• Alera, tome 1

    Alera, tome 1

    Cayla Kluver

    Éditions du Masque (MsK)

    Publié en 2011

    448 pages

     

     

    Synopsis

    À la perspective d’épouser l’homme que son père a choisi pour lui succéder à la tête du royaume d’Hytanica, la princesse Alera a la désagréable impression qu’on lui impose un destin dont elle ne veut pas. Lorsque Narian, un mystérieux jeune homme originaire du royaume ennemi de Cokyri, arrive avec un passé obscur dont il refuse de parler, les nouveaux désirs d’Alera menacent alors de détruire le royaume.

    En découvrant le secret de Narian, la jeune fille se retrouve prise au piège de complots, de querelles familiales et de guerres ancestrales. Se résoudra-t-elle à écouter son cœur au détriment de sa famille, son royaume et son honneur ?

     

     

    Mon avis

    Cayla Kluver nous emmène ici dans le royaume d'Hytanica, dans lequel se passe l'action. Loin des univers que je croise habituellement dans les romans fantasy, on ne trouve ici pas de créatures monstrueuses ni de magie, on plonge dans un univers médiéval. À cause d'un manque de descriptions à mon goût, j'ai eu un peu de mal à me représenter ce royaume. Et d'ailleurs, je n'ai pas bien compris si Hytanica était une ville ou un royaume. On nous parle de royaume, mais il n'est pas question d'autres villes ou villages... Je regrette également un manque d'originalité dans la faune et la flore décrites par l'auteur. D'ailleurs en y réfléchissant, il ne me semble pas qu'il soit question de beaucoup d'animaux à part les chevaux (de chiens éventuellement ?), et je n'ai qu'un vague souvenir de la végétation décrite. De même, les unités de temps (jours - mois) et les saisons sont identiques aux nôtres, c'est tellement dommage ! Cependant, certaines descriptions sont au contraire extrêmement bien faites (je pense notamment au passage des fêtes de la moisson), à tel point qu'on s'y croirait ! Mais il y a tout de même un manque de consistance dans l'Histoire de ce peuple.

     

    Les hytanicains sont un peuple assez peu ouvert, dans le sens où les femmes n'ont pas le droit à grand-chose, même celles de haut rang. En gros, elles sont utiles pour des questions de décorations, du fonctionnemement de la maison, de l'organisation de réceptions... ce genre de choses bassement futiles, mais leur avis n'est que peu (voire pas du tout en fait) écouté. Leur maris a même le droit de les corriger s'il l'estime nécessaire ! J'ai d'ailleurs trouvé les personnages féminins très mièvres, niais et naïfs. Aucun caractère, aucune volonté, raaaaaaa on a juste envie de leur mettre un bon coup d'pied où je pense !

    Les personnages masculins sont bien travaillés. D'ailleurs finalement, chaque personnage est plutôt bien travaillé et correspond à ce qu'il doit être.

    Steldor m'exaspère particulièrement, avec son caractère de "beau gosse et jle sais", sûr de lui, dédaigneux, méprisant. C'est bien sûr le but recherché ! 

    Narian aussi m'exaspère d'ailleurs, avec son air hautain et rebelle.

    En fait, j'ai du mal à cerner ces 2 personnages, je me méfie de tous les 2, j'attends de voir ce que donne la suite.

     

    Face à Hytanica, on trouve le royaume de Cokyri, les méchants, le côté obscur. Ils sont décrits comme des barbares sanguinaires, avides de batailles, de pouvoir et sans aucun état d'âme face aux ennemis. Cependant, leurs moeurs sont bien différentes de celles des hytanicains. En effet, la femme tient une grand place dans leur société, et ce que ce soit en politique ou dans la vie de tous les jours.

     

    L'histoire est relativement basique. Des méchants (les cokyriens) qui veulent tuer les gentils (les hytanicains pour ceux qui suivent pas !) et s'emparer de leur royaume, bon, c'est du déjà vu, rien de bien original. Surtout que le pourquoi du comment de cette haine reste encore assez flou. Mais surtout, j'ai trouvé que l'histoire peinait vraiment à débuter : il n'y a pas vraiment d'action. Finalement, on suit surtout la vie d'Alera, ses "problèmes" (ou pas...), les choix qu'elle doit faire et les responsabilités qui la guettent et pour lesquelles elle n'a pas vraiment ni d'envie ni d'intérêt. Ce qu'elle est en réalité au fond d'elle-même est loin de ce qu'elle montre, puisque c'est ainsi qu'on l'a élevée finalement. Mais quand même, elle reste trop effacée et trop soumise.

     

    Le style d'écriture de Cayla Kluver est fluide, facile à lire et léger. Peut être un peu trop simpliste par moment. 

     

    En résumé, même si ce n'est pas un coup de coeur à cause d'un manque de consistance dans l'histoire, j'ai tout de même passé un bon moment et apprécié cette lecture.

     

    Appréciation

     

    D'autres avis ? C'est par ici :  Logo Livraddict


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Avril 2012 à 09:27

    Rooo, ton avis est super et cela me donne encore plus envie de lire ce deuxième tome!!! 

     

    Je suis étonné de voir qu'Aléra est trop effacé dans ce tome! Dans le premier, elle est bien présente! 

     

    Biz

     

     

    2
    Lundi 16 Avril 2012 à 12:48

    Là tu viens en fait de commenter le tome 1. 'fin moi j'dis ça...

    Sinon, pour Alera, elle est présente, mais je trouve qu'elle n'arrive pas à s'affirmer.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :