• La loi du Talion, 1ère partie

    Mickaël Baudoin

    Éditions Boz'Dodor

    Publié en 2014

    Format e-pub

     

     

     

    Synopsis

    On m’appelle Coryphé. Je suis un danseur de mort qui valse avec les âmes défuntes. Elles guident ma lame, entraînent mes pas au fil d’une oraison funèbre que seuls les initiés du cercle macabre perçoivent.
    Je suis aussi un Déshérité, un banni dont la véritable identité est enfouie dans les méandres parcheminés du Recueil des Oubliés. Malgré l’animosité de mon peuple, la haine même qu’ils éprouvent envers ce que je représente, je dois prendre part au conflit nous opposant à nos anciens esclaves, ces sauvages venus du continent de l’Est. Peut être y gagnerai-je enfin la reconnaissance que ma famille m’a toujours refusée ?

     

     

    Mon avis

    Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict ainsi que les Éditions Boz'Dodor pour ce partenariat.

     

    Alors, je suis mitigée avec ce roman. J'ai aimé l'univers imaginé par l'auteur, l'intrigue originale de par certains aspects et l’alternance des points de vue entre les Elfes et les D'JeenLories, et en même temps, il y a plusieurs choses qui m'ont gênée. 

     

    Je vais d'ailleurs tout de suite commencer par le dernier point que je traite d'habitude, le style d'écriture. 

    S'il n'est pas désagréable, il reste quand même assez globalement hésitant, lourd et empesé. L'auteur use de descriptions, d'un style "verbeux", trop imagé, au détriment des dialogues, assez peu nombreux. Ceci dit, le style évolue et se fluidifie au fil des pages, ce qui est agréable. Mais j'ai tout de même eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire. La mise en place de l'histoire, de l'univers, des personnages, est assez brouillonne et le tout peine un peu à se mettre en place. 167 pages (selon ma tablette) c'est vraiment peu pour mettre en place de manière correcte et travaillée un univers aussi riche que l'a pensé l'auteur.

     

    L'histoire justement, est originale et intéressante, sans toutefois être totalement novatrice. Un peuple qui veut gouverner et asservir un autre peuple, une guerre pour la liberté, bon. Mais j'ai vraiment aimé la mise en scène qui donne beaucoup de poids à l'histoire. Les points de vue alternent entre les "méchants" Elfes qui ont asservi les "gentils" D'JeenLories qui se sont révoltés pour retrouver la liberté, mais une haine farouche entre ces 2 peuples subsiste. Même si je voue une admiration sans bornes aux Elfes (Legolas *bave*) j'ai aimé les voir décrits d'une manière différente de celle qu'on connaît. Mais surtout, l'alternance des points de vue est vraiment une bonne idée. Même si au début, avec la profusion des personnages, j'ai eu beaucoup de mal à me repérer, j'ai trouvé que c'était intéressant parce que du coup, impossible de prendre partie pour l'un ou l'autre peuple ! Avoir les avis des 2 côtés est vraiment intéressant.

    Il y a vraiment beaucoup de bonnes idées dans ce livre, de points mystérieux, de questions (sans réponse pour l'instant), et je dois dire que le peu de pages nous laisse un peu sur notre faim. C'est un 1er tome j'en suis bien consciente, mais tout de même. Quelques pages de plus pour densifier tout ça aurait été appréciable.

     

    Côté personnages, je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher à l'un d'eux. Il y en a beaucoup, et sur aussi peu de pages, difficile de s'en faire une idée.

    De même, j'ai trouvé qu'on ne s'intéressait pas assez à Coryphé, qui est tout de même le personnage central. 

    Oooooooh par contre, je viens de faire une recherche sur mon ami Google, parce que mon correcteur d'orthographe me proposait coryphée, qui est le chef de chœur dans la tragédie et la comédie grecque antiques, mais surtout, un danseur en ballet classique ou un danseur auquel on attribue un titre spécial selon certains critères ! Le Coryphé du livre est un danseur de mort. Je présume que c'est fait exprès, et je trouve ça très bien pensé ! 

     

    Je vais maintenant finir sur un très gros point négatif, pour moi en tout cas. Le nombre de fautes d'orthographe et de grammaire est absolument honteux. Ça va de l'oubli de mot/lettre, aux erreurs (absolument énormissimes) d'accord sujet/verbe pluriel/singulier ou féminin/masculin, en passant par les ou/où. Sur la tablette, j'en ai enregistré pas moins de 38 !!! Et encore, je n'ai pas tout noté, et sûrement pas tout vu, n'étant pas une pro. Je ne dis pas, il peut persister quelques fautes, je ne suis pas un monstre, des fautes j'en fais aussi, on est humains. Mais là sérieusement, à ce point... J'ai bien failli abandonner ma lecture à cause de ça. Non seulement ça freine considérablement la lecture et casse donc le rythme, mais en plus, au bout d'un moment, je me suis surpris à ne plus lire pour l'histoire mais pour repérer les fautes. Je suis extrêmement déçue et en colère.

    Quelques petits exemples que j'ai relevés : 

    "cette guerre [...] les mettaient"

    "les yeux du professeur se posa"

    "ses ressentiments ponctués de doutes rejaillir"

    "irascible"

     

    et le meilleur pour la fin 

    "le Comte ne sait pas trompé" (alors là franchement, j'ai bondi en lisant ça...)

     

     

    En résumé, un univers riche, une intrigue intéressant mais longue à se mettre en place, une mise en scène originale quoique légèrement embrouillée, de nombreux personnages et un style d'écriture plutôt hésitant et trop imagé, et surtout, un nombre de fautes d'orthographe absolument inacceptable, je ressors de cette lecture avec un arrière goût amer. J'ai aimé le fond, mais il aurait peut être fallu retravailler un peu le tout pour alléger tout en apportant de la densité au contenu (je sais pas si c'est bien clair :p )

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • L'envoyé des monarchies de l'ombre

    Olivier Lusetti

    Éditions Olivier Lusetti

    Oublié en 2014

    264 pages

     

     

     

    Synopsis

    En Chine — un demi-siècle après Confucius —, l'empire se morcelle. Les princes annexent les états comme le ver à soie dévore les feuilles du murier. Dans le monde des esprits, les Monarchies de l’Ombre voient en la naissance d’un enfant le moyen de fouler et régner une fois encore sur la terre des hommes. La Mort qui tremble quand toute vie est menacée dépêche son envoyé. L’entité envahit l’âme d’un jeune prêtre. Partageant sa conscience, elle le force à rechercher une incroyable magie curative. Dans un royaume voisin, un souverain agonise. Son décès obligera sa fille guerrière au mariage. Révoltée, elle fait enlever le religieux. Des liens se tissent, des destins se nouent. Mais entraveront-ils la terrible venue de la nuit du monde ? Dans ce récit romanesque se côtoient philosophies chinoise et bouddhiste, l’Art de la guerre de Sun Tzu et combats épiques. L’auteur fait revivre par la couleur de son style cette Chine mythique et emporte le lecteur dans un voyage exotique où les rebondissements ne manquent pas. Ce livre a été plébiscité par le comité et les membres d’un des premiers forums francophones d’écriture pour la fantasy. 

     

     

    Mon avis 

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Babélio pour ce partenariat.

     

     Alors, comment dire ça... Je n'ai absolument rien compris à ce livre O_o 

     Le résumé était pourtant très alléchant, et laisser augurer une histoire originale et palpitante. La Chine, l'Asie de manière générale, est un univers que j'apprécie, que j'aimerai mieux connaître, et dans lequel j'aimerai lire plus d'histoires. Il s'en dégage une atmosphère pleine de mystère. 

    Et je dois dire que le récit commence sur les chapeaux de roue ! Mais alors après... Le récit s'embrouille et se perd dans des méandres philosophiques bien trop compliqués pour des amateurs. Ça part dans tous les sens, il y a des réflexions philosophiques à tout bout de champ, l'auteur use et abuse de métaphores, d'un style extrêmement imagé qui alourdit considérablement le récit et freine la lecture. 

    Je le disais, je n'ai rien compris. Je ne sais pas quel était le but du personnage principal, je n'ai pas trouvé de fil rouge, de logique aux différents éléments et "rebondissements". 

     

    Je ne sais pas quoi dire. Je n'ai rien compris, je n'ai aimé ni l'histoire, ni les personnages, ni le style d'écriture. Je suis franchement embêtée, et sincèrement désolée, et déçue aussi, évidemment.

     

    En résumé, une intrigue alléchante mais qui se perd dans des considérations et des préceptes philosophiques extrêmement compliqués, à tel point que je ne saurai même pas dire quel était le sujet principal, le fil conducteur. Des personnages auxquels je n'ai pas du tout accrochés, et un style d'écriture pas fluide du tout, lourd, imagé et bien trop rempli de métaphores.

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • La Dernière terre, tome 1 : L'enfant Merehdian

    Magali Villeneuve

    Éditions de L'Homme Sans Nom

    Publié en 2012

    458 pages

     

     

    Synopsis

    Un monumental ruban de pierre se dresse en sentinelle au bord des brumes éternelles. 

    Les hommes leur ont donné un nom : la Dernière Terre. 

    Dans la cité-capitale des Cinq Territoires, Cahir, jeune homme frêle, maladif, aux mœurs et aux allures bien éloignées des codes stricts qui font loi autour de lui, subsiste envers et contre la réprobation générale. Il est issu des Giddires, un peuple rejeté, au ban de la paix politique qui unit les autres contrées. Malgré cela, entre intelligence et ingénuité, il parvient à se rapprocher de certains locaux, dont Ghent, fils du Haut-Capitaine à la tête des forces militaires des Basses-Terres.

    Au fil de ces jours paisibles, s’il advenait un événement capable de bouleverser tous les dogmes établis, quel poids l’existence de Cahir aurait-elle dans la balance des certitudes ?

     

     

    Mon avis

    Ce livre, j'en avais entendu parler depuis déjà pas mal de temps. J'ai pu rencontrer l'auteur à la Japan de 2013, et forcément, j'en ai profité pour prendre le 1er tome. Qui est tranquillement allé prendre sa place dans ma PàL. Jusqu'à il y a quelque semaines, quand Cali s'est mise à en dire du bien. Beaucoup de bien. Ma curiosité a été de plus en plus titillée, intriguée, et bien sûr, j'ai craqué et l'ai sorti de ma PàL !

    Et donc ?

     

    Cali avait été extrêmement enthousiaste. Et je dois dire que c'est un peu moins le cas pour moi. Oh j'ai aimé oui, ça, c'est sûr ! Mais... Mais je suis partagée entre plusieurs sentiments en fait. 

    Tout d'abord, le fait d'avoir passé un bon moment de lecture, d'avoir découvert un univers original, dense, cohérent et travaillé. 

    Mais aussi, et malheureusement, surtout, la frustration. Parce que ce tome est surtout un tome de présentation et d'introduction, et que l'histoire, l'intrigue et le suspense, s'ils sont présents, ne passent qu'au second plan. L'auteur se concentre principalement sur la présentation de son univers et des (nombreux) personnages. C'est bien, c'est sûr, et c'est bien fait, mais à mon goût, il y a un manque cruel d'action, de rebondissements et de révélations surtout. Je ne dis pas qu'il doit y en avoir toutes les 2 pages, non, pas du tout ! Mais là pour moi, c'est un peu léger. Surtout avec un épilogue comme celui-là quoi  mais non quoi, sérieusement ! Frustrée je suis, donc !

     

    Concernant les personnages, ils sont nombreux, et avec pour certains des noms assez proches (genre Solgar/Melgar), mais toutefois tous différents et très bien construits, avec un caractère et une psychologie propres. 

    Tout comme Cali, j'ai également une nette préférence, pour l'instant, pour Ghent. Son caractère droit et honnête, et ses manies (oui j'ai des TOC  ), m'ont plus parlé que Cahir, un peu trop sauvage à mon goût, même si son caractère entier et naturel m'a également plu (en fait, il me faudrait un mix des 2 dans l'idéal).

     

    Le style d'écriture de l'auteur enfin, est indéniablement maîtrisé, riche et relativement fluide. Le registre est soutenu, et le vocabulaire varié et recherché. 

    Cependant, je dois dire que j'ai trouvé certaines tournures de phrases un peu "pompeuses" par moment, et qu'il m'est arrivé à quelques reprises de relire des phrases ou des passages que je n'avais pas très bien compris (bon après, ça peut être un manque de concentration de ma part aussi).

     

    En résumé, un univers original et intéressant, riche et bien construit, à mi-chemin entre Le Seigneur des Anneaux et Le Trône de Fer. Des personnages nombreux mais variés, et un style d'écriture maîtrisé et dense, mais peut-être un peu trop "pompeux" par moment. Une intrigue un peu absente, et un manque d'action, de rebondissements et de révélations pour moi. Par contre le suspense reste entier ! Un 1er tome intéressant, mais essentiellement introductif. Ceci dit j'ai aimé, bien sûr, et je dois dire que j'ai hâte de lire le tome 2 pour voir si ça bouge enfin ! (et donc là, je suis frustrée de pas l'avoir pris en même temps que le 1 >< )

     

     

    Appréciation

     

     

     ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • Voyage extraordinaire au royaume des 7 Tours, tome 1

    Arthur Ténor

    Éditions Plon (jeunesse)

    Publié en 2006

    315 pages

     

     

    Synopsis

    Partir dans des mondes parallèles fantastiques ? C'est devenu possible ! Et certains infinimondes de l'imaginaire deviennent de nouvelles destinations touristiques ! C'est au royaume des Sept Tours que Thédric Tibert, étudiant en mal d'aventures, a choisi de vivre un raid Emotions fortes. Mais il n'était pas du tout prévu que le royaume des Sept Tours entrerait en guerre contre les forces de l'Immonde, empêchant tout retour des touristes sur Terre. Thédric est alors emporté dans la tourmente d'un conflit inimaginable...

     

     

     Mon avis

     

    J'avais découvert Arthur Ténor grâce à un partenariat Livraddict pour Les Fabuleux, que j'avais adoré. J'ai eu la chance de rencontrer l'auteur au Salon du livres de Colmar il y a quelques semaines, et c'est quelqu'un d'extrêmement gentil, ouvert et disponible. J'en ai profité pour prendre ce livre donc, ainsi que le 1er tome (même s'ils peuvent se lire indépendamment) de L'Elfe au Dragon.

     

    Voyage extraordinaire au Royaume des 7 Tours se passe, si mes souvenirs sont exacts (oui parce que comme d'hab, j'ai fini ce livre il y a fort longtemps - pas loin de 2 mois - donc mes souvenirs ne sont plus très frais >< ), 60 ou 70 ans après Les Fabuleux.

    L'histoire se passe dans un futur proche, en partie dans notre monde. On y découvre Thédric, 21 ans, étudiant en droit, le genre de gars un peu effacé, pas vraiment populaire ni très courageux, qui décide de se payer un voyage dans un infinimonde de l'imaginaire, le Royaume des 7 tours.

     

    J'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver cet univers, même si j'avoue avoir parfois eu du mal à me le représenter, bizarrement. 

    L'intrigue n'est peut-être pas forcément très novatrice, mais elle reste efficace, prenante, intéressante, bien menée et palpitante. La tension ainsi que l'action augmentent crescendo, et j'ai vraiment été emportée par les rebondissements et dénouements que je n'ai pas trouvés faciles.

    L'univers est captivant, avec ses propres peuples, son Histoire, sa faune et sa flore.

     

    Concernant les personnages, j'ai adoré celui de Thédric ! Le parfait boulet, le plouc en promenade dans un "raid émotions fortes". Un humour très drôle, même si c'est pas forcément toujours voulu ! lol ! J'ai également beaucoup aimé son évolution au fil des pages.

    Les litiths sont un peuple très intéressant et particulier également ! 

    Je regrette peut-être un manque de personnage féminin malgré la présence de Lizlide.

     

    Le style d'écriture de l'auteur enfin, est extrêmement agréable : fluide, maîtrisé, simple sans pour autant être simpliste, il m'a vraiment transportée dans son univers tout en me faisant également ressentir tout un tas d'émotions (joie, colère, rire, larmes aussi (oui pour ça par contre, grrrr hein)...). Certains passages sont extrêmement poétiques.

     

    En résumé, une trame de base classique mais développée de manière intéressante, portée par des personnages divers et variés, hauts en couleur, ainsi que par un style d'écriture fluide et très agréable, j'ai adoré !

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯ 

     D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    7 commentaires
  • Sagas des Neuf Mondes, tome 1 : Les larmes de Freyja

    Pierre Efratas

    Éditions Flammèche

    Publié en 2013

    Format ePub

     

     

    Synopsis

    Ces histoires furent contées à la cour de Halfdan III le Noir, roi du Vestfold, par un scalde nommé Bjarni Olofsson.

    La lyre de Bjarni s’est éteinte depuis longtemps, mais quand souffle le vent du Nord, tendez bien l’oreille : il vous emmènera dans les neuf mondes où vivent les dieux, les humains, les créatures étranges, l’aventure, la magie, l’amour et, parfois, l’humour. Alors frémiront pour vous les feuilles immémoriales d’Yggdrasil, le frêne cosmique.

    Écoutez…

    Écoutez l’histoire de Freyja qui, pour le plus beau des bijoux, dut payer le prix des larmes.

     

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict ainsi que les Éditions Flammèche pour ce partenariat .

     

    Alors je ne sais pas pourquoi, mais en voyant la (splendide soit dit en passant) couverture, je m'attendais à une histoire qui se passe dans un pays oriental alors que pas du tout lol ! C'est même tout le contraire puisque j'ai découvert grâce à ça que Freyja est une divinité du panthéon nordique ! 

     

    Je ne suis pas une grande spécialiste des légendes nordiques. J'ai donc vraiment apprécié cette petite (et courte, à peine 25 pages) histoire. Elle est drôle et triste à la fois, bien menée et cohérente. C'était un moment agréable. 

    Les personnages sont peu nombreux mais relativement bien construits, même si je regrette que Freyja m'ait donné l'impression d'être une pute vénale et superficielle :s

     

    Cependant, sur aussi peu de pages, il est évident que rien ne peut être très développé. L'histoire souffre donc quand même d'un manque de développement, de consistance, tout comme les personnages. Je ne sais pas pourquoi avoir fait le choix de si peu de pages. Pas forcément faire 300 pages non, mais au moins le double, 50 pages, ça aurait déjà permis  plus de profondeur, de rythme.

     

    Le style de l'auteur est vraiment agréable, fluide et léger. C'est frais et pétillant !

     

    En résumé, une petite histoire sympa dans un univers original et plutôt rare, et un style d'écriture vraiment agréable. Un bon moment.

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    1 commentaire
  • Le Sang des 7 Rois tome 1

    Régis Goddyn

    Éditions L'Atalante

    Publié en 2013

    400 pages

     

     

     

    Synopsis

    25 juillet 806

    Deuxième jour de traque. Depuis le départ du château, la pluie n'a pas cessé de tomber. Je profite d'une roche en surplomb pour abriter le journal et écrire ce premier compte-rendu. Arrivés sur les alpages, nous avons suivi la crête pour trouver des indices. Rien ne nous avait préparés à ce que nous avons trouvé là. Un autre campement avait été édifié à cinquante pas à vol d'oiseau du premier et tout indique qu'alors que nous pensions notre retard considérable,ses occupants s'en étaient allés quelques heures auparavant.

     

     

    Mon avis

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Babélio ainsi que les Éditions l'Atalante pour ce partenariat.

     

    Bon bon bon... Je dois dire que je ne sais pas très bien par où commencer. J'ai mis un temps FOU à lire ce livre (oui oui, même pour moi :p ). Et du coup, je n'arrive pas très bien non plus à savoir quel est mon sentiment vis à vis de cette lecture. Mitigée je suis, je dirai. 

     

    Si la trame de fond m'a dans l'ensemble plu, il y a en revanches plusieurs choses qui ont vraiment rendu cette lecture laborieuse. Je vais commencer par celle qui m'a le plus horripilée : la mise en page. Bon sang mais sérieusement quoi, les paragraphes bordel !!! Il y a très peu de paragraphes et/ou de sauts de ligne. Le rendu fait très pavé, bloc, condensé, pas du tout aéré et m'a rendu la lecture extrêmement pénible et fatigante. Rien qu'à cause de ça, j'ai failli abandonner ma lecture à plusieurs reprises. 

     

    Si l'histoire paraissait être intéressante, elle tarde, elle tarde, elle taaaaaaarde à démarrer. Pendant pas moins de 150 pages, je me suis ennuyée ferme, et je n'ai pas vraiment tout compris à tout ce qui se passait. Il y a trop d'infos, trop de détails, l'auteur veut nous présenter son univers, ok, mais ça part dans tous les sens. Il y a bien quelques petits éléments disséminés ça et là, qui ont su éveiller un léger intérêt durant ces 150 pages. À partir de là, il y a commencé à avoir une ébauche de rythme plus "intense" (enfin, tout est relatif...), des révélations, qui là OUI, ont titiller ma curiosité et m'ont poussée à continuer (et aussi je dois le dire, 2 commentaires de lectrices sur ma page fb). 

    Cependant, si la tournure des évènements et les quelques révélations et rebondissements ont su éveiller en moi curiosité et intérêt donc, le tout est bien vite retombé comme un soufflé. Au bout de quelques chapitres, l'auteur s'empêtre à nouveau dans moult détails et explications, et l'histoire se perd dans tout ça. Et le lecteur avec. Franchement, si je devais faire un résumé... ben... euh... 

    Il y a des choses intéressantes (la magie par exemple), oui bien sûr, mais le choix de mise en scène m'a déroutée et vraiment pas du tout emportée. En fait, j'ai une impression de différentes histoires, ayant un lien les unes avec les autres, évidemment, mais pour l'instant je n'arrive pas à faire ce lien.

     

    Les personnages, très nombreux, ne m'ont pas spécialement touchés ni attirés ma sympathie. Et ça manque cruellement de personnages féminin, à part sur la fin avec Rosa (que j'ai trouvé assez détestable d'ailleurs).

     

    Le style de l'auteur  enfin... eh bien je l'ai trouvé plutôt inégal, maladroit et manquant de fluidité à vrai dire. Il y a beaucoup de répétitions, que ce soit de mots (4x "alors" sur 3 phrases...) ou d'info, et de lourdeurs dans le récit. Le choix du vocabulaire est parfois assez surprenant, comme celui, encore une fois, de la mise en page (une phrase de narration au beau milieu du dialogue d'un perso, sans différenciation (saut à la ligne, tiret, parenthèses...), c'est très déstabilisant). Et malgré la carte, j'ai tout de même souvent eu du mal à me repérer.

    Je ne suis évidemment pas une pro de l'écriture, ce n'est que mon ressenti.

     

    Ah, une dernière chose. Le résumé de la 4ème de couverture ne correspond pas à la date du 25 juillet 806. Et d'ailleurs en fait, cette date n'apparaît même pas du tout dans le livre. C'est un détail, certes, mais quand même...

     

    En résumé, une histoire au demeurant intéressante, mais qui est traitée de manière compliquée et avec une mise en forme particulière et déroutante. Un trop plein de détails, un style d'écriture inégal et parfois maladroit, et une mise en page qui peut en rebuter certains, ça me navre mais je ressors vraiment mitigée de cette lecture :( Pourtant je suis plutôt bonne lectrice en fantasy en général. Je ne sais pas si je lirai la suite.

     

     

    Appréciation

     

     

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    3 commentaires
  • Sîn, t1 : Le Dernier Poète

    Noureddine Séoudi

    Éditions Atria

    Publié en 2009

    472 pages

     

     

     

    Synopsis

    Comment une conque couverte de symboles en njomalil ou langue des étoiles, la plus ancienne et mère de toutes les langues, a-t-elle pu échouer sur les berges du Nahdor, alors que la rivière ne communique pas avec l'océan ? Quelqu'un l'a-t-il placée là délibérément ? Quel message renferme-t-elle ?

    Le mage Felden, terriblement inquiet suite à la découverte de ce mystérieux coquillage, décide de quitter le Naharina pour rejoindre Kudram, la cité des mages. Se joignent à lui Imrou et Rânsa, deux adolescents qu'il a recueillis enfants, ainsi que leurs amis : Siméon, Dalim et Selma.

    Ce long voyage parsemé d'embûches, de rencontres inquiétantes, fantastiques va révéler nos jeunes compagnons : les apparences sont souvent trompeuses...

    Notre petit groupe sera-t-il le bienvenu à Kudram ? La prochaine guerre de l'Arbre serait-elle imminente ? Quel sera le destin de chacun d'entre eux ? Quel rôle décideront-ils de jouer dans cet avenir incertain ?

     

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Livraddict ainsi que les Éditions Atria pour ce partenariat .

     

     

    Mon avis

     

    Je n'aime pas faire des chroniques négatives. Je n'aime pas non pas parce que je n'ose pas ou que j'ai peur de dire ce que je pense, mais parce que j'imagine à quel point ça doit être dur pour un auteur, même s'il en est conscient, de lire une critique négative... Et ce n'est jamais évident d'en écrire une.

    Quand j'ai vu ce livre à l'affiche des partenariats de Livraddict il y a quelques semaines, j'ai tout de suite été attirée par sa couverture à la fois mystérieuse et colorée, ainsi que par le résumé. Une aventure dans un univers aux accents orientaux, voilà quelque chose d'inhabituel, et j'étais persuadée d'accrocher. Or pas du tout. 

     

    La trame de base n'est pas spécialement inédite. Une quête, une mission, des mystères, des méchants, des élus,... Bon. En même temps, c'est difficile d'avoir autre chose dans une aventure. Finalement, tout dépend de la manière dont est traité de le sujet, de ce qui entoure l'intrigue principale. Et là je peux résumer en un mot : gnein ? 

    Imrou et Rânsa trouvent un coquillage porteur d'étranges symboles. Ils le montrent à Felden, qui décide subitement de partir à Kudram. Soit. Mais pourquoi ? Eh ben honnêtement j'en sais rien. Et c'est à peu près comme ça tout du long. Je n'ai pas réussi à rentrer dans l'histoire tant l'auteur amène de détails, d'infos, toujours et encore plus. Je me suis complètement embrouillée, perdue, noyée. Et j'ai retenu très peu d'infos. 

    L'auteur part dans des explications extrêmement compliquées et confuses, sur son univers, sa mythologie, et s'éloigne complètement de la trame de base, à savoir son coquillage tagué. Du moins c'est ce que j'ai ressenti. 

    Il y a trop d’anecdotes, de légende, d'histoires, de détails. 

    De même, malgré la (très jolie soit dit en passant) carte présente au début du roman, je n'ai pas vraiment réussi à me repérer, et je n'aurai pas du tout réussi sans l'itinéraire tracé. 

    L'intrigue n'avance pas donc, et le voyage est émaillé de rencontres, d'obstacles, dont je n'ai pas saisi l'utilité. Il y a beaucoup de facilités, les "combats" sont réglés en 2mn top chrono, les rebondissements sont quasi inexistants et les dénouements prévisibles. 

     

    Les personnages sont très nombreux, et, là encore, je me suis perdue et avait beaucoup de mal à savoir au bout d'un moment qui est qui. De manière générale, concernant les personnages de la "troupe" de base, je les ai trouvés très immatures, même les adultes, et tous très plats, identiques. Ils sont tous sages, gentils, bons, avec des qualités exceptionnelles... 

    Quant aux méchants, ils sont... très méchants. 

     

    La plume de l'auteur, en raison de la quantité d'informations, n'est pas spécialement fluide et légère. Je l'ai trouvée souvent embrouillée et maladroite.

    La mise en page est vraiment très particulière. Il y a beaucoup de lignes sautées, ce qui en général marque la fin d'une action, d'un passage. Mais pas là. Là ça marque... je sais pas quoi à vrai dire. Ça casse le rythme. 

    De même, l'utilisation abusive des virgules, bien souvent mal placées, est extrêmement dérangeante et casse le rythme. 

    Il y a également beaucoup de répétitions, et des fautes d'orthographe sont passées au travers des corrections. Quand il en reste quelques unes ce n'est pas dérangeant, mais là, il y en avait encore au moins une 20aine, et encore, je n'ai même pas fini le livre...

     

    Je ne peux nier qu'il y avait de bonnes idées dans ce livre (les arches à l'entrée de Kadrum, l'épreuve de la plume par exemple), malheureusement le tout a été mal exploité. J'ai eu beaucoup de mal, le début est plutôt chaotique, les révélations ne commencent enfin qu'à la page 157 à peu près. 

    M'ennuyant fermement arrivée aux 2/3 du livre à peu près, je m'étais résolue à abandonner cette lecture. Mais comme il s'agit d'un partenariat, j'avais beaucoup de scrupules. Je ne trouvais pas ça correct. J'avais donc décidé de le finir au moins en diagonal. Seulement voilà, je suis tombée sur 2 énormités qui m'ont fait bondir. 

    Je ne fais généralement pas de parallèle avec d'autres livres que j'ai lus, je n'aime pas ça. La frontière entre inspiration et """plagiat""" (conscient ou non) est extrêmement faible. Et puis ce n'est pas parce que quelqu'un voit une ressemblance de près ou de loin avec un autre livre qu'un autre lecteur le ressentira de la même manière. Mais là je trouve ça trop gros. 

    Tout d'abord, lorsqu'un des protagonistes monte sur un énorme oiseau volant, voici la phrase qu'il dit :

    - Vole Altaïr, vole ! Montre ce que célérité veut dire !  p.315

     

    Voici la phrase qu'on peut entendre dans un film très connu :

    "Cours Gripoil, montre nous ce que le mot célérité veut dire".

     

    C'est quand même très ressemblant non ? Mais bon, ok, c'est mon imagination.

    Or quelques pages plus loin :

    - Quel est le nom de cette galette ? demanda-t-il à Felden en grimaçant.

    - C'est de la kesra, du pain de voyage sinéen. [...] Une bouchée de ce pain contient l'énergie d'un repas complet. p. 366

     

    Bon bon bon... là désolée, mais c'en était trop pour moi. Je le répète, je ne parle pas de plagiat. Simplement en cas d'inspiration, j'ai trouvé ça moyennement subtil. Après, ce n'est que mon avis, il n'engage que moi.

     

    En résumé, un univers aux saveurs orientales intéressant, une intrigue certes classique, mais qui a malheureusement été mal exploité selon moi. Trop de détails, trop de longueurs, trop de perso, une intrigue qui se perd dans les méandres des explications, je pense qu'il aurait été judicieux de supprimer pas mal de choses pour alléger et fluidifier le récit. 

     

    Appréciation

    j'ai abandonné

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • Joseph Delaney

    Éditions Bayard (jeunesse)

    Publié en 2010

    323 pages

     

     

     

    Synopsis

    Tom Ward, apprenti épouvanteur, est censé protéger le comté face à la montée en puissance de l'Obscur.
    Or sa mère a besoin de lui en Grèce, le pays où elle est née. L'Ordinn, une redoutable créature, est sur le point de resurgir. Si elle réussit à sortir des profondeurs de la terre, elle ravagera la Grèce, entraînant massacres et destructions.
    De retour au comté, la mère de Tom monte donc une expédition. Elle engage les sorcières de Pendle - dont la terrible Grimalkin -, ainsi qu'Alice et l'épouvanteur Bill Arkwright. Seul John Gregory refuse d'y participer.
    Changera-t-il d'avis? Quels sacrifices Tom devra-t-il consentir dans cette bataille sans merci contre l'Ordinn, la principale servante du Malin?

     

     

    Mon avis

    L'Épouvanteur fait parti des quelques livres que j'ai découverts bien avant d'être sur Livraddict et de bloguer, il y a plus de 3 ans donc. C'est évidemment la sublime couverture, simple, quelque peu vieillie, avec des écritures en relief et un toucher "cuir", tout en étant incroyablement mystérieuse qui a tout d'abord attisé ma curiosité. Le résumé a fait le reste ! 

    Et je me rends compte que j'ai donc mis 3 ans à lire la suite  De ce fait, mon ressenti et mon appréciation s'en trouvent faussés. En effet, j'ai eu beaucoup de mal à me remettre dans l'histoire et dans l'ambiance, à me remémorer, sans forcément parler de détails, mais même juste certaines grandes lignes. J'ai du coup d'autant plus apprécié les petits rappels aux tomes précédents qui parsèment le récit.

     

    L'histoire est assez sympa, même si au fil des tomes la mise en scène est plutôt similaire. On reste dans le sombre bien évidemment, le noir, le "qui fait frissonner". 

    Les révélations sont intéressantes, même si j'ai l'impression qu'au final, on n'avance pas beaucoup. La tension monte crescendo, tout comme les scène d'action. 

     

    Les persos sont toujours égaux à eux-mêmes, et je ne sais toujours pas quoi penser d'Alice... 

     

    Le style de l'auteur, enfin, est vraiment agréable et fluide. Et il a vraiment un don pour nous mettre dans l'ambiance ! 

     

    En résumé, je ne peux que vous conseiller de lire cette série, sans prétention mais en même temps terriblement originale, dans un univers extrêmement riche et complet. Et bien sûr, histoire à ne pas lire la nuit 

     

     

    Appréciation

     

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • La Fille-Sortilège

    Marie Pavlenko

    Éditions Le Pré aux Clercs (Pandore)

    Publié en 2013

    427 pages

     

     

    Synopsis

    "Six clans, six magies, six pouvoirs. Un destin."
    Six Clans dirigent la Cité. Chacun possède une Magie qui commande aux éléments ou aux êtres vivants. De leur union dépend l’équilibre. C’est pourquoi durant la Fête des Échanges, les adolescents sont soumis à des épreuves, en vue d’être initiés. Parce qu’elle a échoué, la jeune Érine est bannie, loin de sa famille et de son Clan. Condamnée à survivre dans la zone d’exil, elle va bientôt découvrir le sombre secret de la Cité. Et le terrible complot qui menace de la détruire.

     

     

    Mon avis

    Encore un livre que j'ai fini il y a un bout de temps, plus d'un mois. Et là je le regrette vraiment, parce que j'ai adoré cette lecture, mais que mon avis sera forcément moins complet à force d'avoir remis l'écriture du billet 

     

    Dès les 1ères pages, on est plongés dans l'histoire et dans l'ambiance, sans aucun problème tellement le style d'écriture est agréable. L'histoire est vraiment intéressante et originale, et le récit jalonné de mystères, de rebondissements inattendus et de révélations surprenantes. Pas de clichés, de facilités ni de dénouements improbables. L'intrigue est recherchée, bien pensée et bien menée, le rythme entraînant et qui augmente crescendo pour devenir haletant. L'univers créé par l'auteur est riche, dense et travaillé, tout comme ses personnages, attachants et bien construits.

    L'utilisation de la magie est pour le moins originale et novatrice ! 

    La fin n'est pour une fois pas convenue, et je l'ai trouvée même étonnante.

    J'ai cependant tout de même 2 petits "regrets" : que certaines choses n'aient pas été plus approfondies, et que ce soit un one-shot. Raaaaa non, c'est tellement dommage, il fauuuuuuuuut une suite ! 

     

    Même si j'ai adoré ce livre, le gros point fort de cette lecture, à mes yeux, est sans conteste l'écriture de Marie Pavlenko. Riche, fluide, maîtrisée, poétique, elle manie les mots à la perfection et alterne subtilement les scènes d'action aux descriptions sans emmêler le lecteur, bien au contraire. 

     

    En résumé, une histoire intéressante, originale et recherchée, un univers riche et travaillé, et des personnages attachants et bien construits, c'est un coup de coeur !

     

     

    Appréciation

     

     


     

    D'autres avis ? c'est par ici : Logo Livraddict


    votre commentaire
  • Le livre et l'épée, t1 : La voie de la colère

    Antoine Rouaud

    Éditions Bragelonne

    Publié en 2013 (sortie orévue le 31 octobre)

    475 pages

    ENC

     

     

    Le livre et l'épée, t1 : La voie de la colère

     

    An 10 de la République, dans la cité portuaire de Masalia.
    Dun-Cadal n’est plus que l’ombre de lui-même. Trahi par ses amis et accablé par la mort de son apprenti, celui qui fut le plus grand général de l’Empire déchu passe désormais son temps à boire dans une taverne.
    Il s’est détourné de la politique, des aventures, et même de l’Histoire. Mais l’Histoire n’en a pas fini avec lui.
    Viola est une jeune historienne à la recherche de l’épée de l’Empereur, symbole de l’ancien régime. Elle sait que Dun-Cadal est la dernière personne à avoir été en possession de la précieuse relique, qu’il l'aurait cachée pendant les dernières heures de la révolution.
    Curieusement, c’est lorsqu’elle met enfin la main sur l’ancien chevalier que débute une série d’assassinats. L’un après l’autre, tous les anciens alliés de Dun-Cadal sont abattus par un homme qu’il a bien connu : l’assassin personnel de l’Empereur. L’ex-général en est convaincu : aucun de ces événements n’est le fruit du hasard. Dans l’ombre se dessine une conspiration qui va bouleverser le destin de chacun. Des secrets vont être révélés au fur et à mesure que Dun-Cadal va raconter son histoire. La véritable histoire.

     

     

     

    Le livre et l'épée, t1 : La voie de la colère

     

    Je tiens tout d'abord à remercier Babélio de m'avoir permis de lire ce livre en avant 1ère .

     

     

     

    Le livre et l'épée, t1 : La voie de la colère Il va m'être plutôt difficile de faire cette chronique sans faire de tous petits mini spoilers. Pas de révélation sur l'intrigue, mais qui risquerait de vous gâcher un peu la surprise de certaines révélations. Si vous ne préférez vraiment rien savoir, passez directement à la partie "En résumé" en bas de chronique ;)

     

    J'ai été agréablement surprise de recevoir un mail de Babélio me proposant (enfin, pas qu'à moi hein :p ) de recevoir ce livre en avant 1ère. J'ai donc tenté ma chance et le livre est arrivé quelques semaines plus tard.

     

    De manière générale, l'auteur a su créer un univers captivant, une intrigue riche et travaillée, et des personnages certes très nombreux, mais crédibles, chacun étant toutefois détaillé et bien construit, avec son caractère propre.

    La grande force et l'originalité de ce roman, c'est sans conteste sa mise en scène ! La trame de base recèle quelques éléments déjà vus (luttes de pouvoir, mensonges, trahisons, le mentor déchu, l'élève qui ne paie pas de mine au demeurant mais se révèle exceptionnel...), mais la façon dont elle est traitée est vraiment intéressante et la mise en scène d'une originalité folle. 

    On suit donc tout d'abord l'histoire de Dun-Cadal Daermon, ancien général déchu de l'armée de l'Empire. Le point de vue de la narration est le sien. Il nous raconte sa vie, depuis la Guerre des Salines jusqu'au présent, et ce pendant la 1ère moitié. La 2ème moitié est racontée via les yeux d'un autre personnage, qui a vécu les mêmes scènes. On se retrouve donc à revivre ces scènes en les voyant de l'autre côté. C'est vraiment extrêmement original, et intéressant ! Et perturbant aussi. Parce qu'autant sur la partie racontée par Dun-Cadal, on est de son côté, autant lors de la 2ème partie, ce n'est plus vraiment le cas, car on a le son de cloche comme on dit de l'autre partie. C'est très déstabilisant, parce que c'est la 1ère fois que je n'ai pas réussi à m'attacher de manière sûre à la cause d'un seul personnage. Mais ce choix de mise en scène confère aussi un très bon rythme au roman. C'est soutenu et palpitant, et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Je ne trouve pas non plus que les révélations et autres rebondissements sont prévisibles, je me suis faite surprendre à chaque fois. J'ai vraiment trouvé le rythme haletant. Il augmente crescendo au fil des révélations, pour exploser en feu d'artifice à la fin !

    Divers thèmes sont évidemment abordés, tels que l'honneur, la confiance, les choix à faire selon ce qui est bien ou ce qu'il convient de faire. La magie y a une place aussi, petite mais intéressante et traitée de façon originale.

    Je regrette cependant 2-3 petites choses. Au début, même si c'est bien amené, je trouve que Dun-Cadal se confie peut-être un peu trop facilement à Viola. Et ensuite, il aurait été agréable d'avoir une carte du monde créé par l'auteur. J'avoue avoir eu parfois un peu de mal à me situer (maintenant comme c'est une ENC, elle sera peut-être dans la version définitive de l'ouvrage ? Je ne sais pas).

     

    Le style d'écriture de l'auteur est maîtrisé, dense tout en étant fluide. Les phrases se lisent toutes seules, les pages se tournent d'elles-mêmes, le vocabulaire est recherché, varié et adapté. J'ai beaucoup aimé la capacité de l'auteur à me faire rentrer dans son univers, limite à me donner l'impression de vivre la scène. Les descriptions sont très réussies, même si je regrette le peu de descriptions concernant le "décor".

     

    Enfin, je voudrais juste parler de 2-3 toutes petites choses qui m'ont "chagrinée". Ça concerne 2 mots de vocabulaire. J'ai pu lire "les pattes du cheval". Grrrrrrr, les chevaux n'ont PAS de pattes ! Ce sont des jambes, ou des membres. 

    Ensuite, j'ai lu "la cruauté animale". Bon, je sais bien que c'est une expression, mais comment peut-on dire ça ? Un animal n'est pas cruel, il tue pour se défendre ou se nourrir, pas par plaisir. L'humain est cruel, ça oui... 

    Alors oui je chipote, c'est pas dramatique c'est sûr, mais je voulais juste en faire part ^^

     

     

    En résumé, quelques éléments déjà vus, mais une mise en scène extrêmement originale et intéressante, une intrigue recherchée et des personnages complexes et travaillés, le tout porté par un style d'écriture fluide et maîtrisé, c'est un coup de coeur ! 

     

     

    Le livre et l'épée, t1 : La voie de la colère

     

     


     

    D'autres avis ? C'est par ici : Logo Livraddict


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique