (d'ailleurs si vous avez des suggestions, je suis preneuse ;) ). Bref, c'est maintenant chose faite, et j'y ai pris beaucoup de plaisir !

     

    La trame de base peut sembler simple et classique au 1er abord, mais se révèle au final beaucoup plus complexe, recherchée et travaillée. La mise en scène est accrocheuse. Il n'y a pas de temps mort, le rythme augmente crescendo et une fois les - nombreux - personnages présentés et l'intrigue mise en place, ça bouge, beaucoup, tout le temps, les rebondissements sont de mise, surprenants, étonnants, les dénouements sans facilité aucune et le suspense est vraiment présent. Tout ce qui fait un bon récit de cape et d'épée est ici présent : complots, trahisons, faux-semblant, duels... Mais l'auteur mêle également, et de manière habile et subtile, magie et dragons. Certains trouvent que les dragons ne sont pas assez présents, bien au contraire ! Il n'est question que d'eux tout au long du récit ! 

    Une touche d’humour vient apporter un peu de fraîcheur et de légèreté à l'histoire.

    L'univers dans lequel se déroule l'intrigue, un Paris du XVIIème siècle, est extrêmement bien construit. Le récit est parsemé d'anecdotes (que j'ai particulièrement appréciées) concernant les personnages ayant existés ou la construction des bâtiments. De réelles recherches ont été faites afin d'apporter de la consistance et de la crédibilité. 

    La tension et l'action dans les dernières scènes montent crescendo pour finir en véritable apothéose !

     

    Il y a vraiment beaucoup beaucoup de personnages, et si au début je m'en sortais, j'avoue qu'au bout d'un moment j'ai quand même commencé à m'emmêler un peu les pinceaux. Surtout que certains ont des noms qui se ressemblent (La Fargue/Laincourt/Leprat, ou Ballardieux/Bailleux par exemple) et que d'autres ne sont pas forcément ce qu'ils paraissent être. Ceci dit, ils sont cependant tous différents et très bien construits. J'ai particulièrement apprécié Agnès pour sa force de caractère à part pour cette époque.

     

    Une plume fine, fluide et maîtrisée, des descriptions extrêmement bien faites et savamment dosées qui alternent avec le récit, le style d'écriture est juste remarquable !

     

    En résumé, j'ai vraiment été conquise par ce livre, même si je me suis quelques peu embrouillée quant à la profusion de personnages et les retournements de situations. Pevel réussit à faire de son roman quelque chose qui se démarque, grâce à une mise en scène intéressante et accrocheuse, un univers dense, intelligemment construit et captivant, et un style d'écriture remarquable ! La suite est dans ma PàL, et j'ai hâte de la lire !

     

     

     Appréciation

     

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    1 commentaire
  • Les Fabuleux

    Arthur Ténor

    Éditions Scrinéo (jeunesse)

    Publié en 2013

    365 pages

     

     

     

    Synopsis

    Kovalch, un physicien de renommée mondiale, invente un hyper accélérateur de particules, permettant d’atteindre la frontière la plus ultime de l’univers physique…Une porte à travers laquelle Julius et sa fille Séréna, s’apprêtent à découvrir avec le Royaume des Sept Tours et son peuple pacifiste, Les Fabuleux…
    Quelles menaces font peser l’Homme et ses instincts de conquérant sur cet univers à l’équilibre fragile ? De l’Homme ou des Fabuleux, qui mènera l’autre à sa perte ?

     

     

    Mon avis

     

    Je remercie Livraddict, les Éditions Scrinéo ainsi que l'auteur pour ce partenariat .

     

    Je ne ferais pas de résumé car pour une fois, je trouve le synopsis parfait.

    Je ne connaissais pas l'auteur, je l'avoue, et je l'ai donc découvert grâce à ce partenariat. La couverture tout d'abord puis le résumé ont piqué ma curiosité. Et bien m'en a pris, j'ai passé un très bon moment et j'ai adoré cette lecture ! 

     

    L'histoire mêle à mon sens 2 trames principales : la découverte d'un nouveau "monde", traitée de manière originale et intéressante, et la conquête de ce nouveau "monde", qui par contre, sans être d'une originalité inédite, est cependant elle aussi intéressante et bien menée. J'y ai trouvé un petit côté Jurassic Park qui n'a pas été pour me déplaire. La tension et le suspense montent crescendo, pas de temps mort ni de facilité dans les dénouements, les rebondissements sont légion et inattendus. Certaines scènes sont assez dures, ce qui donne au récit de la consistance, de la réalité (non, tout n'est pas tout beau qui finit bien).

    De nombreux thèmes sont évidemment abordés, mais le thème principal, la propension de l'Homme pour la conquête, régner en maître absolu et diriger, m'a beaucoup touchée et parlé. Personnellement, j'y ai vu un fort parallèle avec la capture d'animaux sauvages, qui même si elle est parfois malheureusement nécessaire pour la sauvegarde de certaines espèces, n'est évidemment pas la meilleure des choses... J'ai trouvé que ce côté-là était extrêmement bien traité et criant de vérité.

     

    L'univers créé par l'auteur m'a beaucoup plu, même si je regrette que certaines choses soient restées trop en surface. J'aurai aimé en savoir plus, beaucoup plus, sur ce monde, ses habitants, la faune et la flore ! Comme c'est frustrant ! Cependant, comme précisé sur la couverture, ce roman est le prologue aux Voyages Extraordinaires, je comprends donc, malgré ma frustration, que les descriptions ne soient pas plus creusées.

    Les personnages sont tous différents et bien construits. Ça va du savant "fou", malicieux et farfelu, aux militaires stupides et obéissants au doigt et à l'oeil même aux ordres les plus aberrants, en passant par l'homme d'affaire froid et calculateur. J'ai trouvé cette palette intéressante, quoiqu'un peu cliché par moment. L'évolution des personnages est cependant palpable. 

     

    La mise en scène du livre est très originale ! 4 parties principales ayant chacune une trame propre, des chapitres relativement courts (de 2-3 pages à une dizaine environ) ainsi que des parties distinctes dans les chapitres, confèrent un bon rythme au roman. 

    Le style d'écriture est très agréable, fluide, maîtrisé et travaillé.

     

    En résumé, une histoire intéressante sur un fond original, un subtil mélange de SF, de fantasy et une pointe d'époque médiévale, divers éléments qui donnent de la consistance et de la crédibilité au récit, et un style d'écriture fluide et extrêmement agréable, Les Fabuleux est pour moi un coup de coeur. Nul doute que j'ai envie de découvrir d'autres titres de l'auteur ! 

     

     

    Appréciation 

     

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict 

     


    votre commentaire
  • Le pacte des marchombres, t3 : La prophétie

    Pierre Bottero

    Éditions Rageot Poche

    Publié en 2010

    628 pages

     

     

    Synopsis

     L'ouverture est le chemin qui te conduira à l'harmonie. C'est en s'ouvrant que le marchombre perçoit les forces qui constituent l'univers. C'est en s'ouvrant qu'il les laisse entrer en lui. C'est en s'ouvrant qu'il peut espérer les comprendre.

     

     

    Mon avis 

    Si j'ai lu les tomes 1 et 2 en 3 jours, j'ai mis un peu plus longtemps, une petite dizaine de jours, pour ce dernier tome. 2 raisons à cela : des journées bien remplies au boulot qui ont fait que j'étais pas mal crevée le soir, et un tome qui m'a un peu "moins" intéressée (mais vraiment un peu) que les 2 autres, car la 1ère partie est principalement consacrée aux aventures d'Ellana après le dernier tome de Les Mondes d'Ewilan (et ceux qui me suivent un peu savent à quel point je n'ai pas aimé le personnage d'Ewilan...). Ceci dit, je ne peux nier que j'ai trouvé la construction de ce tome extrêmement intéressante et bien faite ! Je m'explique.

     

    On retrouve Ellana dans une bien mauvaise situation... Les flash-back alternent alors avec le moment présent, et Ellana se remémore ce qui s'est passé entre le dernier tome de Les Mondes d'Ewilan et le présent. Les chapitres courts, voire très courts (quelques lignes à peine ! ) alternent avec les chapitres plus longs, ce qui donne à l'histoire beaucoup de rythme, de suspense, et de frustratioooooon pour le lecteur ! Bottero savait y faire pour tenir le lecteur en haleine ! 

    Le tout s'imbrique de manière sublime et extrêmement fluide ! C'est vraiment le style d'écriture et la construction du tome qui font pour moi la force de ce dernier volume, même si bien évidemment l'histoire est sublime elle aussi.

    Je suis du genre à être assez vite perdue si l'histoire comporte de trop nombreux flash-back et/ou personnages (que ce soit dans les livres ou dans les films/séries d'ailleurs), mais là, je n'ai absolument eu aucun problème. Bottero savait manier à la perfection la langue française et ses subtilités (nombreuses ellipses grammaticales par exemple qui donnent de la consistance et de la force à une action/une émotion) pour nous offrir un récit dense et bien construit, avec un vocabulaire riche et varié.

     

    Dans la chronique du 1er tome, j'avais dit qu'il n'y avait pas véritablement d'histoire, qu'on suivait "simplement" Ellana. 

    Dans la chronique du 2ème tome, j'avais mentionné une intrigue en trame de fond, et dans cet ultime volet, Bottero combine de manière subtile l'histoire d'Ellana avec cette trame "de fond" qui n'en est plus une mais devient prioritaire.

    Ce tome est riche en émotions de toutes sortes : peur, angoisse, suspense, frisson, rire, joie, larmes,... Totalement impossible à décrire sans trop en révéler... Je suis à la fois triste et heureuse d'avoir fini cette trilogie que j'ai beaucoup trop tardé à lire.

     

    Par rapport à la chronologie des 3 sagas, je pense qu'on peut aisément lire d'abord les tomes 1 et 2 de Le Pacte des Marchombres, puis l'intégralité de La Quête d'Ewilan et de Les Mondes d'Ewilan, pour finir par le tome 3 de Le Pacte des Marchombres. C'est faisable, mais quand même dommage ^^.

    Et en y réfléchissant un peu, je me demande si Bottero n'avait pas dans l'idée d'écrire plus sur les marchombres. Si on regarde attentivement le titre de cette saga, c'est Le Pacte des Marchombres, tome X : Ellana : titre. Peut-être avait-il l'intention d'écrire sur d'autres personnages ? On ne le saura jamais mlaheureusement.

     

    De manière globale pour ces 3 tomes, l'intrigue et le suspense vont crescendo. Des éléments, des détails, souvent insignifiants au 1er abord, refont surface pour prendre ici tout leur sens comme par exemple *le tertre sur lequel montent Sayanel, Salim, Edwin et Ewilan, qui est en fait le bûcher d'Hurj Ingan, j'ai trouvé ça très émouvant  *.

    Bottero nous offre là une saga sublime, bourrée de réflexion et de questionnements, qui invite à réfléchir, aux personnages aussi nombreux qu'extrêmement divers et soignés - des Petits, gourmands, insouciants et naïfs, aux Hommes, en passant par les Thûls - guerriers courageux et loyaux -, à l'univers nouveau et original et au style d'écriture qui a sans conteste gagné en maturité et en profondeur. Aucun paragraphe n'est en trop, aucune phrase n'est en trop ni aucun mot. Bottero place les divers éléments qu'il crée (races, animaux,...) sans s’embarrasser d'interminables descriptions et explications pendant des pages et des pages. Les pages se tournent, les mots s’égrènent, portés par un style d'écriture inimitable, fluide, riche et limpide tel une cape d’invisibilité. Le récit coule, facilement, sans heurt, sans faille, clair, évident, cristallin, poétique.

     

     Je ressors de cette lecture vraiment profondément bouleversée. Au risque de paraître ridicule, cette lecture m'a faite réfléchir, m'a amenée à me remettre en question sur beaucoup de choses, m'a confortée aussi dans pas mal de choses... Un vrai choc, un profond bouleversement, inexplicable. 

    Ellana se place au même niveau que HP dans mes coups de coeur et sagas que je relirais encore et encore. 

     

     

    Appréciation

     

     

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict

     

     

     


     

     


    4 commentaires
  • Le pacte des marchombres, t2 : L'envol

    Pierre Bottero

    Éditions Rageot Poche

    Publié en 2010

    480 pages

     

     

    Synopsis

    " Ses longs cheveux noirs tombant en rideau devant son visage, son attitude, position de combat ou figure de danse, l'énergie qui se dégageait d'elle... La fille n'était plus une fille. C'était un oiseau. Prêt à l'envol. "

     

     

    Mon avis

    Alors, au risque de me répéter, et de vous écoeurer avec ça, le 1er tome avait été un coup de coeur comme je n'en ai jamais eu, et, franchement, comme je pense ne plus jamais en avoir. Ma chronique en avait été assez longue, ce qui ne sera pas le cas de celle-là. Non pas parce que je n'ai pas aimé, au contraire, c'est un coup de coeur, une énorme claque lui aussi, simplement je ne vais pas redire la même chose sur 3 chroniques hein !

     

    On suit toujours Ellana évidemment, dans sa formation de marchombre et les différentes épreuves qui la jalonnent. L'histoire progresse, se densifie, tout comme Ellana, qui évolue, gagne en maturité, en profondeur, en sagesse. Les personnalités mûrissent, se précisent, des clivages se forment... L’intrigue évolue aussi, et on s'intéresse de plus près à la guilde des marchombres dans ce tome, et le déclin inéluctable d'une organisation vouée à disparaître à cause de basses querelles de domination, d'argent et de pouvoir. Finalement, tous les Hommes - ou presque - sont les mêmes 

    Les rebondissements sont nombreux et les dénouements loin d'être faciles et prévisibles. L'action est très présente, on ne s’ennuie pas, bien au contraire ! Le suspense est haletant et la tension palpable.

    La toute fin m'a laissée à la fois un sentiment d'agacement parce qu'on *retrouve Ewilan *, mais aussi un sentiment de surprise et d'admiration mêlées par la subtilité dans la façon d'amener cette scène.

     

    Le style d'écriture est, évidemment, toujours aussi sublime.

     

    En résumé, une chronique courte, très courte, trop courte, qui est bien loin de rendre justice à ce livre et d'exprimer mes sentiments liés à cette lecture.

     

     

     

    Appréciation

     

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict 

     

     


     

     


    votre commentaire
  • Le Pacte des Marchombres, t1 : Ellana

    Pierre Bottero

    Éditions Rageot Poche

    Publié en 2010

    440 pages

     

     

     

    Synopsis

    " - Ellana, la voie des marchombres ne t'apportera ni richesse ni consécration, elle t'offrira en revanche un trésor que les hommes ont oublié : ta liberté. Si tu le désires, le peux accompagner tes premiers pas. - Que voulez-vous dire ? "

     

     

    Mon avis

    Je ne sais même pas par où commencer... Rarement j'avais été autant intéressée par un livre, rarement j'ai été autant absorbée, captivée, obsédée, obnubilée...

    Jamais je n'ai lu un livre de 400 pages en à peine 3 jours, jamais.  Pour certains c'est peut-être normal, pour moi c'est un exploit.

    Jamais je n'ai enchaîné sur le tome suivant dans la foulée. Mais surtout, jamais je n'avais pris une aussi grande claque en lisant un livre. Pour moi, surtout vu les genres que j'affectionne, un livre reste un livre, une histoire imaginée, une fiction, qui me permet de m'évader, de penser à autre chose. Je peux m'attacher aux personnages, ou pas, je peux "vivre" l'histoire avec eux, ou pas, mais une fois le livre refermé, j'arrive à me déconnecter et à retrouver la réalité (même si elle est souvent bien moins sympa que le bouquin). Je ne pensais pas que des mots pouvaient avoir autant d'impact, autant de force, pouvaient me faire autant réfléchir... 

    J'ai attendu quelques jours avant d'écrire mon billet, parce que je voulais essayer de trouver les mots les plus justes possible pour décrire avec précision et de manière la plus complète possible mon ressenti face à ce livre, aux personnages, à Ellana, à mes réflexions. Mais je me rends compte que ça va être totalement impossible.

    Ce livre n'est pas un coup de coeur, c'est bien plus que cela. C'est au-delà des mots. Jamais un livre ne m'avait autant émue, touchée, bouleversée. Jamais un livre ne m'avait fait pleurer, vraiment pleurer, et ce dès les 1ères pages. Il est à mes yeux parfait, autant du point de vue de l'histoire, que des personnages, et du style d'écriture. Et OMG, le style d'écriture quoi *_* 

     

    De Bottero, j'ai commencé de manière classique par les 2 trilogies d'Ewilan, La Quête puis Les Mondes. J'avais aimé, mais sans plus, et je ne comprenais pas l'engouement autour de cet auteur. "Trop jeunesse pour moi peut-être" j'ai pensé (oups vla que je parle en mode Yoda  ). Puis j'ai découvert Les Âmes Croisées qui a été LA révélation. Ellana est au-dessus de ça même. 

    Pour ceux qui ont lu Ewilan, Ellana est un personnage que l'on rencontre dans ces 2 sagas. Intéressante et mystérieuse, Bottero lui a fait sa propre saga, et comme il a eu raison ! Tellement plus mature et aboutie que les Ewilan (oui bon, j'ai absolument détesté ce personnage...).

     

    Le Pacte des Marchombres est donc consacré à Ellana. Ce tome commence lorsqu'elle a environ 5 ans. Il n'y a pas de réelle intrigue, pas de grande histoire de méchants qui veulent conquérir le monde, de gentils qui vont les en empêcher, de prophétie et tout ce qui est classique dans une trame de fantasy. Enfin si, mais seulement en histoire de fond. Non, on ne fait "que" suivre la vie d'Ellana. C'est ça l'histoire principale. Je ne vais pas trop en révéler pour ne spoiler personne, mais Bottero a réussi à en faire un sujet extrêmement intéressant. On suit donc Ellana, sa vie, comment elle est devenue marchombre,... 

    Le monde crée par l'auteur, Gwendalavir, était déjà intéressant dans les Ewilan, mais il est encore plus riche et détaillé dans Ellana, extrêmement bien construit et crédible. Bottero a crée son univers  avec sa faune, sa flore et ses différentes espèces, en les dotant chacune de spécificités propres. Les descriptions sont juste parfaitement dosées, ni trop nombreuses ni trop succinctes, pour permettre  de se représenter les décors et de s'y immerger extrêmement facilement.

    L'idée de la guilde des marchombres est on ne peut plus originale, même si quelque part, elle me fait penser aux jedi, de par leur manière d'enseigner autant que par leur philosophie, et aux yamakasi de par leur prouesses physiques. J'ai complètement accroché et adhéré au style de vie des marchombres, à leur manière de penser, leur façon de voir les choses, leur indépendance, leur ouverture d'esprit, leur sagesse. Bon, dans l'absolu, j'avoue ne pas avoir tout à fait compris "l'utilité" des marchombres, ce qu'ils font, ce à quoi ils "servent". Ils ont un sens de l’observation aigu, de grandes facultés d'analyses et une rapidité de décision incomparable. Je pense qu'on peut les qualifier d'éclaireurs, de genre de "gardes du corps" aussi, de combattants. 

    Le récit est émaillé de préceptes marchombres, nombreux, profonds, qui m'ont amenée à réfléchir sur différentes choses, et, souvent, qui m'ont confortée dans ma manière de penser ou ouverts les yeux. J'aime et j'adhère totalement à l'idée d'indépendance, de ne pas dépendre de quelqu'un, de faire sa vie selon ce qu'on en a envie. Ils sont épris de liberté, mais sans que cela soit égoïste ou nuise aux autres. Ils vivent dans le respect d'autrui, mais ne supportent pas l'injustice. Ils vivent en harmonie avec ce qui les entoure, nature, animaux. La formation marchombre est extrêmement dure, sévère, mais emplie de méditation et de réflexions, profondes. Les différents exercices, les différentes épreuves, amènent l'apprenti marchombre à se remettre en question, et réévaluer sa façon de voir les choses, sa perception du monde qui l'entoure, sans pour autant changer ce qu'il est vraiment, ce qui le caractérise, mais plutôt en évoluant. C'est extrêmement difficile à expliquer...

     

    Les personnages secondaires sont extrêmement nombreux, et même s'ils sont souvent uniquement de passage dans l'histoire, ils sont cependant tous très bien construits et différents, avec leur caractère propre.

    Les personnages principaux, Jilano et Ellan, sont époustouflants.

    Jilano est un maître marchombre qui a pris Ellana comme apprentie afin de lui enseigner la Voie. C'est un personnage complet, empli de cette sagesse tranquille propre à tout Maître. C'est un personnage mystérieux mais ô combien attachant.

    Ellana... Ellana est un personnage extrêmement bien maîtrisé, riche, entier, complet, complexe, au caractère bien trempé, avec ses points forts mais aussi ses points faibles, ce qui en fait un personnage crédible et réaliste auquel on peut aisément s'identifier. Ceci dit, je ne me suis absolument pas identifiée à elle, non. Je l'ai admirée et enviée. J'ai envié son indépendance, sa force de caractère, son sens de la répartie, son ironie, stupide quand elle est mal à l'aise, son humour piquant, sa curiosité, son besoin de connaitre le pourquoi de chaque chose, son besoin qu'on lui explique pourquoi faire ça au lieu de le faire bêtement sans comprendre, sa désinvolture de façade, mais aussi sa capacité à faire des choix, souvent durs, mais toujours réfléchis et ayant une raison. Le détachement dont elle est capable face aux aléas de la vie, souvent bien sombres, m'a totalement conquise. Elle est capable de s'attacher à quelqu'un, mais ne supporte pas d'être trahie, et, même si c'est des fois plus difficile que d'autres, arrive toujours à ressortir la tête de l'eau, grandie et plus forte.  

    Son évolution au cours de ce 1er tome est indéniable et palpable. Elle était déjà impressionnante au début, elle est totalement époustouflante à la fin, grâce à toutes les opportunités qu'elle a su se donner et saisir, aux évènements qui ont jalonné sa vie, et dont elle a su tirer des leçons qui l'ont faite évoluer.

     

    Le style d'écriture quant à lui est sublime, riche, fluide, poétique et envoûtant, nettement plus mature et abouti que pour Ewilan. Le champ lexical est très varié, les descriptions alternent avec le récit à la perfection. Bottero est - était - un grand amateur d'ellipses grammaticales. Si, dans les Ewilan, cela m'avait un peu déstabilisée et embrouillée, ça m'a en revanche totalement conquise dans Ellana. En effet, ces figures de style renforcent énormément certains passages.

     

    En résumé... mais comment résumer ? Ma chronique est bien loin de rendre justice à ce livre, tellement j'ai l'impression de ne pas avoir réussi à vous faire part de mon ressenti, de mon émotion, des réflexions que cette lecture a entraînées... 

     

     

     Appréciation

     

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict

     


     

     


    7 commentaires
  • Oksa Pollock, t1 : L'Inespérée

    Anne Plichota & Cendrine Wolf

    Éditions Pocket (jeunesse)

    Publié en 2012

    619 pages

     

     

    Synopsis

    Oksa Pollock, 13 ans, pensait être comme tout le monde, mais ce soir tout a changé… Un peu angoissée par la rentrée dans son nouveau collège, Oksa déclenche tout à coup des phénomènes étranges dans sa chambre. Un coin de son bureau prend feu, ses cartons de déménagement pas encore défaits explosent… Elle qui a toujours rêvé d’être une ninja, voilà qu’elle se découvre des dons surnaturels ! Perdue et terrifiée, elle se garde bien d’en parler. Mais ce n’est pas fini. Le même soir apparaît sur son ventre une mystérieuse empreinte. Mise dans la confidence, sa grand-mère, l’excentrique Dragomira, lui avoue le secret de ses origines : la famille Pollock vient d’Édéfia, un monde invisible caché quelque part sur Terre. Oksa est leur Inespérée, leur seul espoir d’y retourner. Oksa ne sera plus jamais la même. Et malgré l’aide de son meilleur ami Gus, il va lui être bien difficile de concilier sa vie de collégienne ordinaire avec l’accomplissement de son stupéfiant destin.

     

     

    Mon avis

     

    Je remercie Livraddict, les Éditions Pocket ainsi que les auteurs pour ce partenariat .

     

    Ce roman me faisait de l'oeil depuis quelques temps déjà, et c'est avec curiosité et impatience que j'ai entamé ma lecture. Et je dois dire que j’en ressors assez mitigée. Que ce soit au niveau de l'histoire, des personnages, du monde crée par les auteurs,... il y a des choses que je trouve intéressantes, et d'autres non, voire même à la limite absurdes. Un peu comme si on avait rajouté des choses pour donner de la consistance. De plus, on ne peut pas vraiment parler d'action ni d'intrigue à proprement parlé dans ce tome : c'est un tome d'introduction, qui de ce fait présente l'univers du livre, les personnages, l'histoire, tout ça quoi. Et 619 pages de présentation, c'est long. Très long. Les 2 premiers tiers du livre sont vraiment lents. "L'histoire" ne démarre réellement qu'à la centième page environ. Et encore, je trouve que les choses intéressantes sont réparties de manière assez espacée : un récit haletant, relativement riche en suspense, cède la place à un récit lent et long, et ce environ 3/4 fois dans le livre. Ce qui fait que pour ma part, ma curiosité et mon intérêt n'ont pas forcément été nourris tout du long. Seul le dernier tiers est vraiment riche en révélations et rebondissements. Trop malheureusement. Trop d'infos nous sont données dans cette dernière partie pour que tout soit assimilé et apprécié à sa juste valeur.

     

    L'histoire tout d'abord. La trame de base est somme toute assez classique : des méchants qui veulent conquérir le monde, une Élue qui est la seule à pouvoir sauver ce monde, qui se découvre des pouvoirs... Ceci dit, il y a quand même des idées intéressantes et originales. Par exemple, les "origines" slaves des protagonistes, même si ça n'a peut-être pas été assez exploité. Ça donne en tout cas une touche originale. 

    Certaines espèces animales ou végétales d'Édéfia sont également originales et intéressantes (je pense notamment au curbita-peto, aux Foldingots, à la Goranov (j'ai eu un gros coup de coeur pour cette plante si particulière !). Mais je trouve par contre que le nom de certaines aptitudes/termes spécifiques inventés par les auteurs manquent cruellement de subtilité (caméroeil, rêvoler, Crache-Granoks, Du-Dedans, Du-Dehors,...). Concernant les granoks et la Crache-Granoks justement, j'ai eu également beaucoup de mal avec cet objet. Je n'ai pas bien réussi à m'en faire une représentation, ni à savoir ce que c'était exactement (une sorte de baguette magique ? de sarbacane ?), ni à comprendre son fonctionnement (alors vous me direz, ouais enfin c'est un truc inventé. Oui, ok, mais perso, j'aime bien quand l'auteur (les en l’occurrence)  pousse un peu plus loin que juste balancer un truc comme ça. À voir par la suite si c'est approfondi. 

    Comme je vous le disais, la dernière partie est très riche en révélations concernant le monde d'Édéfia. C'est vraiment cette partie qui a éveillé de l'intérêt en moi et m'a donné envie de poursuivre. J'ai beaucoup aimé en apprendre plus sur ce monde, parce qu’au début ça faisait un peu "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Notre monde c'est le plus beau et le plus mieux de tous les mondes"... Bref, vous voyez. Néanmoins, dans cette dernière partie donc, les infos sont nombreuses et intéressantes. On apprend que le peuple d'Édéfia est un peuple à l'écoute de la nature et respectueux de la vie ; on en apprend sur son Histoire, son fonctionnement,... J'ai particulièrement aimé le passage sur la source chantante et celui dans lequel Abakoum raconte sa naissance. J'ai trouvé ces 2 passages très poétiques, très beaux, et extrêmement bien décrits.

     

    Et je n'ai également pas pu m'empêcher de faire de nombreux rapprochements une fois encore avec HP. Oui je sais, c'est pas bien. Mais c'est comme ça. *Les foldingots déjà, vous avouerez qu'ils ont une énooooooorme ressemblance avec les elfes de maison (physiquement déjà, mais aussi leur rôle, c'est quand même un peu les boniches quoi). Ensuite bon, le pays, ça ok c'est ptet un peu tiré par les cheveux. Mais quand même  La Crache-Granoks/baguette...* Et d'autres encore, mais bien évidemment j'ai oublié de prendre des notes en pensant que ça me resterait en mémoire. Perdu 

     

    Les personnages sont nombreux, mais je les ai trouvés tous assez fades et "uniformes". Ils manquent de personnalité, de particularité.

    Je n'ai pas spécialement accroché avec Oksa, qui est une gamine de 13 impétueuse, et comme beaucoup d'héroïnes de romans dits jeunesse, extrêmement sûre d'elle. Et en même temps très immature (mais bon, d'un autre côté, elle a 13 ans quoi). Et il va de soi qu'elle arrive à faire des choses pour lesquelles il faut - normalement - des mois d'apprentissage. 

    Dragomira, la grand-mère, m'a fait penser au début à la mère de Castle, pour ceux qui connaissent : exubérante, charismatique. Mais la "Baba Pollock" n'a fait que baisser dans mon estime au fur et à mesure que les pages défilaient. Elle se révèle totalement à l'opposé de l'image que je me faisais d'elle, et je trouve ses réactions disproportionnées et totalement inadaptées.  

    D'ailleurs en y réfléchissant, je trouve de manière générale que les personnages ont des réactions souvent en désaccord avec le perso qu'ils incarnent, qu'ils sont assez immatures.

     

    Enfin, le style d'écriture est assez agréable, même si j'ai parfois eu du mal à savoir de quel personnage il était question, puisque le point de vue est omniscient. Ceci dit, encore une fois, la dernière partie est vraiment riche dans le style d'écriture également.

     

    En résumé, de manière globale, je n'ai pas autant apprécié que j'aurai aimé. Il y a de bonnes idées, mais aussi beaucoup de "comme par hasard". La dernière partie relève heureusement bien le niveau et de ce fait l'intérêt. Je lirai la suite pour voir ce que ça donne, parce que niveau action c'est assez plat dans ce 1er tome.

     

     

    Appréciation

     

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique